Guerre de Classe présente : Rendez-vous radical avec l’histoire réelle, avec pour sujet : Dialectique, mouvement réel et critique communiste…

Intervenants : Charles, Adrien et Francis Cousin


” La forme dialectique du développement n’est juste que lorsqu’elle connaît ses déterminations… “

Marx, Version première de la Contribution à la critique de l’économie politique

” … Lorsque je me serai débarrassé de mon fardeau économique, j’écrirai une Dialectique. Les lois authentiques de la dialectique sont déjà contenues dans Hegel; sous une forme, il est vrai, mystique. Mais il ne s’agit que de la débarrasser de cette forme… “

Marx, lettre à Joseph Dietzgen, Londres, le 9 mai 1868

” Dans son fondement, ma méthode dialectique n’est pas seulement différente de celle de Hegel, elle est son antithèse directe. (…) Chez lui elle est sur la tête. Il convient de la renverser pour dé-couvrir le noyau rationnel sous l’enveloppe mystique… “

Marx, Le Capital, Livre I

” Sous son aspect mystique, la dialectique devint une mode en Allemagne, parce qu’elle semblait glorifier les choses existantes. Sous son aspect rationnel, elle est un scandale et une abomination pour les classes dirigeantes, et leurs idéologues doctrinaires, parce que dans la conception positive des choses existantes, elle inclut du même coup l’intelligence de leur négation fatale, de leur destruction nécessaire; parce que saisissant le mouvement même, dont toute forme faite n’est qu’une configuration transitoire, rien ne saurait lui imposer; qu’elle est essentiellement critique et révolutionnaire. “

Marx, Postface de la seconde édition allemande du Capital

Comments (5)
  1. Francis Cousin, à 47 minutes, vous dîtes la chose suivante : « La dialectique, c’est le mouvement réel qui se parle en nous, donc qu’est-ce que le logos ? Le logos c’est la richesse du monde, et le logos c’est notre parole quand elle est riche, et qu’elle dit la richesse du monde. »

    Alors je me pose les questions suivantes : Qu’est-ce que le « mouvement réel » ? Comment l’accueille-t-on en nous ? Comment distinguer en nous une pensée subjective narcissique d’une pensée dialectique ?

    • Le mouvement réel, c’est la totalité du mouvement du monde dans sa réalité pratique.
      On l’accueille en comprenant ce qui produit ce mouvement et donc ce qui nous produit nous-même.
      Aujourd’hui, nous arrivons au bout de l’histoire, toutes les questions ont déjà été résolues, il “suffit” de se donner les moyens pour recueillir les réponses.
      Les pensées intelligentes sont donc celles qui exposent ou qui cherchent à comprendre la richesse de ce développement historique.
      Celles qui positionnent l’abolition de notre servitude et l’émergence de la communauté humaine universelle émancipée.

      Vous pouvez lire les Manuscrits de 44 ainsi que l’Idéologie Allemande qui sont essentiels pour saisir toute cette richesse d’insurrection, de passion et de désir incendiaire !
      Et au besoin, vous pouvez réécouter l’émission plusieurs fois pour mieux comprendre.

    • Le communisme est le devenir objectif de l’histoire, son mouvement réel déjà à l’œuvre dès le néolithique et observable à travers le développement de la valeur d’échange et de la lutte des classes: la joute (logos) contradictoire du monde ou “l’énigme de l’histoire”. La dia-lectique est la méthode d’exposition pour conceptualiser rationnellement la totalité de ce devenir à partir des conditions réellement existantes.

      “Pour nous, le communisme n’est pas un état de choses qu’il convient d’établir, un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement.”

      Karl Marx – L’Idéologie allemande

      • Charles et Valentin, merci pour vos réponses. Sachez que je suis de votre côté mais je pense contre moi-même pour progresser. Valentin vous dîtes : « Le mouvement réel, c’est la totalité du mouvement du monde dans sa réalité pratique. On l’accueille en comprenant ce qui produit ce mouvement et donc ce qui nous produit nous-même. » Sauf que d’autres discours différents voire contradictoires se revendiquent aussi de la compréhension de la production du mouvement réel. Prenons l’exemple de Jacques Attali. Son discours est rationnel et lui aussi propose une compréhension du mouvement du monde dans sa réalité pratique, de son origine et de sa projection dans le futur. Dès lors en quoi la compréhension du réel énoncée par Jacques Attali serait-elle moins valable, moins essentielle, moins pertinente que celle énoncée par Francis Cousin ? L’une plaît à certains, l’autre plaît à d’autres, en quoi ne serions-nous pas finalement dans une concurrence de pensées subjectives concurrentes se revendiquant du mouvement réel ? Chacun ayant par goût personnel opté pour l’explication du mouvement réel qui lui plaît, ne serait-il pas amené ensuite par biais cognitif, à sélectionner et compiler les arguments corroborant son choix ?

        • Les thèses sur Feuerbach nous donnent la réponse :
          II : “La question de savoir s’il y a lieu de reconnaître à la pensée humaine une vérité objective n’est pas une question théorique, mais une question pratique. C’est dans la pratique qu’il faut que l’homme prouve la vérité, c’est-à-dire la réalité, et la puissance de sa pensée, dans ce monde et pour notre temps. La discussion sur la réalité ou l’irréalité d’une pensée qui s’isole de la pratique, est purement scolastique.”

          XI : “Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer.”

          GDC répond aussi à vos questions dans la dernière émission d’actualité, en effet, tout ceux qui ont pensé que le capital pouvait s’autonomiser et se libérer de ses contradictions constitutives… se sont trompés, parce que en pratique, le capital nous dit qu’il ne peut plus se reproduire, que le poids de ses contradictions est trop fort.
          La contradiction essentielle, c’est avant tout la négation de l’homme. C’est l’homme qui produit le capital mais en développement le capital, il se nie lui-même. Donc le capital ne pourra jamais s’autonomiser de l’homme, par contre l’homme peut s’émanciper du capital ! (Contradiction travail mort/travail vivant, le travail mort, le capital machinique accumulé qui vient écraser les vivants…)
          Toutes les questions doivent être répondues par la lutte de classe. Toutes les idéologies s’explique par la lutte de classe… puisqu’une classe domine l’autre, elle produit une idéologie de justification de sa domination.
          Il ne s’agit donc pas d’avoir raison juste pour avoir raison, mais de répondre à toutes nos questions pratiques en transformant notre monde parce que l’on se situe dans l’arc historique de lutte de classe qui nous positionne aujourd’hui et qui nous donne la solution à toutes les contradictions… le communisme:

          Manuscrit de 44 : “il est la vraie solution de l’antagonisme entre l’homme et la nature, entre l’homme et l’homme, la vraie solution de la lutte entre existence et essence, entre objectivation et affirmation de soi, entre liberté et nécessité, entre individu et genre. Il est l’énigme résolue de l’histoire et il se connaît comme cette solution.”

          Bon creusement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *