Comme la baisse du taux de profit correspond à une diminution du travail immédiat par rapport au travail objectivé qu’il reproduit et qu’il crée de nouveau, le Capital met tout en œuvre pour contrarier la baisse du travail par rapport au quantum de capital en général, autrement dit, de la plus-value exprimée comme profit par rapport au capital avancé. Ainsi il tente, en outre, de réduire la part attribuée au travail nécessaire et d’augmenter encore davantage la quantité de surtravail par rapport à l’ensemble du capital employé, en conséquence, le maximum de développement de la puissance productive, ainsi que le maximum d’extension de la richesse existante coïncideront avec la dévalorisation du capital, la dégradation de l’ouvrier et un épuisement croissant de ses forces vitales. Les contradictions provoqueront des explosions, des cataclysmes et des crises au cours desquels les arrêts momentanés de travail et la destruction d’une grande partie des capitaux ramèneront, par la violence, le Capital à un niveau d’où il pourra reprendre son cours. Ces contradictions créent des explosions, des crises, au cours desquelles tout travail s’arrête pour un temps, tandis qu’une partie du capital est détruite, ramenant le Capital par la force au point où, sans se suicider, il est à même d’employer de nouveau pleinement sa capacité productive. Cependant ces catastrophes qui le régénèrent régulièrement se répètent à une échelle toujours plus grande et finiront par générer son renversement violent.

Marx, Grundrisse, Tome IV

Une partie des produits jetés sur le marché ne peut accomplir son processus de circulation et de reproduction que par une énorme contraction de ses prix, donc par la dépréciation du capital qu’elle représente. De même, les éléments du capital fixe sont plus ou moins dépréciés. À cela s’ajoute le fait que le processus de reproduction dépend de certaines conditions de prix préalablement données, donc qu’une baisse générale des prix l’arrête et le désorganise. Cette perturbation et cette stagnation paralysent la fonction de l’argent en tant que moyen de paiement, dont le développement est lié à celui du capital qui est fondé sur ces conditions de prix pré-supposées. La chaîne des obligations de paiement à échéance fixe est brisée en cent endroits ; la confusion se trouve encore aggravée par l’effondrement inévitable du système de crédit, qui s’est développé simultanément avec le Capital, et elle aboutit ainsi à des crises violentes et aiguës, à des dévalorisations soudaines et forcées, à l’arrêt effectif du processus de reproduction et, par suite, au déclin total de la re-production… 

Marx, Le Capital, Livre III

Mais ce qui transforme la possibilité de la crise en crise, n’est pas contenu dans cette forme elle-même : ce qu’elle contient uniquement c’est qu’est présente là la forme pour une crise…

Il ne faut jamais oublier que dans la production capitaliste il ne s’agit pas de valeur d’usage mais de valeur d’échange et spécialement de l’augmentation de la plus-value. C’est là le moteur de la production capitaliste et c’est vouloir embellir les faits que de faire abstraction de sa base même dans le seul but d’évacuer les contradictions de la production capitaliste et d’en faire une production qui est orientée vers la consommation immédiate des producteurs…

La mesure de la sur-production c’est le Capital lui-même, l’échelle existante des conditions de production et l’appétit effréné d’enrichissement et de capitalisation des capitalistes, mais ce n’est nullement la consommation, qui est entravée d’entrée de jeu, étant donné que la plus grande partie de la population, la population ouvrière ne peut élargir sa consommation que dans des limites très étroites et que d’autre part, la demande de travail diminue relativement dans la mesure même où le capitalisme se développe, bien qu’elle augmente absolument…

Marx, Théories sur la plus-value, livre IV du Capital
Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.