Guerre de Classe présente… Rendez-vous radical avec l’histoire réelle

Le traité de Rapallo : Archétype dialectique de la géo-politique de la marchandise contemporaine… Guerre commerciale totale USA-Europe et crise finale du Capital…

Intervenants : Thibaud, Daniel et Francis Cousin


Pour ce qui concerne des points à mentionner ici et à ne pas oublier :

Premièrement ; La guerre comme développement préalable à la paix…

Karl Marx, Introduction à la critique de l’économie politique

Qu’est-ce qui apparaît précisément comme “ élément primitif ” de la violence elle-même ? La puissance économique, le fait de disposer des moyens de puissance de la grande industrie. La violence politique sur mer, qui repose sur les navires de guerre modernes, se révèle comme n’étant absolument pas immédiate, mais précisément due à la médiation de la puissance économique, du haut développement de la métallurgie, de l’autorité exercée sur des techniciens habiles et des mines de charbon abondantes.

Friedrich Engels, Anti-Dühring

En l’espace de quelques courtes décennies, la France qui s’est en grande partie auto-détruite dans la guerre du Golfe, a ainsi pu renoncer aux derniers restes des rêves de son héritage gaullien pour se plier complètement aux visées secrètes des réseaux ultra-atlantistes du gouvernement du spectacle mondial qui a pu alors reconvertir de fond en comble la politique étrangère du Quai d’Orsay afin de la mettre sous le joug direct du bruxellisme, de la City et de Wall Street.

…La corruption, le maquillage et la mutilation expriment le cœur mondialisé de l’aliénation cosmopolite et l’anatomie du monde caché qui en procède a ainsi réussi à intervertir exhaustivement le beau et le laid, le vrai et le faux, la décence et l’obscénité. Dans la réalisation sans restriction de la forme-marchandise, il va de soi qu’à mesure que la liberté absolue de l’abondance mercantile matérialise le spectacle social du mensonge le plus moderne, il faut toujours garder à l’esprit que plus gagne du terrain le règne de la démocratie terroriste du pouvoir fétichiste, plus se renforce le secret de la domination marchande et ainsi s’affirme davantage la domination du secret de la marchandise. Le spectacle atlantiste du libre-échange dans sa marche en avant vers le nouvel ordre mondial américain du fanatisme capitaliste s’est toujours satisfait d’avoir eu à la tête de son Union européenne et des gouvernements vassaux qui s’y rattachent, de bons laquais rampants sélectionnés, conditionnés et placés là par les multiples maillages et lacis de la CIA et de la NSA. Du banquier américain Jean Monnet au magicien fiscal Jean-Claude Juncker en passant par l’ex- stalino-maoïste Manuel Barroso, l’omnipotence de l’apologie mensongère de la loi de la valeur, en toutes ses bandes et coteries indécentes, entretient assidûment des liens discrets mais fort étroits non seulement avec Goldman Sachs et toutes ses fraternités financières dissimulées mais encore avec l’ensemble des divers services spéciaux des États-Unis.

VÉRIDIQUE RAPPORT SUR LES DERNIÈRES NÉCESSITÉS DE PRÉSERVATION ET D’EXTENSION DE LA DOMINATION AMÉRICAINE SUR LE MONDE

Avant-propos

Dans la guerre actuelle, le prolétariat conscient ne peut identifier sa propre cause à aucun des deux camps…

… la politique du prolétariat ne connaît pas de « retour en arrière », elle ne peut qu’aller de l’avant, il lui faut toujours aller au-delà de ce qui existe, dépasser ce qui vient d’être créé. C’est en ce sens seulement qu’il peut opposer sa propre politique à celle de chacun des deux camps impérialistes en guerre.

Rosa Luxemburg, La crise de la social-démocratie

Les services parallèles du département d’État ont ainsi placé les États-Unis aux frontières des pays Baltes et en bordure de la Russie pendant qu’ils pénétraient la Roumanie et la Bulgarie membres à venir de l’Union Européenne américaine et, naturellement, de l’OTAN.

L’intervention massive des multiples filiales ONG de la CIA et consorts en Ukraine a pu détacher Kiev de la Russie pour la réalisation des plans de Washington cherchant ici à visiblement créer une chaîne d’États satellites afin de séparer la Russie de l’Europe…

CRITIQUE DE LA SOCIÉTÉ DE L’INDISTINCTION

L’impérialisme de la marchandise américaine détruit le nucléaire stratégique français, il liquide les dernières prétentions d’indépendance stratégiques du vieux continent en interdisant toute possibilité de renaissance de quelque traité de Rapallo que ce soit en vassalisant à outrance le potentiel technologique et militaire français soldé par les employés de bureaux élyséens, cornaqués par l’OTAN, la CIA et leurs officines bruxelloises…

DU SPECTACLE FETICHISTE DE LA MARCHANDISE MONDIALE ET DE SA CRISE FINALE…

Cela fait trois décennies que l’espace ukrainien est le théâtre géo-politique de mille luttes visibles et invisibles menées par l’impérialisme yankee pour tenter de séparer définitivement le haut potentiel industriel de l’ouest européen des vastes espaces russes arriérés aux multiples ressources minérales car l’éventualité d’un partenariat économique allant de Brest à Vladivostok a toujours été la hantise première du Pentagone. C’est pourquoi l’Union européenne du banquier atlantiste Jean Monnet fut directement mise en forme par les États-Unis aux fins de neutraliser d’abord toute possibilité d’axe stratégique d’indépendance entre Paris, Berlin et Moscou puisqu’un tel projet, en constituant la première puissance mondiale remettrait définitivement en cause l’hégémonie totalitaire du billet vert sur le monde.

Groupe Guerre de Classe, Mars 2022

Comments (23)
  1. Alors que nous sommes plongés dans une accélération de l’Histoire qui réclame de nous d’apporter des réponses claires sur les événements que nous vivons, vous parlez du traité de Rapallo. Vous ne vous sentez pas quelque peu à côté de la plaque ?
    Vous êtes des communistes de bibliothèque.

    • Celui qui ne comprend pas que l’accélération de l’histoire a pour centre de son devenir la crise finale du Capital et les contradictions dialectiques qui fixent la guerre commerciale USA-Europe est totalement à côté de la plaque et ne saisira jamais rien des luttes de classe radicales qui en résulteront … Vous vous êtes choisi une belle image narcissique spectaculaire et si vous n’avez pas compris que le communisme est l’Aufhebung de toutes les bibliothèques, vous êtes bien un benêt prétentieux mais vide de toute substance révolutionnaire et peu doué pour le déchiffrage historique… Vous vous êtes trompé de lieu, Rapallo c’est trop complexe pour vous et vos arts appliqués d’ignorance décorée, retournez produire vos ridicules productions réformistes là où vous avez l’habitude d’aller distraire votre ennui bâté !

    • Je présume que vous n’avez pas visionné l’émission, ou alors pas dans son intégralité. Il y a le traité de Rapallo, derrière lequel se cache une lutte pluriséculaire entre deux forces productives aliénatoires dans la géopolitique mondiale du développement de la valeur d’échange. Et la crise Ukrainienne est justement l’aboutissement de cette conflictualité, qui verra, quelle que soit l’issue, la désagrégation du mode de production capitaliste se poursuivre et la colère radicale du prolétariat monter. Rapallo n’est donc un hors-sujet que pour celui qui ne saisit pas – ou ne veut point saisir – les grands enjeux de la crise terminale du Capital et de la révolution communiste mondiale qui vient.

    • Les réponses sont pourtant apportées très clairement pour celui qui veut les recueillir humblement. On peut ne pas vouloir (ou ne pas pouvoir encore) briser le voile de l’idéologie marchande qui empêche de saisir la critique radicale mais la moindre des choses est de rester courtois envers ceux qui font oeuvre de transmission ou au moins leur apporter une contradiction claire.
      Ce qui est décisif pour l’émancipation du Prolétariat est nécessairement caché par le Capital, et donc déterrer Rapallo dont personne ne parle est bien sur fondamental pour saisir la crise terminale du Capital.

    • Malheureusement tu as raison, alors que l’oppression capitaliste sévit, on ne peut que très difficilement être pleinement communiste.
      Certains choisiront d’être communiste de bibliothèque, d’autre de rue et ce troisième des champs.
      L’essentiel est qu’un jour, on se retrouve tous sur la place du place du village pour fêter la disparition du capital ensemble.

      • Qui aujourd’hui parle du concept de Rapallo ? Personne à part Guerre de Classe.
        Pourtant, c’est bien le concept central pour saisir la géopolitique du Capital, comme pour tous les sujets, clairement désigner son ennemi c’est le préambule pour pouvoir le combattre efficacement…
        Si ça ne vous intéresse pas, personne ne vous oblige à écouter, vous pouvez retourner vous promenez dans les champs, en revanche, la balade dans les champs n’est subversive que lorsqu’elle est en lien avec l’histoire mondiale de la lutte des classes pour saisir tout cet héritage radical qui parle aux hommes qui veulent se tenir debout…
        Vous pourriez nous dire que l’extrême gauche du Capital, au fond, ce sont des communistes des rues et que l’important c’est de tous se retrouver au bout du chemin, la fameuse fraternisation dans le vague…
        D’ailleurs, ne vous inquiétez pas, les camarades qui suivent Guerre de Classe ne sont pas des rats de bibliothèque ou des intellectuels, ils font juste l’effort de sortir de leur ignorance première et avec humilité, essaye de comprendre parce qu’ici, ils savent que c’est essentiel…

    • La réponse est non. Il y a cette logique incoercible qui fait que, dans l’histoire du continent européen, un mode de production aliénatoire en a engendré un autre, pour que l’histoire aboutisse au dernier mode de production de l’aliénation, devenu mondial et ayant digéré tout ce qui lui faisait antériorité. Mais l’essentiel n’est pas tant de comprendre pourquoi ce qui a eu lieu n’aurait pas pu être évité que de saisir pourquoi la mort du Capital est inévitable…

    • La réponse est dans la question.
      Si le mot humanité existe c’est qu’il y a un capital.
      Dans un monde sans capital, il n’y a pas besoin d’humanité.
      Il y a des êtres, des communautés d’être et le cosmos pour terrain de jeux…

  2. Si Rapallo est un archétype géopolitique terrestre des luttes inter-capitalistes, quid de la synthèse supra-capitaliste : coopération dans l’espace ? Programmes spatiaux secrets tant le secret est consubstanciel de la gestion capitaliste en phase de domination réelle achevée? Si technologies spatiales secrètes, quelle généalogie ? Beaucoup de questions, sans trop de réponses tangibles. Merci pour le partage de vos analyses critiques qui élèvent le niveau du débat. Seul bémol, la lecture d’ouvrages de philosophie en général et ceux de Francis en particulier est un peu ardue étant donné le jargon utilisé.

    • En général, jargon est le mot d’excuse pré-fabriqué de tous les feignants qui veulent bien papoter du facile pour soi-disant agripper la vie mais sans faire évidemment l’effort de se mettre en mouvement de poussée véritable vers l’ardu vivant du mouvement réel. Tant que vous ne lirez pas – dans votre corps – le laborieux du vivant, la vie laborieuse de l’émancipation vous échappera.

      • N’oublions pas que l’hémorragie de nos désirs s’est éclipsée sous l’azur bleu dérisoire du temps qui se passe, et contre duquel on ne peut rien.

      • Pas d’accord, avec toi, l’acquisition du Jargon est un acte bourgeois, dans un monde sans capital, nous n’aurons plus besoin de jargon, nous n’aurons plus besoin de la compréhension de Marx pour nous sortir de notre aliénation au mode de pensée capitaliste.
        L’œuvre de Guerre de Classe va clairement dans le bon sens pour nous diriger vers une parousie communiste, mais ce n’est pas la seule voie, et en les suivants, tout en crachant sur ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas les suivre, vous finirez Bolchevik.

        • Les révolutionnaires n’ont pas de jargon. Ils creusent la langue complexe du mouvement réel de la complexité historique voilée et défigurée par le fétichisme de la marchandise. Ceux qui par contre appellent jargon cet effort difficile de méthode démontrent qu’ils n’ont pas compris que celui qui reste à la facile superficialité des choses, se condamne à n’être qu’un simple réformiste des apparences. LIsez l’Idéologie allemande et les Grundrisse!

          • Cher Bruno,
            Tu ne me convins pas.
            “Mouvement réel de la complexité historique” =jargon,
            “Fétichisme de la marchandise” = jargon.
            Tous ce que tu écris est conscience fausse (pareil pour moi), certes cherchant le chemin de son abolition, néanmoins fausse, et s’abolira quand le communisme se réalisera.
            Il n’y a aucune honte a jargonner tant que l’on en reste conscient et que cela reste pour la bonne cause.
            Sous la bannière communiste la seul chose qui importe c’est ce que l’on veut: un monde sans marchandise. Personne ne décide de l’accomplissement de ce vœux, on ne peut que tracer des voix qui y mènent. Celle que tu décris en est probablement une, mais si tu crois que c’est la seule et refuse qu’elle soit nommée par ce qu’elle est, a mon avis tu te condamnes a te perdre loin du vrai communisme.
            Cordialement

        • Pour se tenir debout dans le monde de l’exploitation capitaliste, il faut commencer par en refuser l’abrutissement…

          Joseph Dietzgen, tanneur, écrivant L’essence du travail intellectuel humain au XIXème siècle, Carlo Cafiero publiant un abrégé du Capital pour le diffuser massivement auprès des ouvriers, Vera Zassoulitch rapportant à Marx le succès en Russie du Capital alors pourtant interdit… Tous nous indiquent que l’une des stratégies majeures du mode de production capitaliste dans l’extension de sa domination sur le monde a été de décérébrer au possible le prolétariat pour l’arracher à son Histoire, à son héritage et ainsi, par son abaissement constant au présent, l’empêcher de concevoir son devenir radicalement révolutionnaire.

          Althusser a aussi considéré le “fétichisme de la marchandise” comme un jargon superfétatoire… Vous jugerez facilement du chemin que vous empruntez à la lumière du sien : contre-révolutionnaire…

          Contre tous ceux, par ailleurs, qui adorent condamner la difficulté de la théorie pour prêcher opportunément la religion de la blouse bleue et des mains dans le cambouis, tous ceux qui ont toujours été les meilleurs fusilleurs du prolétariat lorsque, cessant justement d’être du Prolétariat, simple outil producteur et reproducteur du Capital, il osait ouvrir les chemins de son auto-abolition … Nous disons: à bas le Capital ! et … à bas le prolétariat !

          • Chère Diane

            Honnêtement je ne comprends pas le problème que vous avez avec le mot Jargon.

            Je considère que lorsque l’on n’est pas d’accord avec quelqu’un, ce sont nos consciences fausses qui ne s’accordent pas, puisque par définition nos consciences vraies n’ont pas de matière pour s’opposer. Il faut donc se servir de ces échanges pour progresser et transformer les parties indistinctes de notre conscience fausse en parties plus distinctes (pour reprendre le “jargon” Guerre de Classe 🙂 ).

            Si je résume bien l’échange, un intervenant commence par reprocher au groupe Guerre de Classe d’utiliser un langage élitiste qualifié de “jargon”, qui rend difficile l’accès aux textes. Il lui est répondu que si il considère que c’est du jargon, c’est parce qu’il est un feignant qui perd son temps a produire un papotage qui ne peut contribuer a la cause révolutionnaire. J’entre en scène et fait remarquer que le langage que nous utilisons n’est pas une fin en soi puisque dans un monde pleinement communiste on n’aura plus besoin de ce langage pour déconstruire l’oppression capitaliste qui aura des lors disparue. Je valide l’utilisation du mot “jargon” qui pour moi semble être adapté pour décrire un langage technique utilisé pour une tache très spécifique (en l’occurrence la déconstruction de notre conscience fausse indistincte capitaliste). Bruno intervient et nous dis que les révolutionnaires ne peuvent avoir de jargon car leur cause et leur tache sont trop nobles pour cela (je caricature un peu). je lui répond et reitere en paraphrasant ce que j’avais écrit la première fois et insistant sur le fait que nous sommes dans le champs de nos conscience fausse largement corrompus par le capital et donc il vaut mieux se recentrer sur le résultat de la révolution que sur la révolution elle même pour garder le cap. La vous intervenez en validant les écrits de Bruno et insistant que la seul voie révolutionnaire passe par l’élèvement des consciences par un travail théorique qui abolira l’état de conscience prolétarien et par conséquence le capital. Au passage vous me qualifié de contre-révolutionnaire car ma pensée serait proche d’un Althusser qui si je lis bien entre vos lignes semble avoir fait beaucoup de mauvaises choses.

            Je n’ai aucun problème avec le qualificatif contre-révolutionnaire, personnellement je considère que nous sommes tous d’une façon ou d’une autre contre-révolutionnaire, la question étant comment ampute t on cette partie contre-révolutionnaire de notre esprit. La est le dilemme qui nous sépare. vous considérez qu’il n’y a qu’une seule voie, celle de “Guerre de Classe” (pour faire simple), je considère qu’il y a d’autre voies et que votre erreur est de passer du fétichisme de la marchandise au fétichisme du discours. Il n’y a rien de sacré dans la lutte, ce qui est sacré ce sont les hommes et d’une façon général le cosmos dont nous sommes indissociable. C’est pour cela que le terme jargon est en partie adapté car il remet en place cette lutte qui n’a de raison d’être que parce qu’il y a un capital et elle devra terminer dans les poubelles de l’histoire avec lui (la j’exagère mais des fois il faut être un peu dramatique).

            Cordialement,

            Frankie

        • Blablabla…
          Si vous aviez vraiment l’humilité de l’ignorant vous nous ficheriez la paix avec votre gloubi-boulga pseudo-critique, mais Frank le sachant enchaîne les concepts auxquels ils ne pigent rien pour en faire une mélasse débilitante et indigeste…
          Tant que Frank le sachant saura “progresser et transformer les parties indistinctes de notre conscience fausse en parties plus distinctes”, il ne tirera pas le rideau sur son “entrée en scène” spectaculaire et demeurera à quatre pattes loin de l’émancipation humaine.

          Guerre de classe contre tous les imposteurs qui, à défaut d’aller faire du ping-pong sans prétentions, viennent tromper l’ennui avec des choses trop “élitistes” qui moussent leur narcissisme.
          Ouste !

          • Chère Diane,

            Je regrette si je vous ai offensé ce n’était pas mon intention et je vous prie de m’en excuser.

            Je ne continuerai donc pas a argumenter pour ne pas alimenter votre colère, mais je voulais juste vous faire part que j’ai le plus grand respect pour le groupe Guerre de Classe qui produit un travail essentiel et vivifiant pour le communisme mondial. Vivant en Australie sous une aliénation capitaliste différente de la France, je persiste sur une voie séparée tout en m’éclairant de leur cheminement. Je trouve juste fascinant mais aussi triste, que malgré un désir commun de voire émerger un monde sans marchandises, sans argent et sans états nous ne soyons pas capable d’échanger sereinement. Il est heureux que la révolution ne dépende pas de nous et de nos déblatération mais d’un mouvement beaucoup plus profond et viscéral.

            J’ai bien reçu votre message et promet de ne plus jamais poster de message sur votre chasse gardée.

            Cordialement,

            Frankie

        • Cessez donc de pleurnicher…
          Bon vent, et ne revenez que lorsque vous aurez quelque chose d’intelligent à dire sur le concept radical de Rapallo.

    • Les intérêts du prolétariat sont radicalement antithétiques aux intérêts de toute clique capitaliste, qu’elles prônent une exploitation multipolaire ou unipolaire…
      Abolition mondiale de l’État, du salariat et de l’argent !

  3. Nos verrons un peu ce qui se passera. Mais au regard de la dynamique dans laquelle nous nous situons, un nouveau traité de Rapallo semble écarté pour longtemps… L’Amérique a bien manœuvré. Elle continue de recevoir de l’uranium de l’ex URSS.

    Liens à critiquer avec le temps svp :

    “Russie: Sergueï Lavrov n’est pas sûr qu’il soit nécessaire de rétablir les liens avec l’Occident”

    “Le ministre russe des Affaires étrangères a déclaré, lundi 23 mai, que la Russie étudierait toute offre des Occidentaux pour rétablir leurs liens et déterminerait alors si cela est nécessaire. Toutefois, la priorité de Moscou, selon lui, est de développer les relations avec Pékin”.

    https://www.lopinion.fr/international/russie-le-ministre-des-affaires-etrangeres-nest-pas-sur-quil-soit-necessaire-de-retablir-les-liens-avec-loccident

    Guerre en Ukraine : vers la rupture définitive Russie-Occident ? (Jacques Baud et Guy Mettan)

    https://www.youtube.com/watch?v=G11HqBqtkj8

    Sanctions vs Russie : vers le chaos économique ? Jacques Sapir pense que les liens sont rompus pour au moins une génération (20 à 25 ans).

    https://www.youtube.com/watch?v=GJ3FBp-m8O8&t=3s

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.

MISE AU POINT !

GUERRE DE CLASSE, sur la base communiste du refus radical de toute censure, valide tout commentaire correctement rédigé dès lors qu’il se trouve adéquat au Logos , autrement dit quand il pose les bases courtoises et intelligentes d’une position et d’une discussion quelles qu’elles soient. Tout commentaire étant bien sûr de la responsabilité exclusive de son auteur...