Spectacle de l’Otan des Attentats de Kaboul : à qui profite le crime étatique mondialiste de la marchandise en crise finale ?

Le Grand Chaos de l’in-distinction marchande généralisée en Asie est en train d’accomplir sa formalisation phénoménologique ultime, sa stratégie géo-politique fétichiste est toujours la même ; tenter désespérément d’échapper à l’irréversible dé-composition déterministe de l’empire américain du billet vert en putréfaction…

Le spectacle du “terrorisme international”, dont le langage spectaculaire ne cesse de parler afin d’en mieux cacher la nature et les sources, n’est que l’instrument d’indistinction du développement chaotique global par lequel l’ordre de la marchandise tente d’échapper à la crise économique et financière systémique de son fétichisme.

L’Internationale, Critique de la société de l’indistinction

Le chaos terroriste étatique de la marchandise est le seul langage possible de la crise terminale du Capital… Nous contemplons ainsi le tableau faussaire d’un chaos spectaculaire impeccablement organisé pour le Proche et le Moyen-Orient, puis pour la planète tout entière, dans des cadres de déguisement strictement conformes à la stratégie du gouvernement du spectacle mondial, qui tente désespérément d’échapper au marasme catastrophique d’un dollar en débâcle chronique… Al-Qaïda puis Daech sont là les accablantes métastases de la crise mondiale du taux de profit et sont provisionnés par les pétrodollars du Qatar et de l’Arabie Saoudite et armés par eux avec délégation directe de Washington, blanc-seing de Tel-Aviv et collaboration d’Ankara… Et la France, atlantisée jusqu’à la moelle, est, de la sorte, bombardée jusqu’au cœur de Paris pour marcher toujours davantage au pas des réseaux et services clandestins terroristes de l’OTAN, dont les faux drapeaux constituent, bien sûr, une industrie marchande spectaculaire de premier ordre fétichiste…

Le terrorisme d’État industriel n’est rien d’autre que l’errance accélérée de la religion monothéiste de la crise historique de la marchandise…

Au moment arrivé de la tyrannie spectaculaire de la crise du capitalisme drogué, le crime règne, en fait, comme le paradigme le plus parfait de toutes les entreprises commerciales et industrielles dont l’État est le centre, étant donné qu’il se confirme là, finalement, comme le sommet des bas-fonds et le grand argentier des trafics illégaux, des disparitions obscures et des protections cabalistiques. Plus que jamais, en ce moment très spécifiquement crisique où, en France, reprenant le témoin d’une droite complètement épuisée, la gauche du Capital, bien vite superbement exténuée, est en charge des affaires d’un marché en pleine décomposition, l’exutoire terroriste risque de devenir de plus en plus tentant pour détourner la colère qui monte ; il est temps d’en finir avec toutes les mystifications et tous les malheurs historiques de l’aliénation gouvernementaliste, afin de commencer à pressentir la possibilité de situations humaines authentiques.

Hors de l’économie politique de la non-vie, il convient exclusivement d’organiser le retour aux sources à une communauté d’existence enfin débarrassée de toute exploitation et de toute domination.

Commentaires sur l’extrême radicalité des temps derniers…

Comments (7)
    • https://www.bfmtv.com/societe/anti-pass-sanitaire-les-renseignements-alertent-sur-les-corteges-infiltres-par-des-mouvements-sectaires_AD-202108270281.html

      Là où le fétiche nous dit que guatanamo est le lieu où la démocratie enferme ses pires ennemis comprendre qu’il s’agit là du site de production où elle y forme ses principaux cadre à bien suivre le chemin des dernières nécessités du dollars.

      Là où il nous alerte que la colère montante est infiltré par des mouvements sectaires comprendre qu’il a infiltré le mouvement pour le sectariser dans ses différentes impasses idéologiques afin d’endiguer la colère qui monte .

      Là où il nous parle de notre sacro-sainte liberté d’acheter les marchandises que l’on desir consommer et de choisir ce que l’on veut être c’est pour nous cacher l’imperieuse nécessité de nous vendre pour que la marchandise consume notre être .

      Systématiquement lire à l’envers les récitation du système pour les remettre à l’endroit , c’est la formule d’une simplicité enfantine et d’une efficacité redoutables pour comprendre le réel .
      Plus le fétichisme de la marchandise s’emparera de la totalité des champs de perceptions et plus le champ d’application de cette formule sera vaste la rendant omniprésente à la conscience comme la seul valable pour ne pas sombrer dans le spectacle schizophrénique des apparences marchandes .
      Le mouvement du tout est une auto-implication dialectique entre l’être thanatique du capital qui est dans une course contre la mort et l’éros de l’être humain qui est dans une course pour la vie .
      Nous savons d’ors et déjà qui gagnera sa course alors qu’advienne la communauté universelle pour un monde débarrassé de l’argent !

  1. Le frère Mélenchon nous avait bien prévenu qu’avant la présidentielle nous aurions un évènement -spectaculaire-, comme un attentat terroriste par exemple.

    Pour cela, n’importe quel “réfugié afghan” fera l’affaire.

    • Sauf que cet abruti islamo gauchiste du Capital avait dit que c’était pour pousser le FN RN MLP.

      Alors qu’il sait parfaitement que cette imposture ne passera JAMAIS le second tour … puisque des larbins comme lui appellent (discrétement) a voter Macron au second tour.

      En clair : il prétend dénoncer un “complot” … tout en faisant intégralement parti.
      Qu’il s’étouffe avec sa truelle.

  2. Hors sujet mais vous avez vu les nouvelles pubs de la SNCF ?
    C’est sublime, tout y est !
    Les femmes, les immigrés, les LGBT….. venez c’est formidable, on inclut tout le monde… mais gare aux salauds de prolos gilets jaunes !

    Le Capital vous parle.

    • https://youtu.be/Xk1MQ5dp5fc
      Là où il nous voit paradoxale voir la césure , la brisure , la déchirure de l’être in-authentique aliéné par son mouvement de réification mais néanmoins mouvement de nécessiter qui a batit sur notre sang , notre sueur et nos larmes le chemin de fer qui mène tout droit l’humanité à son terminus : l’universelle communauté de l’être .
      Il veut arrêter le train de l’histoire et nous faire déraillé du travail de la sur-vie car il est aussi l’œuvre de sa plus sûr condamnation à mort .

      L’histoire de l’humanité est l’histoire de la lutte des classes et l’histoire de la lutte des classes est l’histoire de la colère de l’homme qui s’est perdu se cherche et n’a jamais cessé vouloir se retrouver .

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.