Dans une économie mondiale en pleine débâcle et qui a vainement tenté de se cacher derrière le mensonge spectaculaire du Coronavirus, la déconfiture du capitalisme français est manifeste. Face à l’exacerbation de la concurrence et à la saturation du marché mondial, l’État capitaliste renforce donc l’exploitation du prolétariat afin d’en tirer le maximum de profit. Une telle situation est lourde de menaces d’explosion sociale. La question qui est aujourd‘hui posée est donc de savoir combien de temps, la gauche moribonde et les flics syndicaux et gauchistes de tous genres désormais cornaqués par les imposteurs écolos-bobos de la prison marchande reverdie pourront encore cadenasser la classe ouvrière pour empêcher le surgissement des luttes de classes sur une base réellement anti-capitaliste ? Les quelques changements de pantins ministériels, de Philippe à Castex – docte spécialiste du “dialogue social” – témoignent de la crainte des appareils politiques et syndicaux d’être débordés par un prolétariat qui comprendrait désormais que les mystifications Coronavirales, antiracistes et écologistes sont simplement les dernières cartes du Capital-monde afin de tenter d’échapper à sa propre crise mortelle.

Les taux très élevés d‘abstention aux dernières municipales, dans les zones ouvrières périphériques, démontrent qu’un nombre croissant de prolétaires commence à comprendre que toutes les sectes politiques n’ont qu’un objectif: nous faire accepter une cure de super-austérité depuis si longtemps fantasmée à droite comme à gauche mais désormais rendue absolument obligatoire par le niveau de crise accélérée actuelle. Ainsi se précise de plus en plus un véritable ras-le-bol du cirque électoral de la dictature démocratique du profit tout entier à mesure que la colère ouvrière monte en remettant en cause toute la merde capitaliste de l’exploitation laquelle n’a rien d’autre à nous offrir que la mort lente dans les bagnes salariaux de la misère sociale sans fin…

Le dernier plan de rigueur anti-prolétarienne mis en place par l’ancien gouvernement et nécessairement validé et accentué par le nouveau officialise l’entrée dans les débuts de la grande décomposition qui pourra conduire à la crise finale de l’économie de la servitude. Tous les gouvernements et tous les rackets politiques du Capital qui s’usent tous plus vite les uns que les autres tentent d’arborer de nouveaux visages pour masquer que le bordel électoral est tout entier déterminé par la crise généralisée de la loi de la valeur et du monde de la domestication… C’est ainsi que le capitalisme mondial qui s’est engagé dans la totale paralysie industrielle, bancaire et commerciale est en train d’avouer qu’il a commencé à ne plus pouvoir se reproduire. Ce qui va réaffirmer, dans toute sa force, le rôle essentiel de la crise catastrophique de l’univers de la marchandise comme véhicule de la subversion sociale et de la nécessaire guerre de classe qui mettra fin à la tyrannie de la civilisation de l’argent.

Les années qui viennent, ici comme partout ailleurs, seront celles où la décadence précipitée du monde de la monnaie et de l’échange fera surgir des affrontements de classe décisifs qui constitueront le prologue de l’alternative 3° guerre mondiale ou révolution sociale. C’est dès maintenant qu’il faut prendre l’offensive, non pour améliorer notre esclavage mais pour en abolir les fondements !

LE SALARIAT C’EST LA MORT DE L’ÊTRE HUMAIN ! 
À BAS L‘ÉCONOMIE NATIONALE ! À BAS TOUTES LES NATIONS DE LA RAISON MARCHANDE ! À BAS TOUS LES ETATS !

LES PROLÉTAIRES N’ONT PAS DE PATRIE ! 

AUTO-ORGANISATION du prolétariat pour la destruction de la production marchande pour l’émergence de la COMMUNAUTÉ HUMAINE UNIVERSELLE !

Juillet 2020 – Guerre de Classe

Comments (4)
  1. Un des meilleurs textes que vous ayez produits : simple, concis, factuel, efficace. L’intelligibilité augmente.

    En revanche, il y a un angle mort dans votre analyse qui limite fortement la portée et l’impact du message. Nombreux sont ceux qui ne sont pas des ouvriers, encore plus nombreux sont ceux qui n’ont pas conscience d’être des prolétaires et d’appartenir à une classe. Et qui s’enfuient dès qu’ils entendent ces mots…

    “Dans toute critique stratégique, l’essentiel est de se mettre exactement au point de vue des acteurs.” G. Debord

  2. J’émettrai une remarque sur la notion de “patrie”.

    La phrase “LES PROLÉTAIRES N’ONT PAS DE PATRIE !” est a prendre au sens “état nation républicain démocratique capitaliste” du terme.
    A moins d’être un bolchevique trotskiste, la patrie dans le sens “charnel” historique de filiation est une identité radicale qui ne peut être niée.

    Ainsi, les prolos gaulois réfractaires le sont PRINCIPALEMENT grâce a cette ligne historique charnelle.
    Il serai bon de régler son compte a l’ambiguïté VOLONTAIREMENT entretenue dans les milieux ‘nationalistes’ sur la notion de ‘patrie’ pour cacher l’imposture nationaliste capitaliste.

    A bas la République !
    Vive la France historique universelle des prolos gaulois réfractaires !

    • Qu’est ce que cela signifie “LaHaineEtLeMensonge” ? La France au sens de terre située au milieu du continent européen, ou la France au sens de l’histoire du capital ?

      L’aliénation, c’est aussi de croire que les peuples ne peuvent pas cohabiter ensemble, cela mène forcément sur le chemin de la guerre ethnique et des désaccords futiles : c’est incompatible avec le prolétariat universel.

      Vous aurez fait un grand pas quand vous aurez compris que tout ce que cherche les populations qui sont en France sans être des descendants de gaulois réfractaires, c’est le communisme universel ; ils ne le savent juste pas encore

      Je vous rassure : les derniers défenseurs du capital lors de la révolte finale seront des descendants de gaulois comme vous. Les populations immigrés et leurs descendants n’ont aucun capital à protéger, je vois mal comment on peut penser qu’ils sont un problème du point de vue de la lutte des classes (ils le sont actuellement car ils sont dans une telle misère, couplée à l’inculture historique et la propagande du capital, qu’ils sont devenus les thuriféraires du système marchand).

      Pour conclure, il est fantasmagorique d’imaginer que lors du règlement de compte final, tout le monde rentre chez lui, les noirs et les maghrébins en Afrique et les Asiatiques en Asie : le communisme universel n’a pas de couleur ni d’identité, et le futur est multiculturel.

      Acceptez-le, car le sentiment d’appartenance à une terre propre, c’est penser que certains sont plus légitime que d’autres à occuper ces terres, auquel cas nous rentrons dans la mécanique de division de l’humanité au nom de futilités telles que “C’est la terre de mes ancêtres”

      A ce petit jeu là, tout les humains doivent rentrer en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *