Guerre de Classe présente : Critique de l’actualité et des temps présents d’avril 2021, avec pour sujet : Contre le faux omni-présent de la marchandise infinie : Saisir le temps radical de la grève sauvage qui va revenir…

Intervenants : Charles, Michel et Francis Cousin

La musique : Saint-Saëns : Concerto pour piano et orchestre n°2


La révolution en tant que telle – comme renversement du pouvoir établi et en tant que dissolution des conditions anciennes – est un acte politique. Or, sans révolution le socialisme ne peut devenir réalité. Cet acte politique lui est nécessaire dans la mesure où il a besoin de détruire et de dissoudre. Mais là où commence son activité organisatrice, là où se manifeste son propre but, son âme, alors le socialisme rejette justement l’enveloppe du politique…

Marx, Gloses critiques en marge de l’article Le roi de Prusse et la réforme sociale

La domination du Capital a créé à cette masse une situation commune, des intérêts communs. Ainsi cette masse est déjà une classe vis-à-vis du Capital, mais pas encore pour elle-même. Dans la lutte, dont nous n’avons signalé que quelques phases, cette masse finit par se ré-unir, ainsi, elle se constitue en classe pour elle-même. Les intérêts qu’elle défend deviennent alors des intérêts de classe.

Marx, Misère de la philosophie

Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social passé. Que les classes dirigeantes tremblent à l’idée d’une révolution communiste ! Les prolétaires n’y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner.
PROLÉTAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

Le Manifeste Communiste

L’ouvrier typographe de la Commune de Paris savait mille fois plus et mille fois mieux que le premier des pontes universitaires contemporains dont la prétention en connaissance faussée n’a d’égale que sa suffisance en flagornerie réelle.

Aujourd’hui, la « culture » Rap est la marchandise vedette de l’abrutissement spectaculaire par lequel l’aliénation des banlieues se signale comme image sociale phare de la consommation du vide spirituel sidéral.

On comprend dés lors que Monsieur Thiers ait fait fusiller les communards et qu’en revanche toutes les fractions capitalistes contemporaines s’emploient depuis des années à protéger et excuser les délinquances exotiques tout en finançant et mettant partout en scène l’abêtissement spectaculaire de millions d’adolescents par le biais de styles « musicaux » dont l’indistinction n’a pour résultat que le décervelage massif et l’absence totale de tout sens critique.

Ce que pudiquement le spectacle de l’indistinction appelle les « quartiers » a été depuis longtemps laissé en jachère par les pouvoirs publics qui les ont loué gratuitement à des pouvoirs privés d’autant plus sordides que la barbarie qui y prévaut est médiatiquement et systématiquement réécrite par la publicité et le pouvoir qui en fait le comble du non-conformisme.

Mais là, il faut nécessairement aller jusqu’au bout de l’approfondissement distinct de l’indistinction telle que cette dernière entend justement proscrire toute distinction de l’approfondir. Il est inexact de dire que depuis des années, une répression policière particulièrement implacable sévirait dans ces zones spécifiques.

C’est même d’une certaine manière, le contraire qui s’y passe dans l’apparente paradoxalité de l’indistinction: le désistement spectaculaire de l’État au profit de voyoucraties locales, l’acceptation de territoires de non-droit central au bénéfice de territoires à règles spéciales dans lesquelles la police, les pompiers et les médecins ont depuis longtemps été dispensés de s’aventurer.

C’est la concession étatique au privilège non-étatique dans ce spectacle d’aménagement des territoires de l’indistinct où la marchandise délègue ses pouvoirs là où la généralité du grand trafic préfère mandater directement la particularité des petits trafiquants afin de mieux aménager le spectacle général de l’unité aliénatoire.

L’INTERNATIONALE, CRITIQUE DE LA SOCIÉTÉ DE L’INDISTINCTION, 2007
Comments (8)
  1. J ai écoute Francis Cousin et il a parlé a un moment des notes de Marx sur Wagner qui apparemment expliquent que l autonomisation de la valeur à une limite mais je n ai pas trouvé ce texte. Est ce que quelqu un le connaît ?

    • Vous pouvez trouver la majeure partie du texte en version française dans le tome “Economie II” de la Pléiade, page 1531 sous le titre “Notes critiques sur le traité d’économie politique d’Adolph Wagner”.

  2. Bonjour respectueux et fraternel à tous les membres du collectif guerre de classe.

    Merci pour votre analyse radicale de l’actualité. Mais quelle est votre analyse vis à vis des injections géniques diverses, appelés de manière sous-jacente “vaccin”, mise sur le marché en mode forcés et en contradiction totale avec les arguments étatiques qui ont interdit “l’hydrochlorokine” ou encore à présent “l’ivermectine” qui sont des traitements qui soignent d’après de nombreuses études ? En effet les produits à injection, de plus en plus férocement imposés à la population à partir d’informations fallacieuses, semblent présenter des principes actifs d’une nocivité inégalée pour la santé humain d’après de plus en plus de spécialistes du domaine (voir les arguments d’Henrion-caude par exemple, une spécialiste française de l’ARNm que vous devez connaître) et les divers effets secondaires court terme constatés de plus en plus (dont la mort) : la première question qui est de savoir si un vaccin serait utile pour un coronavirus est tout bonnement jamais évoquée. Des sonnettes d’alarmes sont donc tirés de plus en plus vis à vis de l’effet actif de ces produits qui pourraient réellement mener à une véritable catastrophe sanitaire, et bien sûr la censure fait rage vis à vis de ce type d’analyses. Ainsi, au-delà du fait que l’achat de ces produits toxiques par les états produise des plus-values pharamineuses aux lobies des laboratoires, ne semble t’il pas que le Capital est en train de rentrer dans sa phase de ‘destruction’ de la marchandise excédentaire (humaine à présent), en conformité de sa logique en phase de domination réelle qui a déjà menée aux 2 premiers charniers mondiaux, de par l’actuelle incitation insistante au moyen de procédés largement trompeurs et fallacieux d’obtention de consentements à demi-forcés à ces injections potentiellement mortifères ? Merci de votre retour. Et vive la commune.

    • Bonjour,

      Il faut en revenir au fétichisme de la marchandise, la classe capitaliste ne comprend rien à la réalité du monde, les vaccins sont simplement l’expression de leur angoisse de perdre le contrôle.
      Le mouvement cybernétique impersonnel de la marchandise aimerait pouvoir contrôler la totalité des êtres par elle-même, mais elle ne peut plus prolonger ses mensonges autrement que dans une mystification sanitaire. A partir de la, il n’y a pas de plan d’éradiquer les populations excédentaires en tapant au hasard avec le vaccin, ils veulent assoir leur domination qui s’effrite par le contrôle sanitaire de la technologie mortifère du capital.
      La marche en avant du capital ne peut pas admettre de revenir à un stade antérieur, il y a quelques années, ils pensaient que tout serait réglé par la science et le développement du capital, aujourd’hui, le mythe s’effondre mais le capital ne peut pas encore se l’avouer !

  3. Toujours cette obsession autour des quartiers. L’éternelle finalité du ghetto, c’est le pogrom défouloir du lumpenprolétariat. Le ghetto c’est le spectacle organisé de la misère concentrée, LA DIVERSION, le refouloir, la réserve à bouc-émissaires. La cité c’est juste le bidonville des pays riches.

    • Justement non. La cité n’est pas un “bidonville” comme les autres, elle représente la clientèle privilégiée du capital.
      La clientèle privilégiée du capital, c’est pas le paysan de Lozère ou de Corrèze…
      Avec la politique de la ville qui envoie des milliards et l’argent du trafic, la cité n’est pas un bidonville.
      Macron nous dit que la Seine Saint-Denis c’est la Californie !
      Donc la cité n’est pas un sujet comme un autre, c’est le cœur de la distinction à opérer entre révolution et contre-révolution !
      A bas la marchandise, c’est à bas toutes les échelles de valorisation marchande ! Maffia ou état même combat contre l’ordure marchande.

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.