Autour d’une critique de l’actualité et des temps présents : Le spectacle aliénatoire du coronavirus comme réalité du krack boursier mondial qui se prépare


“Tout savoir serait superflu si l’essence des choses et leurs formes phénoménales coïncidaient directement. “

Marx, Le Capital, Livre III

“Les contradictions capitalistes provoqueront des explosions, des cataclysmes et des crises au cours desquels les arrêts momentanés de travail et la destruction d’une grande partie des capitaux ramèneront, par la violence, le capitalisme à un niveau d’où il pourra reprendre son cours. Les contradictions créent des explosions, des crises au cours desquelles tout travail s’arrête pour un temps tandis qu’une partie importante du capital est détruite, ramenant le capital par la force à un point où, sans se suicider, il est à même d’employer de nouveau pleinement sa capacité productive. Cependant ces catastrophes qui le régénèrent régulièrement, se répètent à une échelle toujours plus vaste, et elles finiront par provoquer son renversement violent . “

Grundrisse, Éditions 10/18, Tome IV 

Comments (2)
  1. Bonjour,
    Tout se passe comme s’il y avait une course entre le prolétariat qui a des chances d’adopter une expression radicale dans les temps à venir, qui l’amènera à refuser l’État et l’argent et le capital qui met en place des techniques de contrôle et de coercition qui une fois installées empêcheront le prolétariat de bouger, même une oreille ; soit parce qu’il sera contrôlé par une puce interactive, soit parce que ses moyens financiers seront électroniques et susceptibles d’être bloqués dans l’instant. Sans compter la reconnaissance faciale et tous les moyens de coercition par drone, délation etc. Qui gagnera cette course ? Est-il possible que dans un temps proche la technologie soit suffisamment perfectionnée afin de briser le prolétariat, peut être à tout jamais ?.

    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *