Les pires obstacles à la compréhension révolutionnaire de la crise terminale sont ceux là même qui ne cessent de fétichiser sa dimension sanitaire et vaccinale en s’opposant ainsi à la critique unitaire des séparations car en incarnant la pensée réifiée du séparé dans l’aliénation modernisée ils formalisent de fait l’obstacle essentiel à sa critique radicale. En réalité, toute la mouvance Reinfocovidiste représente l’extrémisme progressiste de la contre-révolution et si nous devons bien sûr constamment parler à tous ceux qui ont accepté sincèrement d’aller s’y perdre dans le spectacle chaotique de l’indistinction aux mille détresses et frayeurs, c’est justement pour les aider à subversivement en sortir en leur faisant appréhender que celui qui ne saisit pas que dans l’expression diktat étatique du mensonge viral de la crise terminale de la marchandise, le principal est évidemment crise terminale de la marchandise – est condamné du même coup à exprimer la continuation réactionnaire du spectacle de la sur-vie insipide… La simple contestation du despotisme vaccino-sanitaire qui fixe l’instant sur l’angoisse des effets en cachant de la sorte l’histoire des causes, est tout ce que peut devenir la contre-révolution dans un moment qui justement est en train de devenir révolutionnaire…

CONTRE LE MENSONGE ÉTATIQUE DE LA TYRANNIE SANITAIRE DE LA BAISSE DU TAUX DE PROFIT, LES SEULS VRAIS VIVANTS SERONT CEUX QUI LUTTENT VÉRITABLEMENT POUR L’ABOLITION DE LA MARCHANDISE !

Ceux qui approuvent la critique révolutionnaire doivent commencer par prouver qu’ils savent la vivre… Le Prolétariat n’a rien à attendre de quiconque. C’est seulement en agissant franchement et sans compromis contre tous les rackets améliorantistes qu’il pourra faire évoluer les luttes qui viennent en les amenant vers l’abolition de l’argent, de la marchandise, du salariat et de l’État… La théorie communiste que le Prolétariat va reconnaître comme sienne n’est point un ensemble d’idées artificiellement élaborées, c’est l’intelligence du mouvement de vie humaine qu’il va décider de faire naître en détruisant l’ordre des choses de la politique et de l’économie de toutes les servitudes concevables…

COMMENTAIRES SUR LE GRAND MENSONGE SPECTACULAIRE DU CORONAVIRUS, LA CRISE HISTORIQUE DE LA MARCHANDISE MONDIALE ET LE RETOUR DES LUTTES DE CLASSE RADICALES…

Comments (20)
  1. 1) Il faut parler avec des termes + simple comme
    “Le niveau vie baisse, les oligarques ont peur de la révolte donc les capitalistes ont inventé la fable du coronavirus”

    2) La partie anti-woke du discours a du faire sursauter les militants de l’ultra gauche/ultra droite !
    Cela a dû les plonger dans un abime de perplexité qu’un anti-capitaliste soit anti-woke !
    (alors qu’il suffit de regarder la TV 3 minutes pour comprendre que le capitalisme est pro-woke …)

    • Encore un “YAKAFOKON”.

      Vas-y toi dans la manif prendre le haut-parleur et tenir un discours. C’est facile de faire des leçons caché derrière son écran.

      Bravo à ce gars qui a mouillé le maillot en tenant ce discours !

    • Le plus important, c’est de parler vrai.
      Non, ce n’est pas parce que les oligarques ont peur de la révolte contre le niveau de vie en baisse que le coronavirus fût inventé…, dire ça, c’est ajouter simplement une corde de plus à l’arc de la contre-révolution. C’est parce que l’économie de la non-vie capitaliste est entrée en crise terminale, que le gigantesque mensonge du coronavirus s’est mis en marche.

    • Sauf que vous n’avez pas simplifié le propos, vous l’avez défiguré. Niveau de vie, oligarques, woke… ce sont des mots sans sève et qui sont hors la compréhension radicale.

    • C’est toute l’imposture du gauche-droite démontée en quelques secondes 😉

      Les gauchistes progressistes sponsorisés ont dû avoir des sueurs.

      Et les droitards réactionnaires se sentir un peu légers sur leur soi-disant “critique de la société moderne” limitée a chouiner sur les effets sans comprendre les causes.

      C’est pour cela que j’adore cette intervention : moins de 2 minutes, tout est dit et l’auditeur va réfléchir un bon moment après 😉

  2. Vector, la simplicité simple est toujours contre-révolutionnaire…
    La difficulté du complexe signale hypocritement d’abord là le refus de l’effort véritable à dé-passer le réformisme…

    Vous en faite la démonstration avec “Le niveau vie baisse, les oligarques ont peur de la révolte donc les capitalistes ont inventé la fable du coronavirus”, qui ne permet pas une compréhension objective et synthétique de la situation…

  3. Sans rire je crois que Zemmour a dû tomber sur vos vidéos.
    Récemment je l’ai entendu parler de Marx et de Proudhon, de réification ou encore de l’être contre l’avoir…

    Pas sûr par contre qu’il fasse campagne sur l’abolition de l’argent et de l’Etat 🙂

  4. J’aime le fait que cet homme s’exprime non seulement de manière intelligente, mais c’est également le genre de gaillard que je préfère avoir dans mon camp en cas de baston générale !

    Par ailleurs, j’aimerais commenter le sous texte de cette vidéo par un questionnement.

    Le Covid est une mascarade universelle : c’est indéniable. Toutefois, la vaccination obligatoire qui émane de la mystification virale, est ELLE, une réalité palpable. Même si cette réalité émane d’un mensonge étatique, elle n’en demeure pas moins une réalité. Je prends un exemple : la guerre, et plus particulièrement les guerres contemporaines. Elles prennent leurs sources dans des mensonges étatiques les plus crasses, mais une fois qu’elles sont là, elles sont palpables, elles sont réelles, et on compte les morts, vous en conviendrez ? Ne peut-on pas convenir d’une manière similaire qu’il en va de même pour la vaccination et ” l’ausweis QR code” qui en découle sans pour autant être taxé de fétichiste ? Ce sont des instruments de guerres sociales on ne peut plus aiguë, mais j’ai l’impression que GDC a tellement peur de tomber dans le fétichisme vaccinal, qu’il omet même d’en parler, et bondit directement sur l’anti marchandise et l’anti réinfo-covidisme. De mon point de vue, la critique du vaccin / QR code n’invalide pas l’anti marchandise, et même mieux, l’un peut-être un tremplin vers l’autre : réaliser que le vaccin est une merde capitaliste via les conflits d’intérêts, par exemple, pour ensuite s’apercevoir qu’il en va de même avec tout, et enfin élargir au concept global de l’anti marchandise.

    Je commence à bien cerner votre positionnement anti réinfo-covid, et je vous rejoins sur le fait que le concept de réinformation est en quelque sorte le dos la même pièce “information”. Probablement que la mouvance réinfo-covidiste a grande chance de succomber aux charmes du réformisme. En revanche, je reste circonspect sur la question vaccinale en elle même, sans passer par la case réinformation. A croire qu’il s’agit selon vous d’un vaccin comme un autre ? En fait vous avez tellement évité le fétiche vaccinal, qu’on ne saurait dire ce que vous pensez de ce point précis chez GDC. Je veux dire, vous, au sein de votre groupe, vous n’avez jamais été emmerdé par un collègue de travail qui vous demande de mettre un masque à la con, un membre de votre famille qui vous accuse d’être un vecteur de la propagation du virus parce que vous êtes allé à une manif, ou une menace de votre patron : ” le vaccin ou la porte ” ? C’est encore une fois une réalité pour nombre de prolos aide soignante et bien d’autres secteurs, en tout cas.

    • Comme vous l’avez dit mais sans aller au bout de votre réflexion, ce n’est pas au vaccin que les prolétaires sont confrontés quand concrètement on les met à la porte. C’est à l’incapacité désormais avouée du Capital de reproduire le développement de la vampirisation des êtres par l’exploitation et rien d’autre. A tel point que même en suivant les restrictions à la lettre ou en se débrouillant contre le vaccin, l’angoisse des prolétaires ne peut même pas être illusoirement résolue. Aussi l’enjeu de l’heure est de porter la claire intelligence de la période historique qui s’ouvre. Seule sortie de crise : à bas l’argent, le travail et l’Etat!

    • Ça me rappelle un entretien ou Francis disait que évidemment, il ne voulait pas manger du bœuf américain dégueulasse, mais que la question n’était pas le Tafta parce qu’il ne voulait pas manger européen propre tout en étant servile…
      Là c’est pareil, le vaccin est la production du thanatisme le plus absolu de la chimie excrémentielle du Capital, mais on veut pas être un esclave et ne pas être vacciné, on veut abolir notre servitude.
      Donc l’important est de comprendre pourquoi est-ce que c’est nécessaire aujourd’hui, en quoi est-ce que la terreur sanitaire avec le pass sanitaire vient traduire la crise de l’exploitation qui n’arrive pas à se reproduire.

      Tout le monde peut faire de la réinformation ou du reinfocovid, s’intéresser à la fiole de Colin Powell, à l’enquête sur le meurtre de Robert Boulin, aux couveuses du Koweit, à la gestion du covid, aux vaccins etc…
      Mais où est-ce que ça nous mène ? Dans l’impasse de la contestation des mythologies capitalistes, sur le terrain capitaliste… Donc non pas “Guerre à la Guerre” mais “Guerre de Classe à la Paix !”

      • Bonjour Valentin,
        Si j’ai bien compris, plus le capitalisme se décompose, dans sa matérialité, plus il produit et reproduit son spectacle et sa mystification.
        Ce qui veut dire moins j’arrive à me reproduire (plus la valeur baisse), plus je reproduis du spectacle.

    • Bonjour et merci Jean pour votre approche plus nuancée, le concret “vaccin” vient se heurter aux discours trop abscons qui pour autant ne donnent pas un mode d’emploi méthodique pour éviter d’en prendre plein la gueule au quotidien; cette crise apocalyptique au sens bien compris du terme ne fait pas pour autant de nous autre chose que de simples mortels avec une somme de contradiction et d’incompréhension, il faut du temps ou un “électrochoc” pour encaisser la radicalité “d’à bas la marchandise etc…” Je me garde de taxer de “contre révolutionnaire” les « réinfocovidistes » qui au moins amènent à comprendre qu’il y a quand même une sacrée couille dans le potage, avant de pouvoir s’intéresser à la perte du taux de profit. Même si je sais que GDG n’aime pas trop les “colibristes” il peuvent au moins servir à certains d’étape de compréhension. Il ne faut pas oublier dans cela que nous sommes à en croire le discours dominant 80% de connards de bétails apeurés à vouloir que surtout rien ne change, quitte à revêtir la camisole de force. L’hypnose collective et la peur donnent les résultats attendus, à moins de tarir la source médiatique du contrôle par des actes de sabotages massifs et coordonnés (salauds, complotistes, terroristes!)…..je ne vois pas comment faire pour que cette non-existence soit mise à mal. En attendant la manipulation et le consentement du plus grand nombre me laisse à penser qu’une fois encore dans l’histoire du capital, finale soit-elle, la minorité qui constituera l’insurrection se fera massacrer, récupérer, j’ai vraiment du mal à croire au lendemain communiste. J’espère me tromper, peut-être suis-je trop réifié…. En attendant, effectivement belle prise de parole en public de ce monsieur. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément, pour citer Boilleau, j’y rajoute, de manière concise et radicale.

  5. Bonjour Jean.

    Je ne fais pas partie du groupe de GDC mais j’en suis un des sympathisants.

    Ce que vous dites est très juste sur le fait qu’il y ait des réalités palpables.
    Cependant, celles-ci ne sont en réalité que les variations d’un problème plus large lorsqu’on les observe avec un regard objectif. Il me semble que GDC essaie, sans nié ces variations, de pointer du doigt le réel problème d’une invariance. Non pas que ces variations ne soit pas réelles mais que celles-ci (guerres, vaccins, etc..) ne découlent que de cette invariance et ne sont présentes dans leur temporalité respective que lorsqu’elles ont cette nécessité de le devenir par les lois objectives du déterminisme de cette invariance.

    De ce fait, si l’on devait s’occuper des innombrable variations que tout un chacun peut observer subjectivement de par sa position spatio-temporelle, cela deviendrait du fétichisme et le vrai problème d’où proviennent ces variations ne saurait être résolu.
    En effet, quand bien même nous serions en capacité de toutes les résoudre, d’autres prendraient leurs places respectives par leurs nécessités mise en mouvement par l’invariance d’où elles sont issues.
    Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas luter contre les guerres, le vaccin coronaviral, etc… mais qu’il faut objectivement savoir lors de ces luttes qu’ils ne sont que les multitudes conséquences d’un seul et même problème.

    Bien à vous.

    • Salut Fabrice.

      Je comprends ta réponse et je suis complètement d’accord avec toi en ce qui concerne la théorie. Mais en pratique, il me semble quasiment impossible de faire comprendre au clampin moyen biberonné à la propagande médiatique qu’il faille renverser les tables de la marchandise, de but en blanc.

      En fait, pour avoir tenté de parler avec certains de mes congénères dégénérés par la propagande, je peux t’assurer que la plupart ne comprennent même pas de quoi on parle lorsqu’on leur évoque satanisme de la marchandise ( as-tu déjà essayé, Fabrice, de convaincre ou ne serait-ce que parler avec l’un d’eux ?). En revanche, l’aiguille du vaccin qui rentre dans le corps étant quelque chose de palpable, là, ils sont plus enclins à écouter et à comprendre de quoi il s’agit, car littéralement, ça les touche. Je me dis donc, en terme de praxis qu’il est plus ” stratégique ” de faire comprendre, pas à pas, remonter le fil du mensonge de haut en bas pour comprendre enfin le concept de l’anti marchandise. Je parle de stratégie sans trahir le logos, en me basant sur le Christ : ” soyez rusés comme des serpents et purs comme des colombes”.

      Par ailleurs, je comprends bien qu’il n’y a pas que le vaccin qui soit toxique, quasiment tout est toxique dans le capital d’aujourd’hui : l’air pollué, l’eau médicamenteuse, la nourriture excrémentielle… Mais enfin, ce vaccin là, qui n’en est d’ailleurs pas un, cet ARN messager qui vient toucher le code génétique humain, c’est indéniablement un saut qualitatif dans l’horreur capitaliste. Saut qualitatif qui mérite d’être, au moins, noté.

      • Salut Jean,

        Bien que nous soyons en accord du point de vue théorique, nous avons des divergences du point de vue pratique.
        Un congénère dégénéré ne comprenant rien à ce que peut être le satanisme de la marchandise n’est rien d’autre que toi, lui ou moi avant la compréhension de ce que cela signifie au travers de la lutte de classe.
        Il me semble qu’il est erroné de vouloir discuter avec quelqu’un qui ne veut pas écouter ou vouloir convaincre d’autres personnes qui ne serait pas encore apte à comprendre ce qui est dit.
        Lors de mes discussions j’essaie au maximum d’avoir un discours radical et révolutionnaire. Cependant on peut voir aisément la limite de chacun à entendre/comprendre ce type de discours.
        Bien que je ne convainc personne…les graines ont été semées. Quand bien même je n’en verrai pas les fruits, qu’ils aient poussé ou non, le temps long se charge du reste.
        Je remarque également que le fait d’être, a beaucoup plus d’impact que le fait d’avoir raison.
        Un sourire vaut mille mots. Un « bonjour » vaut mille phrases. Une étreinte vaut mille livres.

        Nous sommes en guerre, ceci est indéniable. Cependant il me parait subjectif voir un peu naïf de penser que l’ARN messager est un saut qualitatif dans l’horreur du capital parce que celui-ci de mon expérience à fait bien pire. Ces horreurs sont des variations qui vont et viennent en fonction de la temporalité et font l’actualité.
        En effet, il est bon d’amorcer une discussion par le vaccin, bien palpable et bien réelle pour la plupart des gens mais celui-ci, après avoir fait son temps laissera sa place à une autre actualité bien réelle tout aussi horrible si ce n’est plus. L’invariance problématique, elle, reste. GDC me semble-t-il se consacre à cette problématique qui englobe toutes les variations. Stratégiquement, en tout cas sur le long terme, cela me parait plus essentiel bien que cela reste subjectif de ma part.
        S’affairer aux variations c’est prendre le risque de s’y noyer tant elles sont nombreuses et c’est prendre le risque de fétichiser son discours par l’utilisation de certains sujets plus d’actualité que d’autres.

        Je comprends votre envie de changer les choses, de changer les mentalités, de participer activement au grand changement. Mais il ne faut pas penser que l’on peut aller plus vite que le déterminisme des événements. Cela pourrait devenir du narcissisme.
        Il me semble qu’il faut avant tout comprendre la globalité du concept (l’Homme, la communauté, la valeur d’échange, l’invariance, le déterminisme, la loi tendancielle du taux de profit, etc…) pour pouvoir être un jalon de conscience qui déterminera par la suite le grand changement.
        L’intransigeance sur ce point ne peut qu’apporter un saut qualitatif dans la lutte radical et révolutionnaire des classes pour la vie contre le monde de la marchandise et de son mode de production de la mort.

        Bien à vous

  6. Quand l’ÊTRE parle, nul besoin d’AVOIR des notes.
    Combien de Besancenots pour faire taire ce colosse communiste ?
    Chapeau bas pour ce bonhomme.
    Une personne avec cette locution et cet aplomb à chaque rond point de gilet jaune aurait produit des jalons de conscience et mis “en marche” le prolétariat sur le chemin de sa desaliénation et de son armement théorique pour souhaiter encore plus fort la GEMEINWESEN.
    Guerre De Classe, il y a que ça de vrai !

  7. Le capital c’est le détournement continuel, par son spectacle, du rôle historique des prolétaires, d’abolir les catégories qui le fondent.
    Le capitalisme crée sa réalité mystificatrice, sur les sujets réifiés.
    Le capitalisme est aussi une production spectaculaire qu’il convient de rejeter radicalement.

    Engels dans contributions au christianisme primitif.

    En fait, la lutte contre un monde tout-puissant, et la lutte simultanée des novateurs entre eux, est commune à tous d’eux, et aux chrétiens primitifs et aux socialistes.
    Parmi quelles gens les premiers chrétiens se recrutèrent-ils ? principalement parmi les ” fatigués et chargés “, appartenant aux plus basses couches du peuple, ainsi qu’il convient à un élément révolutionnaire. Et de qui ces couches se composaient-elles ?
    Dans les villes, d’hommes libres déchus — de toute espèce de gens, semblables aux mean whites des états esclavagistes du Sud, aux aventuriers et aux vagabonds européens des villes maritimes coloniales et chinoises, ensuite d’affranchis et surtout d’esclaves ; sur les latifundia d’Italie, de Sicile et d’Afrique, d’esclaves ; dans les districts ruraux des provinces, de petits paysans, de plus en plus asservis par les dettes…il fallait bien qu’un mouvement révolutionnaires puisse rassembler des sujets aussi disparates.
    Ce vaste mouvement dans la société romaine et en même temps hors de la société romaine, fit basculer l’Empire, la société romaine (le temporel), le ciel comme élément révolutionnaire.
    L’Etre contre l’avoir.

  8. Le systeme est malade de son économie devenue folle, les sujets qui prennent les décisions, le font en pleine hallucination proche du délire.
    Plus le système s’effondre, plus il repoduit du spectacle, le spectacle est la fabrication de la réalité dans les consciences des moutons sur deux jambes.
    Pour paraphraser K Marx (Critique de l’économie politique).
    « Ce n’est pas la conscience qui détermine la vie dans ce système en faillite, mais plutôt la vie dans ce système en faillite, qui détermine la conscience »
    Ce qui veut dire que le système se reproduit en premier lieu, dans les consciences individuelles, pas besoin d’implanter de micro-puce dans le cerveau, le martellement de la propagande, de la marchandise suffit.
    Le système est en train de s’effondrer il se produit dans la société et le sytème social, un processus de dissolution, plus rien ne tient la route.
    Le covid et l’irrationalité des divers intervenants médiatique, n’est qu’un exemple parmis d’autres.
    Tous les éléments que le procès de dissolution que la crise terminale libére, seront attirés, les uns après les autres, dans le cercle, d’attraction du communisme radical, l’unique élément qui résiste à cette dissolution.

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.