Cela fait trois décennies que l’espace ukrainien est le théâtre géo-politique de mille luttes visibles et invisibles menées par l’impérialisme yankee pour tenter de séparer définitivement le haut potentiel industriel de l’ouest européen des vastes espaces russes arriérés aux multiples ressources minérales car l’éventualité d’un partenariat économique allant de Brest à Vladivostok a toujours été la hantise première du Pentagone. C’est pourquoi l’Union européenne du banquier atlantiste Jean Monnet fut directement mise en forme par les États-Unis aux fins de neutraliser d’abord toute possibilité d’axe stratégique d’indépendance entre Paris, Berlin et Moscou puisqu’un tel projet, en constituant la première puissance mondiale remettrait définitivement en cause l’hégémonie totalitaire du billet vert sur le monde.

À la suite de l’écroulement du capitalisme d’État soviétique, l’OTAN n’a donc pas cessé de s’élargir à l’Est en massant toujours plus d’armements aux lisières de la Russie et notamment dans les États baltes. La Yougoslavie a été démantelée et un Kosovo islamique maffieux américain a été créé au centre de l’Europe pour marquer que les mensonges et manipulations de Wall Street entendaient bien désormais devenir le lieu pré-fabriqué central de toutes les positions serviles de la Commission européenne yankee. Depuis des années, l’OTAN et ses multiples comptoirs dont la miteuse Europe Bruxelloise ambitionnent d’entraîner l’Ukraine dans le giron américain de l’européisme atlantiste. Ainsi, les services spéciaux du secret dominant ont-ils massivement participé au renversement du régime pro-russe en 2014 en mettant en scène la révolution manoeuvrante des administrations obscures de Maïdan. Moscou a évidemment répliqué en soutenant les populations russophones du Donbass-Donetsk et en annexant la Crimée, terre historique russe depuis le XVIII°siècle. Puis, alors que le protocole d’armistice de Minsk était constamment violé par Kiev sous contrôle de la Maison-Blanche pour systématiquement harceler militairement, socialement et culturellement les populations du Donetsk et de Lougansk, les livraisons d’armes de l’OTAN à Kiev se poursuivaient dans l’optique recherchée d’une entrée à venir de l’Ukraine dans l’alliance américaine. Dans le même temps, les demandes simultanées de Moscou d’une négociation globale de sécurité européenne étaient évidemment toujours systématiquement et sournoisement rejetées.

La guerre actuelle en Ukraine exprime donc le temps long de la logique historique de renforcement des alignements impérialistes qui se développent aujourd’hui dans le cadre des consolidations qui résultent du déploiement continué des impératifs de vassalisation nés en 1945… Dans cette crise accélérée, où la guerre commerciale devient obligatoirement guerre militaire, il faut lire la vérité profonde en négatif des apparences médiatiques. Les États-Unis s’emploient là – par stratégie indirecte – à forcer l’Europe contre ses propres intérêts fondamentaux à se coucher et la déclaration allemande que le projet gazier Nord Stream 2 ne serait pas validé constitue bien une première victoire pour l’impérialisme US dont le seul adversaire d’envergure serait justement une véritable Europe européenne débarrassée des chaînes du commandement américain. En un temps de décomposition industrielle, monétaire et financière généralisée, inciter pernicieusement la Russie à envahir l’Ukraine américaniste était donc pour le Département d’État des USA une sorte de nécessité vitale afin de pouvoir soumettre encore davantage la vieille Europe ; son pire concurrent possible – en l’isolant des réserves énergétiques, des développements industriels et des approvisionnements et échanges agricoles que permet le marché russe en développement et en la soumettant de la sorte toujours plus au diktat du marché yankee grâce à l’accélération du renforcement des liens militaires au sein du despotisme des paralysies de l’OTAN.

La décadence historique du capitalisme sénile et drogué qui dure dorénavant depuis des décennies d’endettement délirant, de saturation extravagante des marchés, d’immigrationnisme contre-révolutionnaire débordant, de LGBTisme névrotique incessant, de terrorisme étatique frénétique, de mise en friche commerciale démentielle, de long mensonge coronaviral excentrique, de tricheries réchauffistes climatiques forcenées … est irrémédiable puisque la crise cataclysmique du taux de profit exprime l’auto-invalidation de la loi de la valeur elle-même. C’est pourquoi – de façon insidieuse et donc indirecte – l’impérialisme américain – en repoussant la Russie vers l’Asie – essaye de liquider définitivement son principal adversaire technologique planétaire ; l’Europe – sur le terrain des diversions et des dilutions – afin de tenter de faire croire que Washington serait encore ce qu’il n’est plus : le vrai souverain des échanges. Contre toutes ces mystifications, seul le prolétariat universel peut proposer une véritable alternative ; celle de la communauté humaine sans État, sans exploitation et sans calcul, sans dictature de la valeur d’échange, sans guerre économique, sans religion du bobard démocratique et sans guerre militaire.

Récusons tous les crétinismes électoralistes et tous les bourrages de crânes ! À bas la tyrannie sanitaire et toutes les duperies militaristes de la marchandise !

À bas tous les mensonges du spectacle étatique de la crise finale du Capital !

Vive la Guerre de Classe mondiale du Prolétariat contre tous les Partis et Syndicats de la planète-marchandise et pour un monde sans exploitation ni aliénation !

VIVE LA COMMUNE UNIVERSELLE POUR UN MONDE SANS ARGENT, SANS SALARIAT, NI ÉTAT !


Comments (9)
  1. Je ne pense pas que nous puissions encore raisonner en termes d’opposition d’impérialismes nationaux. D’un côté, nous avons les capitalistes globalistes (avec les USA de Biden comme l’un des pôles politiques mais pas le seul et sans aucune autonomie par rapport aux vrais donneurs d’ordre grandes banques et multinationales), de l’autre, nous avons une fraction capitaliste encore attachée (pour des raisons géographiques et historiques) à un développement capitaliste s’inscrivant principalement dans les limites des frontières nationales.

    • La pensée communiste radicale commence dans l’au-delà du ” Je pense ou du Je ne pense pas..”
      Notre référence exclusive c’est le mouvement réel impersonnel et anonyme de ce qui fait la baisse historique du taux de profit…

    • Bonjour,

      Vous passez à côté de l’essentiel… La question n’est pas de savoir quelles sont les caractéristiques des impérialismes qui s’affrontent dans l’apparence du conflit ukrainien mais de comprendre la véritable nature de ce qui se joue présentement au regard de la crise du marché mondial et des véritables dynamiques concurrentielles qui peuvent y rentrer en confrontation. A cet égard, il n’y a pas d’opposition essentielle entre les Etats Unis et la Russie, peu importe les fractions capitalistes qui y sont au pouvoir. La vraie ligne de force pouvant concurrencer l’impérialisme américain se situe autour d’une Europe de l’Ouest qui s’affranchirait de la domination américaine et pourrait investir dans les territoires encore arriérés d’Europe de l’Est et de Russie, c’est-à-dire un Rapallo recommencé de manière étalé et renforcé. Tout cela est amplement expliqué dans les deux derniers textes du site, et c’est cette question qui est cruciale à comprendre pour les années à venir au regard de la crise historique du Capital…

  2. Est-ce Vladimir ou Volodymyr ?

    Apparemment, cette différence linguistique a maintenant mis aux prises les deux régimes de gangsters post-soviétiques – les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN versant des armements, des mercenaires et des consultants politiques dans le mélange.
    Les gens prennent parti dans un des plus grand faux conflit
    Les travailleurs n’ont peut-être pas de pays, mais ils continuent de s’entre-tuer et de mourir la tête la première dans la boue de toute façon.
    Laissons les bombes décider.

  3. Ok , l’Histoire est en marche et nous imposera un jour le retour à l’humanité universellement émancipée . Pour le moment des gens meurent dans le monde , certains les tuent , d’autres instrumentalisent leur mort, d’autres encore leur viennent en aide sans attente de retour, juste par humanité . Alors, Dieu reconnaitra les siens ? justice immanente , un Nuremberg II . On oublie tout et on recommence à la Mandela, faut voir le résultat , Gandi, ML King ou MX idem .
    Ouai ! On va les péter les tours de la défense, les autoroutes et les gratte ciel , mais les coupables des morts du Dombas , de la coronafolie et j’ en passe , ils traineront encore à nous poluer l’air longtemps ceux là ou est ce qu’on tuera tous les affreux comme disait Vian ? Va plus rester grand monde pour reconstruire !

    • Le capital est un rapport social et non un groupuscule composé d’élites !
      Dans le mesure où cela est compris, il n’y a aucune raison de fétichiser la punition éventuelle de gens qui sont présentement au “pouvoir”…

      A quoi bon punir des gens qui seront de toute façon dans un nouveau monde dans lequel le mode de production ne leur permettera pas d’autonomiser leurs vélléités narcissiques ?
      Aucun. Si ce n’est que d’assouvir votre risible soif de sang…

    • Votre clavier d’ordinateur contient du travail cristallisé de prolétaire exploité, cessez donc de l’user pour faire rétrograder les acquis méthodologiques de la théorie révolutionnaire sur les forums, et utilisez le pour plutôt les comprendre, et faîtes du mouvement réel de l’histoire qui vous traverse et vous pousse à regarder les émissions de GDC le moteur de votre émancipation de l’aliénation et du défaitisme qui caractérise votre commentaire…

  4. La GEMEINWESEN ce doit être merveilleux, certes !
    Mais là, le problème majeur et visible est la surpopulation puisque la NASA ne nous permet pas encore d’aller éradiquer de l’autochtone ailleurs donc le capital* (*la classe) bosse à la guerre nucléaire pour faire de la place et repartir dans sa reproduction joyeuse.
    L’auto-mouvement des êtres génériques de la fédération de communes universelle imposera immanentement une vie courte et folle, des sacrifices guerriers comme peut en produire le capital, ou peut-être des sacrifices religieusement dogmatiques pour GÉRER l’inéluctable surproduction humaine même débarrassé du fétichisme de la marchandise, des mères porteuses et toute cette merde.

    • Allez prendre l’air, soufflez un bon coup et visionnez cette video https://youtu.be/LoEqfY1QUY4 qui explique très bien en quoi il n’y a pas de loi de population autonome. Vous pouvez ensuite creuser la question en allant lire le recueil « Critique de Malthus » de Marx et Engels, et des textes plus fondamentaux comme l’idéologie allemande ou les manuscrits de 1844 pour évacuer définitivement les inquiétudes autour de la question démographique dans lesquelles le Capital cherche justement à nous enfermer et retrouver le sens du mouvement réel de l’histoire…

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.

MISE AU POINT !

GUERRE DE CLASSE, sur la base communiste du refus radical de toute censure, valide tout commentaire correctement rédigé dès lors qu’il se trouve adéquat au Logos , autrement dit quand il pose les bases courtoises et intelligentes d’une position et d’une discussion quelles qu’elles soient. Tout commentaire étant bien sûr de la responsabilité exclusive de son auteur...