Adieux de Vermorel.

~ Mon cher ami, me dit un soir Vermorel après avoir soupé à la maison, je vous annonce mon prochain départ pour l’Amérique. J’ai un cousin à New York qui m’engage fortement à l’y aller rejoindre. J’ai assez de toute cette abominable politique qui n’est qu’un éternel « Ôte-toi de là que je m’y mette. » Je suis jeune ; je ne crains ni la peine ni la fatigue – je ne conçois le pain gagné que par le travail. Il est temps de partir.
– Je comprends cette résolution, lui dis-je, car, plus jeune, peut-être vous imiterais-je. Mais, chez moi, le pli est pris et je sens que je resterai ici à tous risques. Adieu donc et tâchez d’être là-bas plus heureux que nous. Vous n’y aurez pas grand-peine.
Et moi aussi je suis profondément découragé. J’ai perdu foi en Paris depuis le 31 octobre. Cinq mois durant il n’a montré qu’un courage passif. Il a subi, il est vrai, avec dignité les souffrances d’un long siège. Même livré vaincu, il a su imposer à ses vainqueurs assez de respect pour que ceux-ci aient renoncé à l’entrée triomphale qu’ils s’étaient promise… C’est seulement par une porte timidement entrebâillée qu’ils ont pu le contempler – de loin.
Mais Paris a volontairement aussi accepté d’être chaque jour trahi par des hommes dont il connaissait depuis longtemps déjà les turpitudes et les bassesses. Il les a maintenus au pouvoir quand quelques-uns de ses enfants ont voulu les en chasser honteusement. Il a avalé le plan1, le fameux plan !… Je ne puis croire qu’il ait assez de ressort pour faire une révolution.
Et que deviendra alors la République, pour laquelle coule tant de sang depuis bientôt un siècle ?

Gustave LefrançaisSouvenirs d’un révolutionnaire, De juin 1848 à la Commune

1 Lefrançais fait référence au plan secret et mythologique de Trochu, gouverneur militaire de Paris et président du gouvernement de la “Défense” nationale, censé organiser la défense de Paris face aux Prussiens, et visant en réalité à endormir les “rouges” parisiens, en attendant de les réprimer…
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *