La Critique de la Société de l’Indistinction parue initialement en 2007 est au- jourd’hui quasi introuvable… Avant que d’envisager une réédition pour répondre à un flux croissant de sollicitations, nous avons cependant la possibilité de distribuer les derniers exemplaires encore disponibles que nous pouvons vous adresser au prix  de 20 € l’unité…

Le livre peut être commandé sur notre boutique. Il peut se présenter certains problèmes d’affichage dans la page de validation de commande sur la version mobile du site. Si ce cas se présente, il faut passer en version ordinateur (par exemple, avec Chrome, bouton paramètres => Version pour ordinateur).


Résumé du livre…

Le fétichisme de la marchandise est l’universelle domination sociale du quantitatif indistinct qui partout désormais développe l’exclusion spectaculaire du qualitatif dans la luxuriance aliénatoire de la dépossession humaine.

Aujourd’hui, dans ce monde du falsifié triomphant et de l’inversion généralisée, le krach inévitable du système des fictions faramineuses de l’économie spéculative s’annonce de plus en plus proche. Aussi, le gouvernement du spectacle mondial n’a t-il rien d’autre à offrir à la planète pour échapper à la faillite et tenter de sauver un dollar sur-hypothéqué que le chaos de la guerre sans fin par la mise en scène permanente de coup montés terroristes de vaste ampleur, menés de l’intérieur même des services spéciaux de la provocation étatique.

En ce temps où le spectacle mondial de la marchandise est en train de coloniser tous les espaces d’expression afin de les réduire à ne plus être que des champs duplicatifs de ce qui est conforme au despotisme démocratique de l’argent, il convient qu’un éditeur qui se veut indépendant puisse publier ce que les éditeurs de cour ne publieraient jamais.

La critique de la société de l’indistinction n’engage bien entendu que ses auteurs. C’est en vertu du seul principe que la pensée ne peut penser que lorsqu’elle est confrontée aux dérangements venus d’autres territoires que du monde des vérités officielles que l’éditeur a considéré ici qu’il se devait là de faire imprimer ce texte.

Naturellement, une telle publication d’essence affranchie et insoumise peut être spontanément propagée et répétée attendu que son unique provenance est l’histoire radicale des radicalités historiques elles-mêmes.

Comments (6)
  1. A lire de toute urgence. Quand on sait que c’est sorti il y a plus de dix ans et qu’on y trouve toute la réalité présente… Terrorisme, migrations, géo-politique, guerre commerciale, krack monétaire et Gilets jaunes …
    CHAPEAU ! Merci Monsieur COUSIN et vive Marx et la lutte des classes radicale !

  2. J’avais trouvé un exemplaire, par chance.
    Je le conseille vivement, ainsi que les autres ouvrages de Francis Cousin.

    L’indistinction arrive a son comble en ce moment : écologisme, attentats au sein des forces de l’ordre … et bien plus encore.

    Vive la Commune !
    Vive le prolétariat conscient !

  3. Moi qui suis au Bénin en Afrique de l’ouest où l’achat en ligne n’est pas possible, comment puis acheter ce livre et l’être contre l’avoir ?
    Merci de me répondre.

  4. Bonjour, nous sommes du Québec et nous aimerions nous procurer un exemplaire, est-ce possible de le commander? Il ne semble être disponible que pour la France! Nous avons déjà réussi à trouver “L’être contre l’avoir” que nous avons grandement apprécié! Merci!

  5. Salut Francis Cousin,

    Un ami communiste, communiste libertaire, pas un faux communiste marxiste-léniniste, m’a transmis ce lien et je m’empresse de m’adresser à toi pour te dire qu’en général j’apprécie ce que tu publies dans tes vidéos, mais il y en a une qui m’a déplu, celle où tu dénigres la CNT et les anarchistes au cours de la guerre civile espagnole de 1936/39.
    Le fait que les deux cénétistes qui ont été intégrés dans le gouvernement bourgeois au cours de cette guerre aient trahi la révolution est tout à fait naturel ; le pouvoir corrompt, comme ont été corrompus par le pouvoir Lénine, Trotski, Staline et tous les marxistes-léninistes qui ont pris le pouvoir en Russie et partout ailleurs.

    Toutefois ce sont les structures syndicales de la CNT qui ont permis les magnifiques réalisations que les travailleurs ont construit au cours de cette guerre, principalement en Aragon et Catalogne.

    Ces travailleurs ont mis en pratique l’autonomie avec laquelle ils fonctionnaient à l’intérieur de leurs syndicats, avec débats et prises de décisions collectives et cette culture libertaire s’était répandue dans une très grande partie de la population espagnole. Si tu n’as pas lu le bouquin de Félix Carrasquer, “Les collectivités d’Aragon Espagne 36/39”, tu devrais le lire.

    Je trouve particulièrement boutiquier le fait de dénigrer une organisation qui a la volonté de réaliser ce que tu préconises, Marx a commis une erreur monumentale quand il a mis en place un parti politique, avec son “Manifeste du parti communiste” en disant qu’il fallait éduquer les prolétaires avant de leur donner le pouvoir, c’est cette erreur qui à mis le feux aux poudres entre le communisme autoritaire de Marx et le communisme libertaire selon Bakounine, Proudhon, Kropotkine, Malatesta…

    Bref, chercher noise alors que le but est le même me paraît pour le moins malencontreux. Mais je continuerai à t’écouter et à te lire attentivement malgré cette saillie boutiquière. Je lis également les marxiens de “La critique de la valeur”, lesquels comme toi et comme les anarchistes veulent l’abolition de l’Etat, de l’argent et un fonctionnement social sans chefs. De même j’ai une grande admiration pour les marxistes conseillistes avec Rosa Luxembourg, dont la tentative de révolution fut écrasée par les sociaux démocrates en Allemagne.
    L’avantage primordial de l’anarchosyndicalisme est de mettre la théorie en pratique dans son fonctionnement et d’initialiser à cette pratique les travailleurs qui viennent simplement pour se défendre des abus patronaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *