Les vrais crimes de la Commune devant la bourgeoisie.

Les vrais « crimes » de la Commune, ô bourgeois de tous poils et de toutes couleurs : monarchistes, bonapartistes et vous aussi républicains roses ou même écarlates ; les vrais crimes de la Commune, qu’à son honneur vous ne lui pardonnerez jamais ni les uns ni les autres, je vais vous les énumérer.
La Commune, c’est le parti de ceux qui avaient d’abord protesté contre la guerre en juillet 18701, mais qui, voyant l’honneur et l’intégrité de la France compromises par votre lâcheté sous l’Empire, ont tenté l’impossible pour que l’envahisseur fût repoussé hors des frontières, alors que vous ne songiez qu’à lui livrer Paris pour reprendre au plus vite votre existence de tripoteurs et de jouisseurs.
La Commune, pendant six mois2, a mis en échec votre œuvre de trahison.
Jamais, jamais vous ne le lui pardonnerez.
La Commune a démontré que le prolétariat était préparé à s’administrer lui-même et pouvait se passer de vous, alors que vous vous prétendiez seuls capables de « mener les affaires ».
La réorganisation immédiate des services publics, que vous aviez abandonnés, en est la preuve évidente.
Jamais vous ne le lui pardonnerez.
La Commune a tenté de substituer l’action directe et le contrôle incessant des citoyens à vos gouvernements, tous basés sur la « raison d’État », derrière laquelle s’abritent vos pilleries et vos infamies gouvernementales de toutes sortes.
Son triomphe menaçait de ruiner à jamais vos déprédations, vos brigandages légaux, vos incessants dénis de justice.
Jamais, non jamais, vous ne le lui pardonnerez.
Vous, moins que tous autres encore, républicains modérés, radicaux et même intransigeants ; car, à l’instar des bonapartistes – vos cousins germains – vous n’aspirez au pouvoir que pour en récolter les monstrueux bénéfices.
Vous ne pardonnerez jamais à la Commune d’avoir pour longtemps, et peut-être pour toujours, compromis vos avides espérances, votre seul programme à vous, qui nous reprochez de n’en avoir pas eu.
Voilà les vrais, les seuls motifs de vos calomnies à tous; de votre haine unanime et implacable contre les vaincus de mai 1871, qui, à leur tour, ne pourront jamais trop vous cracher à la face le mépris et le dégoût que vous leur inspirez.

Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, De juin 1848 à la Commune

1 Le 19 juillet 1870, l’Empire français déclara la guerre au royaume de Prusse. La section parisienne de l’Internationale avait dénoncé cette guerre : “Une fois encore, sous prétexte d’équilibre européen, d’honneur national, des ambitions politiques menacent la paix du monde. Travailleurs français, allemands, espagnols, que nos voix s’unissent dans un cri de réprobation contre la guerre ! […] La guerre […] ne peut être aux yeux des travailleurs qu’une criminelle absurdité.” (Manifeste de la section parisienne de l’Association internationale des travailleurs publié dans Le Réveil, le 12 juillet 1870)

2 La Commune de Paris a duré 72 jours, du soulèvement du 18 mars 1871 aux derniers combats au cimetière du Père-Lachaise le 28 mai. Mais le 18 mars ne fut pas un éclair soudain dans un ciel serein. Deux soulèvements avaient précédemment échoué le 31 octobre 1870 et le 22 janvier 1871, contre la politique capitularde du gouvernement républicain de “Défense” nationale et pour la proclamation de la Commune. Après la répression du 22 janvier, le gouvernement eut les mains libres pour signer la capitulation de Paris. Les négociations entamées dès le 23 par Jules Favre avec les Allemands aboutirent à la signature de l’armistice le 26 janvier qui entra en vigueur deux jours plus tard. La guerre franco-allemande était terminée.
La victoire des insurgés le 31 octobre “aurait changé complètement la nature de la guerre. Elle serait devenue la guerre de la France républicaine, hissant l’étendard de la révolution sociale du XIXe siècle contre la Prusse, porte-drapeau de la conquête et de la contre-révolution.” (Marx, Première ébauche de la Guerre civile en France)

Comments (1)
  1. Texte toujours d’actualité 150 ans plus tard ! Avec 66% d’abstention nous sommes de plus en plus nombreux à comprendre la réalité de la merde politique. À bas la politique et les politiciens !

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.