Mort de Pierre Leroux.

13 avril 1871.
On enterre aujourd’hui le dernier de ceux qui, de la plume et la parole, ont indiqué le plan du grand drame social dont juin 1848 et la Commune sont les premiers actes.
Pierre Leroux1 est allé retrouver Proudhon dans la tombe.
En d’autres temps le prolétariat parisien tout entier eût suivi son cercueil et ç’aurait été justice, car Leroux naquit, vécut et mourut en prolétaire.
Malheureusement, envahis plus que jamais par la religiosité, ses écrits, toujours empreints d’un grand esprit de justice et d’égalité sociale, devenaient de plus en plus inintelligibles pour les socialistes, décidément réfractaires à toute conception mystique et spiritualiste.2
Sa foi en l’Humanité-Dieu, par laquelle il espérait rattacher le nouvel état social au christianisme, aboutirait fatalement à la formation de nouvelles castes tout aussi oppressives – au nom de l’amour – que celles du positivisme au nom de la science.
Vallès a bien fait, lorsqu’il a été question au Conseil d’envoyer des délégués à l’enterrement de ce vaillant penseur, de déclarer que c’était au courageux défenseur des insurgés de Juin que s’adressait notre hommage et non au philosophe déiste et presque chrétien.
Lié, depuis 1848, avec Pierre Leroux et avec la plupart de ses disciples, je fus toujours en lutte avec eux sur ce terrain. Mais en dehors du charme des causeries si remplies d’esprit de cet inépuisable conteur, que de lumineux et saisissants aperçus sur tous les sujets ! Et combien de nous lui sont redevables à ce propos !
Quelle différence entre la bonhomie, la verve un peu narquoise mais toujours humaine avec laquelle il discutait, et la sèche pédanterie du doctrinaire Louis Blanc !
Celui-ci avait décidé d’être socialiste ; Pierre Leroux l’était de nature.
Malheureusement, pris par un travail pressant dont m’a chargé la commission des finances, à laquelle je suis délégué depuis quelques jours, je n’ai pu aller rendre témoignage, sur sa tombe, de toute l’estime et de l’affection que je lui avais vouées.

Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, De juin 1848 à la Commune

1Pierre Leroux (1797-1871): typographe, écrivain, théoricien du socialisme.

2 “Toute vie sociale est essentiellement pratique. Tous les mystères qui détournent la théorie vers le mysticisme trouvent leur solution rationnelle dans la pratique humaine et dans la compréhension de cette pratique.” (Marx, Thèse VIII sur Feuerbach)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *