Quinze jours à peine après l’horrible assassinat de Samuel Paty, un homme, se revendiquant là encore de l’intégrisme islamiste, a tué trois personnes à Nice le jeudi 29 octobre. L’UCL toute entière est révulsée par ces nouveaux meurtres et veut témoigner ici de ses condoléances aux familles des victimes et à leurs proches…

… Nous n’oublions pas que ceux qui manient le racisme et l’islamophobie aujourd’hui sont ceux qui entretiennent le « vrai séparatisme » : celui des inégalités sociales et des discriminations racistes.

L’UCL et ses militant·es se tiennent disponibles pour construire, avec l’ensemble des syndicats, associations, collectifs, organisations politiques qui le jugent également urgent, un large front uni de la solidarité et de l’égalité face à la haine et au racisme.

Nous ne nous laisserons pas diviser.

Union capitaliste libertaire, le 30 octobre 2020


Vous avez aimé le massacre des ouvriers barricadiers de Barcelone en mai 37 par le Front populaire du Capital épaulé par les ministres de la CNT…

Vous avez aimé l’embrigadement anti-fasciste du prolétariat dans le camp de la liberté démocratique du profit pour valoriser au mieux le second charnier impérialiste de la victoire américaine, de ses mythes, de ses meurtres de masse et de ses censures…

Vous adorez les larbins gauchistes de la marchandise libertaire qui pour faire obstacle à la perspective communiste de l’abolition du salariat et de l’État nous obligent à aller crever dans le commerce permanent des impostures sociétales du capitalisme vert débiliste le plus à la mode par le biais des rituels fétichistes immigrationnistes, féministes et homosexualistes qui perpétuent éternellement la consommation de la valeur d’échange et la réification narcissique dans le libre droit à s’épanouir en tous les mensonges de la chosification

Vous adorez la messe du grand remplacement prévue par Marx dans la Septième section du livre I du Capital et mise en marche par le MEDEF et tous ses rabatteurs réformistes extrêmes telle qu’elle vise depuis la grande peur de la grève sauvage de 68, à substituer à l’histoire réfractaire du prolétariat communard d’Europe, celle de clientèles orientales diverses et variées qui consolident docilement toutes les servitudes de l’économie – visible ou souterraine – afin que la lutte de classe subversive soit désormais supplantée par les banlieues des négoces et trafics réactionnaires les plus abêtissants

Vous adorerez donc les pantalonnades de l’islamo-gauchisme du Capital qui, à quatre pattes derrière les synagogues et les mosquées du monothéisme de la marchandise, n’a finalement pour seul ennemi que le prolétariat communier européen qui – sur le terrain du Logos christique radical et de toutes les luttes de classe réfractaires de l’histoire de l’in-soumission infinie – nous a appris depuis le surgissement des conseils ouvriers révolutionnaires de Paris, Berlin, Budapest et Turin que la destruction de l’argent et de toutes les aliénations qui en résultent, passait d’abord par la récusation dialectique de tous les judéo-islamismes de la soumission vétérotestamentaire à la Loi religieuse du commerce bien régenté…

De même, vous adorerez ainsi l’écriture inclusive de la bien-pensance sociétale des stupidités du gauchisme de la marchandise et l’idiotie crasse de son Pas d’amalgame sans cesse réitéré qui permet ainsi de ne point se poser les questions fondamentales de la vraie critique communiste tout en ne cessant de faire de la surenchère servile pour que les protocoles sanitaires de la mythomanie étatique coronavirale aillent gratuitement le plus loin possible…

Pourquoi et comment l’immigration de masse venue des vastes passivités africaines ou arabo-musulmanes renforce t-elle intensivement la contre révolution du Capital ?

Pourquoi et comment permet-elle simultanément aux manipulations terroristes étatiques de la crise cataclysmique du taux de profit d’user d’un réservoir illimité de pauvres mercenaires interminablement manipulables ?

Non, la révolution ne viendra pas des immigrés – discriminés positivement par toutes les officines patronales – qui sont l’anti-thèse vivante de tout ce qui fit le gigantesque incendie social permanent des vieilles luttes de classe prolétaire d’Europe… Elle surgira d’un retour conscient sur elle-même de l’histoire communeuse profonde de la critique communiste la plus maximaliste telle qu’elle s’enracine dans la dialectique de la vraie vie qui infirme toutes les mystifications de la galerie marchande du débilisme arc-en-ciel dont les clowns libertaires sont les mercenaires gauchistes les plus lamentables…

Vive la Guerre de classe du Prolétariat universel contre toutes les soumissions religieuses au monothéisme de l’argent, contre tous les mensonges étatiques du Coronavirus, contre toutes les manipulations terroristes du chaos spectaculaire de l’indistinction marchande du libre-échangisme libertaire et contre toutes les sectes gauchistes de la défense anti-prolétarienne du remplacement immigré !

Pour un Monde sans argent ni État, Vive la Commune universelle !

Comments (6)
  1. je ne connaissais pas cette association.

    Je suis allé sur leur site, c’est très fournie, en première page ils vendent un livre de 1764 pages sur l’histoire des premiers ages du capital (tome 3 s’il vous plait) pour 45 euros.

    Personnellement cela ne m’inspire rien, il faut bien que les bourgeois s’occupent.

    Plus sérieusement, l’homme nouveau dont la conscience sera jouissance pure, ne peut émerger sans la disparition des castes aliénée (immigres, homosexuels, femmes, amis des pangolins, …). c’est pourquoi toutes références a ces castes est un mauvais départ pour qui veut arriver. je suis entièrement d’accord avec vous.

    Mais a un moment, il faut bien se poser la question de comment on va faire pour aider no frères a renoncer a leurs chères identités. Je suspecte qu’a cette étape les avis diverges.

  2. Bravo et merci pour vos textes.

    Je suis cambodgien d’origine, mes parents sont arrivés en France en 79 après avoir fui le régime Khmère Rouge. Ce groupuscule, formé au PCF, fit crever un quart de la population cambodgienne en les déportant dans des camps de travail forcé. Les intellectuels gauchistes (Badiou, Chomsky etc.), écologistes (Henri Montant, Robert Allen etc.) saluèrent l’expérience Khmère Rouge, des villages autonomes et auto-suffisants, alors même que le père François Ponchaud évoquait les exactions du régime dès 75.

    Connaissant la communauté cambodgienne et laotienne, très sympathique de prime abord, je ne peux que confirmer, la non-radicalité des peuples venus du Sud Est Asiatique. Dévotion au bouddhisme, éloge de la hiérarchie, peur de la confrontation, immobilisme de leur pensée critique etc. voilà ce que j’ai constaté en vivant auprès d’eux.

    Mon père a étudié des textes officiels de l’Empire Khmer, datant du 9ème jusqu’au 15ème siècle. Pour lui, il n’existe aucun manuscrit rapportant l’histoire de révolte ou de soulèvement populaire, contre la monarchie. Il n’y a rien dans l’histoire de cette partie du continent Asiatique qui soit comparable aux Jacqueries paysannes et aux Guerres de paysan.

    L’histoire a clairement fait de l’Europe, le point névralgique des luttes de classe les plus radicales.

    Amicalement.

    • Merci de partager votre expérience.
      Nous pourrions aussi faire un parallèle avec les dynasties chinoises :
      2070 avant J-C jusqu’à … 1912

      Comparez maintenant avec la France 😉

  3. “Non, la révolution ne viendra pas des immigrés”
    Fort juste mais quid de cette Guerre de classe radicale s’il n’y a plus de Germains pour la mener ?
    Au vu du poids de la démographie de ces masses serviles des temps immobiles, ces considérations me semblent compromises par avance pour rester modeste..
    D’ailleurs, si nous n’entendons plus, ou alors de manière marginale, ces serpillères trotskstes nous vanter les bienfaits de cette immgration et davantage rediriger le curseur sur “l’Islam” (énième bavardage.. car avec ou sans Islam, nous sommes bien entendu loin des insurrections contre l’Etat et la marchandise, là où je vis, cette dernière y est fétichisée comme pas deux..), c’est que l’affaire est entendue du point de vue démographique.
    Enfin, c’est mon point de vue de prolétaire Germain, dernier des mohicans dans un grand ensemble.
    Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *