Lâchetés.

C’est par les journaux aussi que j’apprends tour à tour la mort du digne et vraiment grand Delescluze1, qui s’est fait tuer ne voulant pas survivre à la défaite.
Noble suicide d’un homme fatigué, non de la lutte, mais du honteux spectacle des trahisons de ses anciens amis, et devinant trop bien toutes les lâchetés dont ils vont souiller encore la République.
Au récit de cette glorieuse mort succède celui de l’abominable exécution de notre brave Varlin2. Ils ne l’ont massacré qu’après l’avoir pendant deux heures traîné de rues en rues, au milieu des huées d’une bande de misérables bien dignes de faire escorte à ses bourreaux, dont le chef lui a volé jusqu’à sa montre, cadeau des ouvriers genevois.
Et puis, c’est la mort de Millière3 assassiné au Panthéon.
Mais Millière n’a rien été sous la Commune!
Ah ! je me souviens. Il a publié les hauts faits de Jules Favre4, cet éhonté faussaire qui, depuis de longues années, devrait être au bagne – même d’après la morale bourgeoise.
Le célèbre orateur républicain a trouvé ce facile moyen de faire taire son accusateur.
Et dire que pas un de ses collègues de l’Assemblée versaillaise ne lui a demandé compte de cet assassinat qu’aucun prétexte, si mince soit-il, ne saurait couvrir!
Vraiment les députés de Paris sont de tristes sires.
Hélas ! Vermorel5 aussi vient de mourir à Versailles des suites d’une atroce blessure. Il a succombé au tétanos, dans les bras de sa mère qu’il n’a pas reconnue, dit-on.
Et il se trouve un « gens de lettres » – un Daudet6, « celui qui n’a pas de talent », dit-on habituellement pour le distinguer de son frère Alphonse7 -, qui a eu le courage de donner son coup de pied de l’âne à ce digne et brave garçon, en demandant que le nom de Vermorel fût rayé de la Société des gens de lettres8 !
Bravo, monsieur! Vous avez bien mérité de la pleutrerie humaine. Vous n’êtes pas le seul il est vrai. Le citoyen Louis Blanc9, qui n’a jamais manqué d’abandonner les prolétaires vaincus, se défend comme un beau diable – suant de peur – d’avoir jamais eu la moindre tendresse pour « l’exécrable Commune et ses abominables forfaits ».
Germain Casse10, l’ex-farouche « révolutionnaire-socialiste-matérialiste et athée », se sent le besoin, lui aussi d’écrire à l’honorable Figaro11, qu’il n’a jamais eu de relations avec les « bandits de la Commune ».
C’est merveilleux vraiment de voir ce pitre oublier avec une telle désinvolture, que le 22 mai, à neuf heures du matin, il quémandait, larmoyant, beuglant misère, quelques pièces de cent sous au citoyen Lucipia12, le caissier de la questure de la Commune, à titre d’employé de Paschal Grousset13 dans les bureaux de qui je l’avais rencontré peu de jours auparavant.
Certains grotesques tiennent aussi à lancer leur note dans ce concert de lâchetés. Ainsi, pendant que ses frères – Arthur et Ulric – se tiennent à Saint-Denis où ils « rendent des services » au gouvernement versaillais, l’ainé des de Fonvielle14 – Wilfrid – qui, on ne sait pas trop pourquoi s’est enfui à Bruxelles, déblatère contre la Commune dans une brochure où il prétend que nous l’avons condamné à mort (?).
Comme si la mort de ce toqué pouvait nous intéresser.
Ce brave profite de l’occasion pour insulter ses anciens amis. Il outrage jusqu’à leurs femmes, oubliant que, sans la commisération de l’une d’elles – Mme Ulysse Parent15 -, lui et ses frères eussent souvent couru le risque de mourir de faim.
Triomphants, ces gens-là nous auraient léché les bottes, si nous les avions laissés faire.

Toutes ces infamies sont pourtant dépassées par l’abominable conduite du maire du VIe arrondissement, un légiste, le sieur Hérisson16, à propos de l’assassinat de l’infortuné Tony Moilin17, le docteur oculiste.
On amène ce malheureux à la mairie ; il sait bien, lui, Hérisson, que le docteur n’a exercé sous la Commune ni mandat ni fonctions d’aucune sorte.
Moilin n’a donc pu nuire en quoi que ce soit aux Versaillais. Son seul crime c’est d’être connu comme socialiste.
Eh bien ! cet avocat, ce magistrat prétendu républicain qu’on a replacé au nom de l’ordre à la tête de l’arrondissement, laisse juger le malheureux Tony Moilin par une cour martiale, sans prendre sa défense et le laisse condamner à mort, sans protester !
Un délai de douze heures est accordé au condamné pour procéder à son union civile avec la compagne qui depuis longtemps partage son existence.
Douze heures ! C’est un siècle en semblables circonstances. Que n’eût pas fait un homme de coeur durant un tel laps de temps !
Le Hérisson, lui, le magistrat attitré de l’ordre, le juriste, le soi-disant républicain s’est contenté de procéder au mariage in extremis, tranquillement et peut-être même avec la conscience du devoir accompli. Il a trouvé tout simple de livrer ensuite la victime à ses assassins.

Gustave Lefrançais, Souvenirs d’un révolutionnaire, De juin 1848 à la Commune

1 Charles Delescluze (1809-1871): d’extraction bourgeoise, journaliste, républicain de 1830 et de 1848, plusieurs fois condamné, exilé, emprisonné, il fut notamment déporté à l’île du Diable sous le Second Empire. Il en revint la santé ruinée mais toujours aussi combatif contre le régime impérial, espérant l’émancipation des travailleurs par des réformes pacifiques (“Le bien n’est possible que par l’alliance du peuple et de la bourgeoisie.“, 27 janvier 1870). Le 8 février 1871, il fut élu par les parisiens à l’Assemblée nationale, dont il démissionna après son élection à la Commune. Il siégea à la Commission des Relations extérieures, puis à la Commission exécutive, et à la Commission de la Guerre. Membre du Comité de salut public, il remplaça Rossel comme délégué civil à la Guerre. Après l’entrée des Versaillais dans Paris, il appela, le 24 mai, les habitants au combat: “Place au peuple, aux combattants aux bras nus! L’heure de la guerre révolutionnaire a sonné.” Malade, désespéré, il trouva une mort volontaire le 25 mai, sur la barricade du Château-d’Eau.

2 Eugène Varlin (1839-1871): ouvrier relieur ; militant socialiste ; syndicaliste ; coopérateur ; membre de l’Internationale ; organisateur de la classe ouvrière en France ; poursuivi au 2e procès de l’Association (1868) ; y joua un rôle de premier plan ; participa au congrès de Bâle (1869) ; poursuivi au 3° procès de l’Internationale (juin 1870) : de nouveau condamné ; délégué de bataillon (3 mars 1871) et membre du Comité central de la Garde nationale ; participa à la journée du 18 mars, en faisant occuper l’Hôtel de Ville et la place Vendôme ; délégué par le Comité central pour négocier avec les maires conciliateurs ; membre de la Commune ; membre de la Commission des Finances ; délégué aux Finances, avec Jourde (30 mars) ; membre de la Commission des Subsistances ; délégué à l’Intendance ; fit partie de la minorité ; résista aux Versaillais au carrefour de la Croix-Rouge ; puis devant le Panthéon (23-24 mai) ; se porta au faubourg du Temple ; s’efforça de sauver les otages ; anima la résistance entre le boulevard de Belleville et la rue des Trois-Bornes (26-27 mai) ; dénoncé par un prêtre rue Cadet, il fut arrêté par les troupes de Laveaucoupet, traîné vers les Buttes, lynché, mis en lambeaux et fusillé, le dimanche 28 mai 1871.

3 Jean-Baptiste Millière (1817-1871): fils d’un ouvrier tonnelier ; avocat ; journaliste socialiste ; condamné à la déportation sous le Second Empire ; membre de la Garde nationale ; participa au soulèvement du 31 octobre 1870 ; le 8 février 1871, il publia, dans Le Vengeur, la preuve des faux commis par le ministre Jules Favre afin d’obtenir un héritage ; le même jour, il fut élu député à l’Assemblée nationale ; il siégea dans l’opposition et vota contre les préliminaires de paix ; soutint la Commune ; se trouvait dans la capitale lorsque commença la guerre entre la Commune et le gouvernement versaillais ; n’occupa aucune fonction, administrative ni militaire, sous la Commune, dont il n’était pas membre, et ne prit pas part aux hostilités ; le 26 mai 1871, fut arrêté par les Versaillais ; malgré l’immunité parlementaire, le général Cissey donna l’ordre au capitaine Garcin de le faire fusiller “au Panthéon, à genoux, pour demander pardon à la société du mal qu’il lui avait fait… ” ; comme il refusait de se mettre à genoux, ce fut un soldat qui l’y força ; il tomba aux cris de “Vive la République!” et “Vive l’humanité!”.

4 Jules Favre (1809-1880): avocat et homme politique ; se fit une réputation en défendant, sous la Monarchie de Juillet, des bourgeois républicains ; sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères en 1848 ; député à la Constituante et à la Législative (1848-1851) ; député au Corps législatif (1863) sous l’Empire ; membre de l’Académie française ; membre du gouvernement de “Défense” nationale (1870) et ministre des Affaires étrangères ; négocia aussitôt avec Bismarck ; fut l’un des artisans de la capitulation ; négocia, avec Thiers, le traité de Francfort ; ennemi acharné de la Commune (“Il n’y a pas à pactiser avec l’émeute. Il faut la dompter, il faut châtier Paris!“) ; sollicita contre Paris l’aide prussienne ; s’efforcera d’obtenir l’extradition des communards réfugiés à l’étranger ; le scandale de sa vie privée obligera Thiers (qui n’avait rien à lui envier sur ce point) à se passer de ses services.

5 Auguste Vermorel (1841-1871): journaliste ; rédacteur du Courrier français, journal d’opposition sous l’Empire ; dénonça les lâchetés des hommes de 1848 et de 1851 ; socialiste ; emprisonné à de nombreuses reprises ; participa au soulèvement du 31 octobre 1870 et fut poursuivi par le gouvernement de la “Défense” nationale ; rédacteur au Cri du Peuple ; membre de la Commune ; mena avec Dombrowski l’attaque contre les Versaillais à Asnières (9 avril) ; membre de la Commission de la Justice, de la Commission exécutive (8 avril), de la Commission de Sûreté générale ; fit réoccuper le fort d’Issy (30 avril) ; se déclara contre les ingérences des sous-comités du Comité central de la Garde nationale ; contre le Comité de salut public avec la minorité ; fut accusé par Pyat et s’opposa à Raoul Rigault ; organisa la résistance aux Batignolles et à Montmartre, auprès de Dombrowski ; combattit sur la barricade du Château-d’Eau où il fut grièvement blessé ; pris par les Versaillais, il mourut de ses blessures le 20 juin 1871.

6 Ernest Daudet (1837-1921): écrivain, journaliste et historien.

7 Alphonse Daudet (1840-1897): écrivain ; bien que rattaché à l’école naturaliste, ses contes et nouvelles (Lettres de mon moulin, Contes du lundi) et ses romans (Tartarin de Tarascon) mêlent la fantaisie à la peinture réaliste de la vie quotidienne. Il fut aussi un détracteur de la Commune, comme l’immense majorité des écrivains de l’époque.

8 Association française de promotion du droit et de défense des intérêts des auteurs, fondée en 1837 et reconnue d’utilité publique en 1891.
De la Commune aux Gilets Jaunes, un excellent signe de la radicalité d’un mouvement est que, sauf exceptions, il est toujours honni par les artistes, ces marchandises produites et valorisées par un système qu’elles ne peuvent en toute logique que défendre…

9 Louis Blanc (1811-1882): journaliste, historien, théoricien socialiste, franc-maçon et homme politique d’extrême gauche ; représentant d’un socialisme utopique et bourgeois ; trompa les ouvriers en 1848 comme membre du gouvernement provisoire de la République et par des conférences tenues à la Commission des travailleurs du Luxembourg qu’il présidait ; s’enfuit en Angleterre en août 1848 et y resta sous l’Empire ; auteur de la formule “De chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins” ; élu à l’Assemblée de Versailles ; s’y déclara adversaire de la Commune et la calomnia ; député à la Chambre en 1876 ; soutiendra un projet d’amnistie partielle en 1879 et sera réélu en 1881.

10 Germain Casse (1837-1900): homme de lettres, “libre penseur” et franc-maçon, blanquiste, membre de l’Internationale, communard. Après la Commune, il ne sera pas inquiété, semble-t-il. Dès octobre 1873, il sera élu député de la Guadeloupe.

11 Journal quotidien fondé en 1826, sous le règne de Charles X. Il est à ce titre le plus ancien quotidien de la presse française encore publié. Il est nommé d’après Figaro, le personnage de Beaumarchais, dont il met en exergue la réplique : “Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur.” Lors de la Commune, le journal prit position contre celle-ci. Il fut le premier journal supprimé par la Commune, mais reprit ses publications lorsque celle-ci fut finalement vaincue. Le Figaro se créa ainsi un public d’aristocrates et de bourgeois.

12 Louis Lucipia (1843-1904): clerc d’avoué ; journaliste et homme de lettres ; membre de l’Internationale ; signataire de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871 ; communard ; journaliste au Cri du peuple ; accusé sans raison d’être mêlé à la mort des dominicains d’Arcueil, il sera condamné à mort puis gracié et déporté en Nouvelle-Calédonie ; dignitaire de la franc-maçonnerie.

13 Paschal Grousset (1844-1909): homme de lettres et journaliste; membre de la Commune ; délégué aux Relations extérieures ; membre de la Commission exécutive ; vota pour la création du Comité de salut public ; il sera déporté en Nouvelle-Calédonie, puis s’échappera.

14 Wilfrid de Fonvielle (1824-1914) : journaliste, vulgarisateur scientifique et aéronaute ; républicain convaincu, il participa à l’invasion de la Chambre des députés lors de la Révolution de 1848 ; opposant au Second Empire.
Ses frères, Arthur (1830-1914) et Ulrich (1833-1911), ont fait du journalisme politique. Ulrich combattit la Commune et aida au rétablissement de l’ordre pendant la Semaine sanglante, comme lieutenant-colonel.

15 Ulysse Parent (1828-1880): dessinateur en objet d’art ; opposant au Second Empire ; franc-maçon ; membre de la Commune ; membre de la Commission exécutive et de la Commission des Relations extérieures ; démissionnaire dès le 5 avril ; il se réfugiera en Belgique.

16 Anne-Charles Hérisson (1831-1893): avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation ; opposant au Second Empire ; républicain convaincu ; maire du VIe arrondissement avant la Commune et à partir du 23 mai.

17 Tony Moilin (1832-1871): médecin ; socialiste ; condamné sous l’Empire ; membre du Comité central des vingt arrondissements ; signataire de l’Affiche rouge du 6 janvier 1871 ; militant de la Commune ; chirurgien-major dans la Garde nationale ; fusillé le 28 mai 1871 dans les jardins du Luxembourg, après avoir épousé sa compagne enceinte ; son corps ne fut pas restitué à sa veuve mais jeté à la fosse commune.

Comments (3)
  1. Louis Blanc à t-il été communard avant de vrillé ? je veux dire, bien qu’il est été un traitre dès 1848, s’est-il relié à la cause commune en 1871 avant de refinir traite comme il l’avait déjà été au début ?

  2. Louis Blanc n’a jamais été communard. Ni au début, ni au milieu, ni à la fin…
    Élu député le 8 février 1871, il ne démissionnera pas après le déclenchement de la Commune, et continuera de siéger à l’Assemblée nationale versaillaise…
    Louis Blanc est un très bon exemple de la vanité et de l’hypocrisie de l’entre-deux: il se dit socialiste, mais défend l’État et l’union des classes (il fut membre du gouvernement provisoire en 1848) ; il réprouve la Commune, mais demande la clémence pour les communards… Il est le digne prédécesseur de Clémenceau: conciliateur tartufe en 1871 ; franc Briseur de grèves en 1906…

    Il faut faire une critique radicale du concept de trahison, qui laisse à penser qu’avant d’être retournée, la veste fut portée droite…
    Nous savons avec Hegel qu’au contraire, c’est la fin qui dit la vérité (ou la fausseté) du début…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *