Barricade de vraie vie in-soumise à Paris, rue de Charonne, 1871

La France, bastion avancé de la lutte de classe prolétarienne est issue d’une longue tradition radicale qui s’inscrit dans la spécificité communeuse de l’espace-temps européen millénaire tel que ce dernier a su faire surgir, de manière pratico-théorique accomplie, le Manifeste Communiste contre l’argent et contre l’Etat… Non, la France n’est point une auberge orientale de transactions commerciales destinée à perpétuer à l’infini, les religions de soumission du pécule qui bouge sans arrêt … Elle est la terre vivante des insurrections réfractaires qui de la Commune de Paris à l’irruption des Gilets Jaunes en passant par la grève sauvage de 1968, n’a jamais cessé de rappeler que l’émancipation humaine universelle passe par la destruction de l’économie et de la politique…

Le pouvoir totalitaire de la marchandise est exclusivement l’expression unitaire de la conscience fausse, devenue complètement adéquate à la nécessité pour le temps de l’aliénation, de tenter de se rendre définitivement irréversible… Ainsi, le propre du spectacle du fétichisme marchand est-il de toujours s’acharner à démembrer tout ce qui pourrait permettre le surgissement historique d’une conscience susceptible de saisir l’imposture du temps immobilisé par le marché mondial de l’ignardise et de la passivité…

La dictature démocratique de l’histoire réifiée doit donc pour attacher la vie dans la liberté de la reproduction capitaliste sans fin disloquer l’esprit humain pour le rassembler ensuite sous les formes les plus trompeuses telles que le devenir de la marchandise les a fixées comme obligatoires…

C’est évident… La révolution sociale ne viendra jamais des faunes immigrées consommatoires qui représentent d’abord les circuits les plus aliénatoires des déplacements serviles du libre-échange capitaliste… Et ce dernier fait tout pour justement ensevelir la radicalité insurrectionnelle du prolétariat européen qui seul, sut faire apparaître les Conseils ouvriers révolutionnaires pour l’abolition du salariat… C’est pourquoi la discrimination positive intensive de tout ce qui contredit l’histoire prolétarienne radicale est bien la norme absolue de cette fade bouillie informe des razzias de la consommation mercantile la plus idiotisante telles qu’elles ne cessent d’étendre l’égalisation marchande du consommer abrutissant… De la sorte, la tyrannie démocratique des grands mélanges abêtissants vise essentiellement à nous faire sortir de l’histoire pour nous figer dans le monothéisme de la marchandise perpétuelle…

Le Capital voudrait tellement enfin déclarer mort le prolétariat révolutionnaire, qu’après avoir systématiquement opéré son grand remplacement cosmopolite par l’immigré pensionné, nouvelle Sainte production de l’économie politique antiraciste à sens unique, il s’essaye désespérément à organiser la substitution du concept historique de lutte de classe contre l’argent par celui de lutte publicitaire des races pour la re-distribution privilégiée des mille prestations possibles…

Désormais, l’immigré naturalisé de papier est intégralement devenu la marchandise de sauvetage prioritaire pour essayer de permettre au Capital d’échapper à la sanction de sa crise historique inévitable… Aussi est-il la marchandise vedette intouchable de la société spectaculaire en crise généralisée… Salarié docile et honnête qui veut s’intégrer à tout prix à la galerie marchande officielle ou profiteur de l’économie souterraine qui fait malversation en tous genres, l’immigré est clairement depuis la grande peur de la grève généralisée de 1968, le seul moyen patronal de faire maillage territorial et historique de contre-révolution pour empêcher le retour de l’insurrection ouvrière joyeuse et érotique qui dit l’amour, les sens, la nature, le vin, la cochonnaille et la jouissante Commune subversive…

Les migrants clandestins, clientèles faciles de l’obéissance au fric, désignés métaphoriquement et indûment comme sans papiers sont – en premier lieu – des chances capitalistes qu’il faut accueillir dans les bas-fonds subventionnés des mégapoles de la marchandise afin que les bobos urbains, écolos hébétés, puissent survivre dans leur misère existentielle de piteuses épaves favorisées et ainsi s’afficher en terrain avantagé, bien loin des prolétaires expulsés des centres-villes et de leurs banlieues désormais livrées au libre-échangisme des migrations exotiques les plus ahuries et les plus accommodantes… Nous sommes ainsi désormais des millions et des millions de prolétaires à être journellement traités comme des moins que rien, comme des « esclaves salariés » de la démocratie de la valeur d’échange, et bien entendu la maladive compassion des classes dirigeantes pourries ne s’occupe et ne s’émeut que de ce qui rime avec l’étranger puisque la gauloiserie de souche réfractaire doit justement être réduite au silence… Cela s’appelle la lutte des classes et contre tous les larbins du progrès mondialiste de la domestication capitaliste, le prolétariat universel devra balayer toutes les réalités systèmo-compatibles qui se dressent entre lui et son émancipation…

Pompier caillassé, chauffeur de bus mis à mort, infirmière violentée, postier dépouillé, passant racketté, petit vieux massacré et cambriolé, piéton écharpé, promeneur lynché … La racaille froussarde, récidiviste et pitoyable s’attaque toujours en nombre et vilement au prolétaire isolé pendant qu’elle adule servilement tous les circuits tarés et véreux du spectacle mortifère de l’accumulation marchande…

Un sauvage est un homme d’émotion d’avant le dressage social de la civilisation de l’argent et de l’État …
Comme le Sioux des vastes Plaines ou le Germain des Forêts profondes, le sauvage est sensible, beau et digne en la nature… Il respecte les lumières infinies de la vie et de l’amour, il honore la femme et l’enfant et il méprise l’accaparement pathologique…

À l’envers, une racaille est une ordure mécanique et prédatrice de la grande déchèterie robotique capitaliste… C’est une res, degré ultime de la réification analysée par Marx, chose qui ne voit que des choses dans un monde de chosification exclusive… Un débris haineux, laid et obtus par essence, qui ne pense pas et ne parle pas… Au contraire des blousons noirs des temps passés qui savaient encore manier une langue qui disait un certain mode d’être, les bandes capuchonnées de la banlieue boutiquière d’aujourd’hui ne peuvent plus que réciter les onomatopées de la chose mercantile la plus putridement fermée… C’est donc pourquoi la machine froide, maniaque et malveillante de la déchèterie banlieusarde est bien une merde contre-révolutionnaire qui éructe en permanence son impuissance à ressentir et qui dès lors est condamnée – par compensation maladive – à produire partout le cynisme compulsif de la crapulerie, du gang, de la bassesse et de l’abjection…

Qui sont donc ces abrutis dégénérés de la violence urbaine de la décadence capitaliste dont le prénom est toujours médiatiquement systématiquement occulté ? Non, ce ne sont point des sauvages, ce sont les excréments modernes de toute la décomposition chosifiante et pathologique de la crise historique du spectacle du fétichisme marchand…

Dans le monde de l’in-distinction et de l’inversion universelles, la réalité du vrai n’est plus qu’un moment reconstitué du faux totalitaire qui travestit l’ensemble de l’espace-temps pour que les questions historiques essentielles ne puissent plus être posées… L’État du mensonge Coronaviral est ainsi une monstruosité cybernétique de saloperies policières et despotiques infinies et les banlieues si sales du magouillage sordide constituent évidemment les sanctuaires de la dégueulasserie commerciale la plus protégée…

Voleurs, violeurs, casseurs, pillards, dealers, accapareurs, fricoteurs… Bains de sang, carnages, tueries, sadisme, insensibilité, atrocités, tortures, sévices, cruautés, couardises, indignités et vilénies… C’est tout ceci qui fait la carte d’identité puante de toutes les bandes d’ahuris incultes, immondes et lâches qui errent dans la crasse mentale des banlieues du néant historique et dont le seul motif de pitoyable vie est de faire du shopping de rapine pour toujours s’attaquer en groupe à des cibles isolées et pour aller ensuite – sans aucune dignité – lamentablement pleurnicher la fausse innocence

Dans l’ordre du trafic, de la tune, de la came et de l’ahurissement, du mensonge, de la bassesse, de la pleutrerie et de la veulerie, du vacarme et des rodéos débiles, les racailles du bas sont bien là, la matière fécale cosmopolite la plus concentrée des racailles du haut et c’est pour cela que contrairement aux Gilets Jaunes prolétaires à potentiel communard massivement mutilés, elles bénéficient d’une immunité magique interminable…

Le Lumpenprolétariat, cette lie d´individus dévoyés de toutes les classes, qui établit son quartier général dans les grandes villes est, de tous les alliés possibles, le pire. Cette racaille est absolument vénale et importune. Quand les ouvriers français écrivaient sur les maisons, à chaque révolution, l´inscription : “Mort aux voleurs !” et qu’ils en fusillaient même plus d´un, ce n´était certes pas par enthousiasme pour la propriété, mais bien parce qu´ils savaient très justement qu´il fallait avant tout se débarrasser de ce ramassis.

Engels, La guerre des paysans.

Le spectacle de la crise mondiale de la valeur d’échange se présente comme organisation sociale totalement illusoire, c’est la misérable schizophrénie mégapolitaine de la vérité inversée, c’est la paralysie de l’histoire et donc l’impossibilité pathologique de toute intelligence critique… Ainsi, s’érige sur la base du temps universellement falsifié, la conscience fictive d’une vie infiniment captive. Et là, les actuels domestiques du gauchisme du capitalisme vert de commande ne connaissent plus que trois tabous inattaquables inlassablement réitérés : l’immigrationnisme, le féminisme et l’homosexualisme…

… Les hommes de la véritable volupté historique qui démoliront l’ordre de la charogne marchande, les balaieront en faisant renaître l’insoumission totale à la survie des mille abondances de la misère constamment augmentée et toujours recoloriée

Pour un Monde sans argent ni État, Vive la Commune universelle !

La Révolution communiste détruira toutes les polices du Capital… Elle anéantira toutes les vérités officielles de la mystification marchande, celle du Coronavirus comme toutes les autres… Et c’est donc pour cela qu’elle liquidera toutes les bandes armées analphabètes de ces banlieues répugnantes dont la seule ambition est de faire prospérer la spéculation, le tripotage, la combine, le chantage, la mort et l’abêtissement…

Comments (5)
  1. Bel article !

    Et qu’avez-vous à dire des blancs européens fils de prolétaires européens qui écoutent les diverses productions musicales sur lesquels sont chantés l’adoration de l’argent et du mythe colonialiste par des membres issus du lumpenprolétariat et hissés sur le devant de la scène ?

    En cas de révolution sociale et radicale internationale, doit-on s’attendre à un retournement de veste de leur part où à l’évolution à un stade supérieur de leur soumission hébétée vers la prise d’un caractère plus violent encore ?

    Qu’en est-il de ces héritiers ayant la tendance à se débarrasser de leur héritage révolutionnaire ?

    • Ce qui domine les consciences prolétariennes c’est l’aliénation capitalistes.
      Après avoir vidé de tout enracinement la subjectivité du prolétariat, le capitalisme produit l’homme interchangeable sans conscience, pour paraphraser F Cousin (marchandise circulatoire) .
      Et c’est bien le problème, Marx en son temps parle du rôle historique du prolétariat en tant que renversement par son auto-abolition de la domination du capital, capital/prolétariat.
      Aujourd’hui ce qui domina en phase de domination supérieure c’est la forme autonomisée du capitalisme (virtuel), le capitalisme comme nous le savons surmonte ses contradictions internes.
      Le capitalisme n’a plus tellement besoin du CV, du travailleurs pour sa reproduction, disons des forces productives.
      On peut le relever, par exemple par les rachats d’actifs des entreprises ( en principe interdits) ou délits d’initiés, lois vidées de leurs contenu (normal).
      Le contrôle des prix du marché boursier qu’exercent indirectement les banques centrales etc..
      La valorisation dite fictive.
      Pour revenir à votre propos, ce n’est plus la conscience de classe qui préoccupe la subjectivité dans sa majorité, mais la” communauté” réalisée du capital avec tout ce que cela implique dans le rapport social.
      Cependant un système n’est pas éternel, même si le capitalisme se présente comme naturel et éternel.
      Egalement on peut escompter un changement de conscience à l’occasion de la crise terminale qui pourrait avoir lieu, lors de l’impossibilité pour le capital de s’auto-reproduire.
      Cordial salut !

    • Ils sont déjà en train de passer à l’extrême droite depuis des décennies.
      Et bientôt avec la chute du mythe FN RN – LFI, ils seront de dignes prolos réfractaires.

      Signalons que peu de ces enfants de prolos sont racailleux : ils sont déprimés, suicidaires, embrigadés, drogués … mais quasiment aucun ne produit la même violence vulgaire que son pendant africain et/ou musulman.
      J’en ai connu un paquet, et aucun n’a tracté une femme sur 800 mètres avec sa voiture.
      Ou violé en groupe. Ou commis des délits extrêmes, hormis quelques drogués hallucinés.

      C’est BIEN pour cela que les NOMS des racailles sont cachés, voire falsifiés.
      Elles constituent l’immense majorité des actes violents.

      Le système capitaliste mondialiste cosmopolite est bien trop heureux de donner le nom, l’adresse et le CV complet d’un papy sénile qui brûle la porte d’une mosquée.
      Ou des “identitaires” qui n’agressent PERSONNE.

      Bref : un enfant de prolo qui semble perdu ne l’est pas.
      Un enfant immigré enfermé dans son islamisme et/ou africanisme racailleux sera du côté des forces armées de la République.

      Petit rappel croustillant : à peine arrivé a son poste, notre cher Dupont Moretti s’est empressé d’annoncer la fusion officielle de l’armée et des racailles, en les “encadrant”.
      Dans la commune détestation républicaine des prolos gaulois réfractaires, bien sûr.

      Vous remarquerez bien qu’il n’a pas demandé a l’armée d’encadrer TOUS les collégiens 😀
      Il a bien ciblé la racaille immigrée comme PARFAIT allié de l’état républicain de la marchandise.

  2. Bonjour,
    Quand on parle de “communauté” du capital, il faut comprendre que le capitalisme a intégré la forme valeur, le capital s’autonomise en s’autovalorisant, vis à vis du prolétariat dans le sens où le prolétariat n’est plus l’élément déterminant pour la valorisation du capital..
    Cela a des conséquences sociales dans l’élément inférieur de la domination.
    La fictivité de la valeur doit aussi s’appuyer sur les consciences, et les consciences vidées de tout contenu enraciné et révolutionnaire, sont désormais adéquates pour la reproduction du capital.
    La phase supérieure est celle des légendes du capital, du contrôle absolu, des fake-news, du terrorisme, de la propagande etc.
    Tout cela n’a pu advenir que par un processus de colonisation subjectives des humains.
    En d’autres termes les consciences sont mûres, pour que le capital s’autovalorisant, puisse se reproduire, dans la sphère sociale, par la fictisation complète de la conscience humaine, jusqu’ à la disparition, de l’humain, du moins sous la forme que nous connaissons.
    Il n’en demeure pas moins que ce qui ne disparaît pas et qui résiste, c’est l’homme originel en chacun de nous pour reprendre F Cousin, l’ETRE premier.

  3. Bonjour,

    Demandez le programme…. Au menu: dépopulation, le rêve pour ces cerveaux malades…

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=115&v=K1VUzihLefw&feature=emb_logo
    https://www.youtube.com/watch?v=kyLysKUMyyU&t=113s

    Ecoutez les liens de Jean-Marc Jancovici: il ne dit pas autre chose mais de manière beaucoup plus propre:

    https://www.youtube.com/watch?v=xgy0rW0oaFI&t=4962s
    avec l’équation de kaya à 46’40: https://www.youtube.com/watch?v=PEY6LmscKc4&t=3050s

    Bill Gates présentant la même équation https://www.youtube.com/watch?v=KUsSPKzvFo4
    https://www.youtube.com/watch?v=RIlh1MT9WsQ (dans cette vidéo le chiffre de 500 millions est évoqué, pas par pur hasard : http://echelledejacob.blogspot.com/2020/01/les-georgia-guidestones.html)
    (Remq : Jancovici préconise dans une interview récente 1 covid par an !)

    Rivotril : l’euthanasie en marche… https://www.youtube.com/watch?v=KcS_48ueSCw

    Le colonel Russe Vladimir Kvachkov sur le Covid :
    https://blogs.mediapart.fr/guy-boulianne/blog/140620/le-colonel-vladimir-kvachkov-du-gru-expose-l-agenda-du-nouvel-ordre-mondial

    Cédric Pierrot, colonel à la DGSE :
    https://www.youtube.com/watch?v=mcR2rW8dwxs

    Bref… il va être temps de se réveiller.

    Merci encore à GDC pour toutes vos conférences.

    Frédéric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *