La Commune de Kronstadt fut une insurrection prolétarienne révolutionnaire contre la dictature anti-communiste du parti bolchevik. Cette véritable manifestation de l’auto-mouvement anti-étatique du prolétariat profondément radicale dans ses aspirations, porte également les limites de son temps et des conditions dans lesquelles elle dut se produire, elle dénonce ses ennemis, les bolchéviks, tels qu’ils sont connus et se dénomment eux-mêmes, bien qu’ils en soient l’anti-thèse, c’est à dire “communistes”. C’est parce que la contre-révolution prend toujours le masque de la révolution véritable, que les bolchéviks se proclament “communistes”, et c’est parce que l’auto-mouvement véridique du prolétariat se produit contre toutes les impostures cheffistes qu’il sait les combattre au nom du communisme véritable.

Dybenko (au centre) achevant la répression de la Commune de Kronstadt


La répression

Une coïncidence de dates a voulu que le 18 mars 1871, premier jour de la Commune de Paris, soit aussi 50 ans plus tard le dernier jour de la Commune de Kronstadt, écrasée par les troupes serves de Lénine, Trotsky, Zinoviev, Kaménev et de tous les grands du Panthéon bolchévik, tous unis encore à ce moment dans la volonté de conserver et consolider leur mainmise sur la révolution sociale russe. L’aréopage bolchévik fête au Kremlin les communards parisiens, tandis que les cadavres des marins insurgés jonchent les rues de Kronstadt et que ceux des assaillants couvrent la glace environnant la forteresse. Les Gallifet et Thiers rouges se réjouissent de leur victoire sur les communards kronstadiens et préparent leur mise en jugement pour parfaire leur succès et les “tirer comme des perdrix” afin de tenir leur promesse.
On l’a vu, de nombreux insurgés et marins n’ont pu être évacués ; certains ont combattu jusqu’au bout selon leur intention première de “vaincre ou de mourir” ; d’autres se sont fiés à la parole des assaillants de leur laisser la vie sauve : Trotsky avait promis, dans son ultimatum du 5 mars, la « clémence de la République soviétique à ceux qui se rendraient sans conditions » ; message réitéré le 15 mars par Zinoviev, le président du Comité de défense de Pétrograd, lorsqu’il avait donné l’ordre aux troupes de la 7e Armée de ne pas exercer de violences envers ceux qui passeraient volontairement de leur côté1. Dans un tract diffusé à l’intention des Kronstadiens pendant l’assaut du 17, il avait été confirmé que tous ceux qui se rendraient « n’avaient été et ne seraient pas fusillés2 ». Le commandant du groupe Sud, Sédiakine, avait aussi émis un ordre, ce même 17 mars à 24 heures, « garantissant la vie, s’ils se rendaient immédiatement et volontairement avec leurs armes3 ». Le 18 au matin, le même ordonne à Dybenko, nommé commandant de Kronstadt, de mener des opérations de nettoyage de la forteresse des derniers insurgés et de « garantir la vie à ceux qui se rendraient volontairement et déposeraient les armes4 ». Le “nettoyage” va consister à prendre les dernières positions tenues par les insurgés et à exécuter sommairement ceux pris les armes à la main, et en particulier les blessés ; ainsi, des coups de feu isolés se font entendre dès le soir du 17 et se prolongeront le lendemain.
Un témoignage paru les jours suivants dans un journal SR fait état du massacre :

… L’atmosphère devint pénible à Pétrograd. Je repartis pour Moscou. L’ironie du destin m’amena à voyager dans le même wagon que les « commandants rouges », qui venaient d’écraser Kronstadt. Je regardais comme dans un rêve, dans un pénible cauchemar, leurs visages nerveux, tentant de paraître calmes. J’écoutais les expressions de joie de leurs voix enivrées de « victoire ». Parmi eux. il y avait Dybenko, le héros principal ; les autres apparaissaient simplement comme des bourreaux, lui portait en plus l’empreinte du traître Judas. Renégat de la Révolution, renégat de la Flotte, il semblait qu’il le sentait lui-même et se vengeait de sa propre chute. Ce n’est pas pour rien qu’on l’avait nommé commandant de Kronstadt, sitôt la ville investie. Il fallait voir le rictus de ses lèvres lorsqu’il parlait des 900 matelots et soldats rouges qu’il avait fait fusiller dès le premier jour de la prise de la forteresse. Il disait, en souriant cyniquement : « À la guerre comme à la guerre… Il n’y avait pas à faire des manières avec ces canailles !… »

D’autres admirent tout simplement les belles montres offertes par le Soviet de Pétrograd, ou les décorations du Drapeau rouge – rouge du sang des paysans et ouvriers qu’ils venaient de faire couler abondamment à la gloire… de ces mêmes paysans et ouvriers. Ils tentent de garder le sérieux qui incombe à des généraux rouges. Évidemment, ils n’y arrivent pas, ce qu’ils viennent de vivre ruisselle d’eux. Il est particulièrement pénible d’entendre leurs récits sur la prise de Kronstadt5.

De leur côté, quelle avait été la position des insurgés à l’égard des communistes ou soldats prisonniers ? On l’a vu, lors de l’assemblée du 1er mars et de l’adoption de la Résolution du Pétropavlovsk, la peine de mort avait été supprimée. Les commissaires, tchékistes et communistes arrêtés avaient été bien traités ; tout comme les 250 membres du Parti laissés en liberté, dont les actes de sabotage avaient pourtant été si évidents le 17 mars ; c’est d’ailleurs à leur intervention que les insurgés attribueront la principale cause de leur défaite. Pétritchenko et ses compagnons, alors internés dans un camp en Finlande, s’en sont expliqués, le 22 mars, lorsque M. Yakovlev, un membre du groupe d’initiative de l’Union russe hors partis, basée à Reval, leur avait posé la question : « Pourquoi s’être conduits de cette manière aussi bienveillante envers leurs ennemis ? » ; ils avaient répondu : « Nous nous sommes insurgés contre la violence et l’injustice des commissaires, et nous n’estimions pas possible d’agir de même6. » C’était tout à fait louable dans l’absolu mais, ici, cette attitude ressemblait à de l’angélisme, ce dont ne feront jamais preuve leurs adversaires. Lors des combats du 17, plusieurs commissaires et koursantis furent faits prisonniers et des marins se proposèrent de les fusiller, car ces « communistes leur avaient méchamment tiré dessus ». Ils avaient déjà été alignés devant un mur lorsque l’un des matelots intervint soudainement : « Frères ! Nous n’allons pas les fusiller maintenant, ils ne vont pas se volatiliser. Emmenons-les en prison et demain on verra7. »… Et ils furent libérés la nuit suivante par les assaillants. Il faut cependant rappeler ici que Pétritchenko et l’équipage du Pétropavlovsk avaient joué, en juin 1919, un rôle déterminant dans la répression de la révolte du fort de la Colline rouge contre la commissarocratie et la dictature bolchevique, au nom des mêmes aspirations que les insurgés de 1921. Mais là, les révoltés n’avaient pas hésité à fusiller 200 dirigeants communistes et tchékistes de Kronstadt ; ce qui ne leur avait pas évité la défaite par leurs camarades kronstadiens, trompés sur la signification de leur mouvement par la propagande officielle. Cet échec avait condamné l’offensive de l’armée russe du général Rozanov sur Pétrograd et changé l’issue du conflit. Hélas, rien de cela ne comptait désormais aux yeux de Lénine et de son parti, exigeant une soumission totale à leurs diktats.
Pour justifier leur répression, les bolchéviks vont invoquer un ordre du Revkom de la dernière heure de fusiller les commissaires. Le problème est qu’il n’y figure aucune trace dans les archives, ni dans les témoignages ultérieurs des insurgés eux-mêmes. En fait, la question avait été effectivement discutée au sein du Revkom, à la demande de Léon Schoustov, commandant de la prison, lequel se sentait menacé par les détenus ; mais cette mesure lui avait été refusée, on ne la lui avait juste permise qu’en cas d’autodéfense ; il avait alors dû se contenter d’installer une mitrailleuse devant la porte de la prison, ce qui n’avait pas suffi, car il avait été surpris et tué par derrière par Toussov, l’ancien commandant communiste de la prison jusqu’au 14 mars.
Voyons à présent les témoignages des commissaires emprisonnés. Vingt-trois d’entre eux avaient été isolés dans des cellules individuelles, cela, selon les insurgés, afin qu’ils cessent de monter les autres détenus contre le Revkom. Zossimov, le commissaire politique des deux cuirassés déclarera, lui, dans sa déposition devant la Tchéka, qu’une éventuelle exécution avait été envisagée, de “manière allusive”, puis “ouvertement”, par les condamnés de droit commun de la prison, qui avaient été chargés de la mettre en œuvre et elle aurait été fixée au 18 mars. Ce jour-là, – comme par hasard après l’affrontement de la veille et l’évacuation de la forteresse par les insurgés -, on aurait jeté des grenades à l’intérieur de la prison pour obliger les prisonniers à fuir en courant – cela suppose que les portes aient été ouvertes ! – et ils auraient alors été fusillés par la mitrailleuse installée juste à la sortie par Schoustov ! Toussov l’aurait pris de vitesse8. Un autre commissaire emprisonné, le Letton Bâtis, affirme que les commissaires et tchékistes jugés les “plus malfaisants” avaient été sélectionnés pour être fusillés9. Le juge tchékiste Sitnikov, emprisonné également, y va de sa version : le 16 mars, suite à la confiscation de leur couteau de poche, porte-cigarettes et alliance, ils auraient dû subir la “peine suprême de châtiment” décidée ce même jour. Ici encore, aucune trace de cette décision10. Le fameux commissaire de la Baltique N. Kouzmine déclare, le 25 mars, lors d’un plénum du Soviet de Pétrograd, que l’exécution avait été prévue pour le 18 à 3 heures de la nuit et que les 23 commissaires devaient être fusillés par les droits communs, car les marins n’étaient pas sûrs. Fort opportunément, ils avaient été libérés juste à temps, il s’en était fallu d’une demi-heure ou d’une heure11 !
Victor Serge, présent à ce moment et proche collaborateur de Zinoviev, écrit dans ses Mémoires que la Pravda de Léningrad publia que le commissaire Kouzmine, « fait prisonnier à Kronstadt, avait été brutalisé et n’avait échappé que de justesse à une exécution sommaire, ordonnée par écrit par les contre-révolutionnaires ». Connaissant personnellement Kouzmine, « professeur de son métier, soldat énergique et laborieux, gris de la tête aux pieds, de l’uniforme au visage ridé », qui s’échappa de Kronstadt et revint à Smolny, doutait de cette version : « J’ai peine à croire, lui dis-je, qu’on ait voulu vous fusiller. Vous avez vraiment vu l’ordre ? » Il hésita, confus : « Oh! on exagère toujours un peu, il y a eu un petit papier comminatoire… » Bref, il avait eu chaud, rien de plus. Mais alors que Kronstadt insurgée n’avait pas versé une seule goutte de sang, n’avait arrêté que quelques fonctionnaires communistes, traités avec ménagements – la grande majorité des communistes, plusieurs centaines, s’étant ralliés au mouvement, ce qui montrait assez l’instabilité de la base du Parti -, on créait une légende d’exécutions manquées12. » Cette affirmation ne reposait sur rien de précis mais a servi, en revanche, d’alibi au massacre des Kronstadiens.
Justement, une fois maîtres de la place, les bolchéviks allaient-ils tenir leurs promesses de vie sauve pour les insurgés qui se seraient volontairement rendus ? Prenons le cas des équipages des deux cuirassés, principaux promoteurs du mouvement. Convaincus par les communistes de leurs navires de rester sur place, alors que, s’ils avaient voulu partir, rien ni personne n’aurait pu les en empêcher, étant armés et nombreux, avaient-ils fait le bon choix ? L’un des vainqueurs, matelot également, V.K. Stépanov trouve confuses les explications de ses camarades, ce qui les rend pitoyables à ses yeux. Leurs propos maladroits consistant à se présenter « en victimes d’une tromperie par des slogans démagogiques », lui semblent d’autant plus pénibles qu’ils proviennent de ses camarades de service dans la Flotte13. En revanche, il faut voir l’air abattu des marins “sauveurs” du navire sur les photos d’archives publiées, surtout lorsqu’on les voit la plume à la main rédiger chacun leur version des faits, confession exigée rituellement par les commissaires politiques14.
Les juges tchékistes n’ont pas traîné pour juger les “coupables”. Dès le 20 mars, une troïka du tribunal de campagne du groupe Sud condamne à la “peine suprême de châtiment” 13 marins du Sébastopol, dont le commandant adjoint du navire, des enseignes, des artilleurs et 5 membres de son comité élu : décision non soumise à un appel et exécutable immédiatement15. Un procès-verbal de la troïka extraordinaire tchékiste établie le même jour fait état de 367 condamnés à mort, dont 167 marins du Pétropavlovsk, 50 du Sébastopol, 61 du 560e régiment, 33 de l’école des machines et 53 d’autres unités ; un procès-verbal du lendemain 21 mars note 32 marins du Pétropavlovsk et 39 du Sébastopol condamnés à mort ; le 22 mars, 334 nouvelles condamnations à la peine suprême sont prononcées ; le 24 mars, ce sont 73 autres et, enfin, le 3 avril, 64 membres du détachement d’instruction des mines sont fusillés17.
Un recensement des deux équipages en date du 24 mars indique 638 marins présents, 14 officiers arrêtés, 2 en fuite sur le Pétropavlovsk et 658 marins et ses officiers ayant été tous arrêtés sur le Sébastopol, soit un total de 1 312 sur un effectif initial de 59 officiers et 2 234 marins, cela sans préjuger des exécutions postérieures, comme celle du président du comité du Sébastopol Korovkine et du membre du Revkom Pérépelkine – dont les procès-verbaux d’interrogatoire figurent dans les archives -, mais qui ont été temporairement maintenus en vie à toutes fins utiles, jusqu’à leur exécution ultérieure17. Un autre rapport, celui du commissaire de la direction opérationnelle des forces navales Boïkov, révèle déjà, une semaine plus tard, le 31 mars, un nombre bien moindre de marins : 450 sur le Pétropavlovsk et 603 sur le Sébastopol, et il ajoute que de nouvelles arrestations ont lieu chaque jour ; il constate en passant que les marins de ces navires ne sont pas jeunes, mais plutôt âgés. On peut par conséquent constater l’absence de plus d’un millier de marins correspondant à des pertes au combat, à des réfugiés en Finlande et surtout à des exécutés. Reste à savoir si les exécutions sommaires et les morts au combat ont figuré dans ces statistiques ; on peut plutôt se demander s’ils n’y ont pas été intégrés. Malgré tout, on peut donc assimiler légitimement ces exécutions massives à un massacre de ceux qui n’avaient eu que le tort d’avoir voulu des élections libres des soviets et de n’avoir pas touché à un seul cheveu des communistes et tchékistes arrêtés.
Voyons maintenant plusieurs cas significatifs de condamnations à mort. Commençons par celui du “bureau provisoire du parti communiste”, constitué le 3 mars et auteur d’un appel à collaborer avec le Revkom. Ses trois responsables, Illine, Kabanov et Pervouchine, avaient été arrêtés et emprisonnés par le Revkom, le 5 mars, accusés de jouer double jeu pour avoir communiqué des renseignements à l’ennemi. Jugés responsables des démissions massives de membres du Parti, leur qualité ne leur est pas comptée comme circonstance atténuante, et ils sont condamnés à mort, le 24 mars. Trois autres communistes, ayant pris connaissance de l’appel, s’étant déclarés d’accord avec lui et n’ayant pas été arrêtés, subissent néanmoins le même sort. En revanche, huit autres, ayant eux aussi pris connaissance de l’Appel, s’y étant déclarés d’accord et ayant été arrêtés, sont condamnés à cinq ans d’emprisonnement avec sursis18 ! Le cas de Véra Babour, âgée de 19 ans et employée à l’économie communale de la ville de Kronstadt, est particulièrement monstrueux : elle était allée recueillir les blessés des deux camps dans la ville et sur la glace pour les emmener à l’hôpital, où elle avait aidé à les panser. Sa faute était d’avoir été élue au sein d’une troïka et d’avoir été déléguée au Revkom. Les deux sinistres juges tchékistes A. Nikolaev et A. Gribov la condamnent à mort pour cette seule raison19.
Le 20 avril, une session du présidium, dirigée par le chef de la tchéka de Pétrograd Sémenov, prononce une nouvelle et importante fournée de 47 condamnations à mort ; y figurent : 3 membres du Revkom, Vladislav Valk (37 ans), Piotr Pérépelkine (30 ans) et Serge Verchinine (24 ans) ; les marins les plus actifs des cuirassés : Ivan Korovkine (29 ans), Lucas Savtchenko (20 ans) et Alexandre Goutsko (23 ans) ; les rédacteurs des Izvestia Eugène Vladimirov (55 ans) et Anatole Lamanov (31 ans) ; les officiers Stépan Dmitriev (42 ans), Piotr Zeleny (51 ans), Jacques Beletsky (38 ans), commandant du Sébastopol – pourtant parti en permission à Pétrograd le 26 février et arrêté le 2 mars -, Boris Karpinsky (32 ans), Zinovy Broulle (35 ans), chef artilleur du Pétropavlovsk ; les marins et délégués des brise-glaces Trouuor et Ogogne de Pétrograd, venus à l’assemblée du 1er mars à Kronstadt : Serge Erchov (21 ans), Georges Tan Fabian (30 ans), Polonais, Alexandre Mironov (27 ans), Vassili Koukline (28 ans), Nicolas Antimonov (34 ans) – lui, pour avoir appelé l’équipage à libérer Tan Fabian ; 4 délégués de revtroïkas de détachements : Alexandre Kriouk (49 ans), commandant en second du croiseur Riourik et père de cinq enfants, Vassili Egorov (31 ans), Pavel Pétrov (29 ans), Alexandre Annenkov (24 ans) ; les six marins du Sébastopol, porteurs de 3 000 exemplaires de la Résolution du Pétropavlovsk et appréhendés le 5 mars : Alexandre Oulanov (28 ans), Dimitri Sorokine (30 ans), Alexandre Tsymek (26 ans), Polonais, Alexandre Trofimov (23 ans), Nicolas Kvartaliev (30 ans) et Alexandre Stépanov (27 ans) ; 9 membres de la base aérienne d’Oranienbaum ; le commandant Constantin Pétrov (27 ans) du fort n° 6 – bien qu’il ait subi l’influence de l’ancien commandant Ivan Bourlakov (22 ans) en faveur de l’Armée rouge, lequel est gratifié d’une condamnation à un an de travaux forcés ; le communiste Nicolas Oustinov (25 ans) est fusillé, bien qu’il ait écouté, lui aussi, les conseils de Bourlakov de ne pas nuire aux assaillants rouges ; Boris Goloubtsov (22 ans), qui a déclaré être allé le 3 mars chercher des pommes de terre à Oranienbaum, mais étant d’origine noble, un vice rédhibitoire qui lui vaut l’exécution. S’ajoutent au tableau 39 condamnations de un à cinq ans de travaux forcés. Malgré tout, il y a 8 libérés et 2 acquittés, l’un mort de tuberculose et l’autre s’étant suicidé20. On peut se demander d’ailleurs si certaines de ces condamnations n’auraient pas été prononcées à titre posthume, histoire de “légaliser” leur mort. Cela dit, on ne sait rien du sort réservé aux 50 délégués envoyés par Pérépelkine pour diffuser la Résolution du Pétropavlovsk et les Izvestia sur le continent, car ils ne sont jamais revenus ni n’ont donné signe de vie.
Citons encore le cas de Philippe Smirnov, âgé de 45 ans et père de trois enfants, accusé d’avoir assuré la garde avec un fusil et d’avoir été élu membre d’une troïka chargée de préparer la réélection du Soviet de Kronstadt. Alors que le juge propose de le condamner à cinq ans de travaux forcés, la troïka extraordinaire de la Tchéka le condamnera à être fusillé comme “participant actif et membre d’une revtroïka21”.

Les responsables les plus actifs des insurgés faits prisonniers se conduisent avec courage lors de leur interrogatoire devant les juges tchékistes, sachant ce qui les attend. Les seules exceptions sont le commandant des garde-côtes Zélény et l’amiral Dimitriev, qui tentent de minimiser leur rôle, expliquant qu’ils avaient été obligés de participer à la rébellion sous la menace de l’État-major, du Revkom et des revtroïkas des vaisseaux ; ils se seraient limités à un rôle technique. Zélény se justifie en affirmant qu’il avait saboté les ordres de l’État-major et que, même, au plus fort des combats du 17, il « avait caché qu’il pouvait fournir plusieurs centaines d’hommes en renfort ». Il n’avait pas voulu « participer à cette aventure insensée », car il se trouvait bien au service du pouvoir soviétique à tous points de vue, jusqu’à partager même les « idées du communisme », ce que pouvait attester le commissaire politique qui lui était rattaché et avec lequel il « avait eu de longs entretiens22 ». Quant au commandant en second du Sébastopol Karpinsky, il se dégage sur son supérieur Dimitriev ; seul bémol, il dit que tous les officiers s’attendaient à ce que le mouvement évolue, après l’élection du Soviet, vers l’Assemblée constituante23. Ces retournements ne les sauveront pas pour autant du poteau d’exécution…
L’ancien président du Soviet de Kronstadt en 1917. Anatole Lamanov, n’a pu être évacué le 17 mars ou bien n’a pas voulu abandonner sa femme et ses trois enfants. Il s’explique longuement sur sa participation au mouvement. Pour lui, la rébellion de Kronstadt a été inattendue, un mouvement spontané provoqué par le mécontentement à l’égard des actions de certains commissaires et des pénibles conditions de vie. Etant dirigée contre la dictature du parti communiste, il ne pouvait qu’y sympathiser. À partir du 5 mars, il collabora régulièrement aux Izvestia des insurgés. Il y avait été invité par le rédacteur Bélov. Deux raisons à cela: d’abord, il sympathisait avec le mouvement, ensuite, il tenait à s’opposer à son orientation en faveur de l’Assemblée constituante ou vers une autre forme antisoviétique. Il met juste en doute, à partir du 11 mars, son caractère spontané, ce que lui avait confirmé la fuite en Finlande du Revkom. Maintenant, il se rend compte que sa participation a été une lourde et impardonnable faute. Il n’avait pas suivi l’évolution des événements tant à Pétrograd que dans la base, car il était surchargé par toutes ses activités pédagogiques : à l’Ecole technique, au Polytechnikoum rural de scierie sur la rive d’Oranienbaum, sans compter son activité hebdomadaire habituelle au laboratoire chimique du port, 18 leçons à l’Ecole des travaux de 3e cours, 5 conférences à l’Université populaire et 3 autres à l’Ecole supérieure du Parti. Il avait été influencé par la résolution du Bureau provisoire du parti communiste qui recommandait de collaborer avec le Revkom, mais il n’avait pas voulu en être membre lui-même. Il n’en connaissait pas tous les membres, sauf Poutiline et Oréchine qui maniaient fort bien la plume pour rédiger les Izvestia. La plupart des articles et des éditoriaux arrivaient non signés du Revkom. Il avait voulu prendre position contre l’Assemblée constituante, mais en avait été dissuadé par Pétritchenko, qui voulait conserver l’unité du mouvement. Il avait rencontré le capitaine Vilken, lequel lui avait déclaré que l’aide de la Croix-Rouge en ravitaillement n’était destinée qu’à la population civile et non à la garnison, cela sans aucune obligation politique. Il était revenu à l’Union des maximalistes, ayant appris qu’elle avait été faussement diffamée ; il expose avec précision son système de démocratie directe des soviets fondé sur l’auto-éducation des masses et qui se confond tout à fait, à ses yeux, avec la Résolution adoptée par les marins de Kronstadt contre la dictature de quelque parti que ce soit24… Une déclaration très courageuse de sa part, mais il ignorait encore que ce serait inutile pour échapper à la “peine suprême de châtiment” pour crime de dissidence envers le pouvoir dictatorial bolchévik. En tout cas, ce fut son testament politique, et il faut en saluer sa mémoire.
Trotsky propose, le 24 mars, dans un billet top secret, adressé à Molotov, Lénine et Dzerjinsky d’organiser des procès politiques contre les Kronstadiens et les makhnovistes : « L’une des tâches politiques importantes du moment réside dans la lutte contre les SR et les anarchistes [Makhno et Kronstadt]. Dans le cadre de cette lutte, il conviendrait, selon moi, d’organiser les procès des Kronstadiens, d’une part, et des makhnovistes, d’autre part. En rassemblant toutes les pièces nécessaires, il serait possible de leur donner une importante signification de propagande. En tout cas, l’effet des comptes rendus, des actes d’accusations et autres, serait beaucoup plus efficace que l’effet de brochures et de tracts sur les SR et l’anarchisme. Dans le cas de votre accord, il serait possible de confier cette tâche à une troïka composée, par exemple, des camarades Dzerjinsky, Boukharine, Radek (ou Koursky). Il serait souhaitable de régler cette question demain lors de la réunion du Politburo du Comité central en présence de Dzerjinsky25. » Hélas pour lui, cette proposition n’eut pas de suite, car le procès aurait pu se retourner contre ses promoteurs. À ce propos, parmi les documents d’archives publiés par le fonds Gorbatchev, figure une pièce incroyable : un résumé des dépositions qu’auraient faites Kozlovsky, Pétritchenko, Kiréev, l’“espion de l’Entente”, et le prêtre SR Poutiline, au moment de leurs interrogatoires à cet éventuel procès. Le premier, « général de 48 ans, n’a jamais appartenu à une organisation antitsariste, ne se considère pas comme coupable. Le motif de sa participation à l’insurrection serait la ruine de sa patrie du fait de l’existence du pouvoir soviétique ; brûlant d’une passion pour sauver la Russie, de restaurer sa grandeur, en conservant ses traditions d’une et indivisible […], aurait établi des liaisons avec des cercles d’émigrés d’Europe, en particulier d’Angleterre, de France et de Roumanie, bien avant l’insurrection. Etant informé de la venue prochaine du baron von Vilken et d’un agent de l’Entente avec lequel il avait organisé la rébellion, a estimé indispensable d’utiliser les partis SR et menchéviks, tout autant que les anarchistes, pour mettre en avant le mot d’ordre “le pouvoir juste des soviets”, considérant que sitôt qu’il aurait reçu une aide extérieure, il pourrait s’en passer ».
La déposition prévue de Pétritchenko ne cède pas en énormité à la précédente : « 28 ans, anarchiste, ne se reconnaît pas comme coupable. Indique que l’organisation makhnoviste, ayant éprouvé une défaite en Ukraine, a estimé nécessaire de déléguer ses militants clandestins au nord, où ils pourraient utiliser les difficultés de ravitaillement et de chauffage pour leurs visées. Kronstadt aurait été choisie comme la plus favorable à leurs projets, tant par sa situation géographique que pour les sympathies des marins envers les idées makhnovistes. »
Quant à celle de l’espion de l’Entente, digne d’un roman d’espionnage, elle est empreinte d’incohérences : « Dissimulant obstinément son identité, il possède des faux papiers au nom de Séménov. Lors de sa fouille, on a trouvé de l’or et des papiers codés. Il ne se prive pas de parler de son rôle avec impudence et cynisme : il avait servi dans l’armée de Dénikine; évacué dans un camp en Grèce, on lui aurait proposé de mener une action clandestine en Russie. Le consulat français de Suède lui avait fourni l’or, les documents et les instructions. Passant par la Finlande à Kronstadt, il est entré en relation avec une organisation d’officiers : puis se serait introduit dans une usine, mais là, passé à tabac par des ouvriers, il aurait mis un uniforme de marin et se serait fait engager par le Sébastopol. Il se serait acoquiné avec une bande de marins voyous et, se présentant tantôt comme anarchiste, tantôt comme SR, il aurait mené une agitation contre le pouvoir soviétique. Il régalait les marins et leur promettait une vie encore meilleure, s’ils parvenaient à chasser les bolchéviks. Après le début de la rébellion, il avait organisé et envoyé des groupes dans les environs pour provoquer un soulèvement. » Les scenarii des dépositions du marin fictif Kiréev, “23-25 ans, un bandit”, et du “prêtre SR Poutiline” sont du même mauvais tonneau abracadabrant26. L’imagination fertile des tchékistes produira par la suite encore plus de récits surréalistes, pleins d’invraisemblances et de stupidité, quand auront lieu les procès politiques des SR, en 1922, puis les purges staliniennes en 1936-39. Mais ce procès avorté des Kronstadiens leur aura servi de modèle.
Le dirigeant menchévik Dan fut emprisonné à Pétrograd en compagnie de marins et ouvriers de Kronstadt. C’est l’un des rares témoignages sur eux ; il raconte que les marins étaient très remontés contre les ouvriers de Pétrograd qui, pour « une livre de viande », ne les avaient pas soutenus et les « avaient vendus ». Déçus par le parti communiste auquel beaucoup d’entre eux avaient appartenu, ils parlaient avec haine des partis en général. Les SR et les menchéviks ne valaient pas mieux à leurs yeux que les bolchéviks : tous, ils n’aspiraient qu’à s’emparer du pouvoir et, une fois conquis, ils roulaient le peuple qui leur avait fait confiance. « Il ne fallait aucun pouvoir (d’État), c’est l’anarchisme qu’il nous faut », telle était la conclusion de la majorité des marins désenchantés par le mouvement ouvrier et les partis. Un jeune ouvrier électricien de Kronstadt fit une grande impression sur Dan : grand, costaud, avec une belle tête, il avait été arrêté avec une dizaine de ses camarades et on les avait emmenés à pied sans les nourrir pendant trois jours vers Pétrograd. Les convoyeurs avaient voulu les fusiller, l’intervention de leur chef les en empêcha. Selon cet ouvrier, après la prise de Kronstadt, 600 prisonniers avaient été fusillés. Selon lui, l’insurrection avait été une surprise pour les insurgés eux-mêmes. Personne ne s’attendait à ce que leurs modestes exigences, pour lesquelles presque tous les communistes présents avaient voté, non seulement ne rencontrent qu’un refus brutal et catégorique mais susciteraient l’ordre féroce de Trotsky d’une répression impitoyable. Les causes de l’insuccès de l’insurrection : pour obtenir un succès militaire, il aurait fallu transmettre toute l’organisation aux mains des officiers, mais les insurgés redoutaient son résultat politique, raison pour laquelle ils subirent une défaite militaire. Les bolchéviks s’imaginaient que le général Kozlovsky était le meneur de l’insurrection, alors qu’il n’avait que continué à assumer sa fonction antérieure de chef artilleur et ne disposait d’aucun pouvoir. Au cours d’une promenade dans la cour de la prison, Dan fait la connaissance de Pérépelkine, détenu là aussi. Celui-ci avait réussi à rédiger un compte rendu complet de l’insurrection et à le faire passer à l’extérieur, mais on ne sait s’il n’a pas été perdu. Pérépelkine ne cachait pas ses convictions anarchistes et racontait dans son mémoire : « quelle atmosphère printanière et enthousiaste s’était installée à Kronstadt ; les gens dansaient de joie dans les rues pour s’être débarrassés des bolchéviks, de quelle manière ils allaient ravitailler les avant-postes, comment les marins, soldats et ouvriers fraternisaient ». Toutes les naïves illusions politiques du mouvement et toute sa réalité tragique étaient retracées dans le récit de Pérépelkine. Une nuit fatale, deux camions vinrent chercher 40 Kronstadiens et les emmenèrent au polygone de tir pour les fusiller. D’après les surveillants de la prison, les condamnés sortaient de leurs cellules en chantant le chant révolutionnaire Vous êtes tombés victimes pendant que les exécuteurs tchékistes, ivres, les insultaient grossièrement27.
Un rapport du 26 mars de la Tchéka, noté “secret et souligné trois fois” par Lénine, affirme qu’il « n’y avait pas d’organisation initiatrice de l’insurrection et qu’elle s’est créée au fur et à mesure de l’évolution des événements28 ». C’est le démenti formel de tout complot et il sera confirmé par tous les autres rapports secrets de la Tchéka. Lénine revient rapidement, le 20 août 1921, à de meilleurs sentiments à l’égard des insurgés en s’en prenant aux « complices inconscients des gardes blancs, répétant les fautes des malheureux Kronstadiens du printemps 192129 ».

Le 20 avril, le sinistre chef tchékiste A. Nikolaiev fait le point sur la “répression des mutins de Kronstadt”. Selon les données dont il dispose, ce sont les équipages des deux cuirassés Pétropavlovsk et Sébastopol qui ont été les plus actifs combattants avec leur artillerie et mitrailleuses contre les vagues d’assaillants ; dans les combats de rue de Kronstadt, ce sont les détachements de garde-côtes, les élèves de l’école des machines30, le détachement des élèves de l’école des mines, le contingent du service de liaisons, les équipages mixtes des navires, complétés par ceux des cuirassés, le 560e régiment de fusiliers marins de Kronstadt et une partie du 561e qui s’était volontairement rendu le 7 mars. La troïka a accordé une attention spéciale au corps de commandement et aux membres des troïkas des insurgés. De cette façon, du 20 mars au 15 avril, 3 000 participants actifs de la mutinerie ont été arrêtés, dont 40 % (1 200) ont été condamnés à la “peine suprême de châtiment”, 25 % à cinq ans de travaux forcés, 35% libérés et quelques-uns à un an de travaux sociaux avec sursis31.
Une statistique top secrète pour les mois de mars et avril, établie le 1er juin, comptabilise 2 168 condamnés à mort dont quatre femmes, 6 528 arrêtés, 1 965 condamnés aux travaux forcés, 1 272 libérés et 232 restant à juger33.
Une statistique ultérieure établie en 1935-1936, suite à un déménagement des archives du NKVD, mentionne 10 026 arrestations, dont 2 103 condamnés à mort, 6 459 à des peines de travaux forcés de 6 mois à 5 ans et 1 464 libérés33. Selon la procédure de responsabilité politique instaurée par le Parti, chaque procès-verbal d’une exécution devait comporter les noms et signatures des fusilleurs, ce qui expliquerait le caractère secret qui les entoure.

Lénine et Trotsky s’embrassant sur le cadavre d’un marin de Kronstadt

Notes

1 La tragédie de Kronstadt, op. cit., tome 1″, p. 438-439.
2 Ibid., p. 487-488.
3 Ibid., p. 487.
4 Ibid., p. 498.
5 Révolioutsionnaya Rossia (La Russie révolutionnaire), n° 8, Prague.
6 La tragédie de Kronstadt, tome 1″, p. 598.
7 Le krach d’une aventure contre-révolutionnnaire, op. cit. : A.I. Lovkov, « Au premier rang », p. 184.
8 La tragédie de Kronstadt, op. cit., tome 1″, p. 512.
9 Ibid., p. 594.
10 Ibid., p. 514.
11 Ibid., p. 631.
12 Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire -1901 -1941, Paris, Le Seuil, 1978, p. 135.
13 Le krach d’une aventure contre-révolutionnaire, op. cit. : V.K. Stépanov, « Le Parti mobilisait les meilleurs », p. 213.
14 La tragédie de Kronstadt, op. cit., tome 1″, cahier photos, p. 352.
15 Ibid., p. 572-574.
16 Ibid., p. 422-423.
17 Ibid., tome 1″, p. 611-612.
18 Ibid., tome 1″, p. 619-620. Dans le tome 2, p. 426, le nom, l’âge et d’autres renseignements sont fournis sur tous ces condamnés.
19 Ibid., tome 1″, p. 651-653.
20 Ibid., tome 2, p. 71-85.
21 Ibid., p. 425.
22 Ibid., tome 1″, p. 526-531.
23 Ibid., p. 525-526.
24 Ibid., p. 535-539.
25 Ibid., p. 609
26 Kronstadt 1921 – Documents, op. cit., p. 363-365.
27 Fédor Dan, Deux années d’errance (1919-1921), (R), Berlin, 1922, p. 153-157.
28 La tragédie de Kronstadt, op. cit., tome 1″, p. 641-642.
29 Ibid., tome 2, p. 439.
30 La résistance opiniâtre des élèves de l’école des machines s’explique par leurs qualités athlétiques, car c’étaient dans leur majorité des sportifs bien décidés à ne pas se laisser faire.
31 Ibid., tome 2, p. 91-94.
32 Ibid., tome 2, p. 122-123.
33 Ibid., p. 444-445.

Comments (1)
  1. Pour sur et certain que j’étais ”au courant” de tout cela!!! En y ayant de facto attaché TROP PEU d’intérêt…Cause-s, nulle études vu que tout ce que acquit me revient en propre…Avec des écrits et documents d’époque, aussi. Vu que mis à part Kronstadt et la Finlandisation de cette dernière, qui déjà me laisse haïr la RUSSIE-RUSSE et pour cause…Quant-aux ”historiens”-riennes!!! Sauf tous et toutes les ”autres”. Cela vaut pour TOUS les domaines depuis au moins 1973 avec le cartel criminel organisé! En 2008 c’est encore pareil via ”Greenspan”, jusqu-à ce que cela explose…Dit par lui-même donc et réalisé par les criminels criminogènes de Wall Street. Les doutes encore présents chez moi(mais oui!)furent anéantis par les faits! Alors depuis Mars et Kronstadt re-actualisé c’est LOURD. Des marins tirant sur d’autres marins Potemkine. J’ignorais la saloperie absolue de cette société, et pour cause!!! Né après 1945 (47) et am belgium where is the problem? Ailleurs donc! Alentour c’est certain! Mais bon! Années se suivant et LA géogaphie me tenant de tout près cela fit que ”l’histoire” de l’école, merdique, les parents idem, c’est petit-à-petit que en LISANT, etc! Puis ”un jour” parmi d’autres…Me voilà tombé sur Francis Cousin au hasard des pages internet depuis à peu près 2017…Ouf!!! La découverte mais encore!!! First décoder le language trop fort pour moi! puis entendre ce que explique, etc!!! Parceque les présocratiques j’adorais dans mon La pléiade…Surtout Diogène Laërce… Puis nous voilà avec Guerre de Classe…Et tout coule de SOURCE! La source Marx alors…LOURD DONC +TRES+ ENCORE. DIRE MERCI EST INSUFFISANT et je verrai pour une contribution communiste communarde dès que possible… Le printemps s’affiche un peu plus chaque jour, mais pas communiste. Hasard je regarde un film de 1925 de Sergueï Mikhailovitch Ensenstein VOSTR-Le cuirassé Potemkine. Alors la baisse du taux de profit ne se peut voir là… Encore que j’ignorasse à ce jour que cela fut LA question de cette immonde société…Chose aquise et merci encore pour tout ce que vous réalisez depuisX temps, ainsi que les visio-con-férences pas con du tout ô que non… Répéter n’est-ce pas la seule façon à faire ”entrer” ce que se peut pour désaliéner laliénation? GRAND MERCI A TOUS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *