Lozère :

L’ETAT DU MENSONGE DE CLASSE SE DEMASQUE …

Rave-party interdite et illégale depuis deux jours de crasse, de pestilence et d’abrutissement mais tolérée avec logistique et sourire par les racailles bobos politiques du haut qui se foutent complètement du fait que les terres agricoles des prolétarisés concernés du bas, sur le parc national des Cévennes, vont se retrouver souillées par toute la puanteur excrémentielle de  plusieurs milliers de  poubelles mentales hallucinogènes ( miraculeusement exemptées de masques !)  croupissant dans des centaines de véhicules nauséabonds…

Les Gilets Jaunes du combat de classe… L’Etat éborgne et mutile…

Les Racailles lumpen du trafic et de la tune… L’Etat fait attention et s’excuse…

Les Bobos dégénérés et saturés de produits stupéfiants et de merde électronique bruitiste…L’Etat accompagne…

Toute la défécation spectaculaire de la marchandise doit être définitivement mise aux poubelles de l’histoire !

Contre toute la merde de l’économie politique du Capital et de la mystification coronavirale… Vive la lutte de classe radicale pour un monde sans argent ni Etat !

Comments (12)
  1. Ce discours n’est pas dialectique, en quoi cela sert-il l’auto-abolition du prolétariat de jeter un anathème sur des paumés du système ? Que celui qui n’a jamais désepéré jette la première pierre.

    • Ce n’est pas jeter la pierre aux participants de cette rave-party, c’est pour illustrer le fait que nos maîtres nous inondent de propagande Covidienne quand ça les arrange.
      Masque obligatoire sans exception, et si tu ne le mets pas, tu es un dangereux assassin en puissance.
      Par contre une rave illégales sur des terres de prolétaires paysans à 5000 personnes sans masques ni distanciation sociale ? Allez-y, éclatez vous les mecs !

    • Ce discours est profondément dialectique car il sert l’auto-abolition du prolétariat puisque les paumés du système en question sont précisément ceux qui – à partir de leur crasse idéologique – ne cessent de jeter des pierres à ce qui deviendra le prolétariat radical. Les teufeurs pouilleux ne sont point simplement les déchets du Capital, ils sont aussi les lieux majeurs de la contre-révolution en marche contre la vraie subversion de classe en tant que VRP serviles des trois mythes contemporains du spectacle de la marchandise: pharmacie homosexualiste, commerce immigrationniste et épicerie féministe.

      • @Rose

        Qu’est-ce qui vous fait croire que les participants à ces fêtes sont des bobos dégénérés ou des teufeurs pouilleux ? Depuis quand la nature des activités personnelles en matière de divertissement est-elle le facteur permettant de déterminer qui est un véritable prolétaire et qui ne l’est pas ?

        Il n’y a rien de dialectique dans cet anathème, ni dans votre commentaire, qui ne démontrent rien hormis la bêtise de son auteur, et occasionnellement la vôtre, et mettent clairement en évidence votre manque de connaissance de ce qu’est le prolétariat contemporain, sa grande hétérogénéité constitutive et, par conséquent, la diversité de ses goûts et de ses aspirations souvent contradictoires.

        Franchement, ce texte réprobateur simpliste et votre commentaire pathétique auraient pu être rédigés par un militant d’extrême-droite et publiés dans un de leur organe de propagande. Avec des “analyses” pseudo-marxistes de cet acabit, il n’y a rien d’étonnant à ce que votre mentor, Francis Cousin, soit présent dans le giron politique de l’extrême-droite au sens large du terme (E&R, TV Liberté, etc) depuis plusieurs années. Le capitalisme a encore un bel avenir devant lui…

  2. Bonjour, je ne pensais pas pouvoir lire sur ce site autant de préjugés en si peux de lignes: “pouilleux, déchets, poubelles mentales,…”
    Les teufeurs, comme on les appels (je le sais, j’en est fait parti), sont pour la plupart des prolétaires qui travail toute la semaine en attendant le weekend pour faire la fête en dehors du système.
    Contrairement au lumpen prolétariat, Ils veulent sortir du système et non s’y vautré à la moindre occasion…
    Leur moyen sont certes critiquables ou choquants mais la grande majorité (or mis les dealers et autres racailles qui y font leur business) est consciente de vivre dans un monde de merde. Ils seront à mon avis parmi les premiers à se radicaliser dans une lutte communiste…

    • Ils n’ont AUCUNE conscience prolétarienne.
      Et ils ne veulent pas sortir du capitalisme : ils s’y vautrent, assistés de sexe de drogue et de musique lobotomisante.
      Ce sont des FAITS, pas de bons sentiments gauchistes bien pensants.

      En effet, ils ne sont pas le lumpen proletariat des cités. Car une part de leur conscience est prolétarienne gauloise réfractaire.
      Toutefois, allez discuter quelques minutes avec eux : ce sont des gauchistes qui crachent a LEUR propre face et celle de leurs ancêtres.
      Le lumpen proletariat immigré est communautariste consumériste.
      Le lumpen proletariat autochtone est gauchiste suicidaire.

      La seule solution pour eux est de QUITTER ce milieu nauséabond.

  3. ha un nouveau préjugé :”gauchiste”…
    Bon, tu as certainement en partit raison mais j’aurais deux remarques:
    – en quoi, aller faire la fête dans un champ, serais se vautrer dans le capitalisme ( j’ai fait beaucoup de teuf et du sexe il n’y en a pas plus que ça ; de la drogue oui ; mais de la musique lobotomisante, ça c’est une question de point de vue)?
    – actuellement, si tu enlevé tout les gens qui n’ont pas de conscience prolétarienne, te reste t il beaucoup de prolétaires ? C’est la chute du capitale qui fera renaître la conscience de classe et non l’inverse.

    • Nico,
      C’est un refuge de solitudes individuelles analogue à une robinsonnade, mais dans un espace virtuel et chimique.
      C’est à dire que au lieu de jouir de la communauté humaine dans un milieu naturel magnifique, on s’enferme dans une musique technique, des substances chimiques coupant du reste du monde et dans une réalité artificielle, la rave party n’a donc rien à avoir avec le communisme mais est plutôt analogue à tout les pansements techniques et superficiel pour réparer la vie moderne.
      Ils sont 10 000 mais seuls dans leur cloture chimique et sonore qui empêche toute relation humaine par l’abrutissement, comme un dépressif enchaine la dose de psychotropes.

      • Ivan,
        je suis d’accord avec ton constat, même si je n’ai jamais dit que la rave party avait quelque chose à voir avec le communisme…
        Pour autant, ce constat, on peut le faire pour l’ensemble des individus vivant dans une société capitaliste. Tout le monde (ou presque) cherche des “pansements” (musique, art, sport, alcool, médicaments, psy…) mais se retrouve au final isolé, “individualisé”.
        Qui de nos jours peut “jouir de la communauté humaine dans un milieu naturel magnifique”?
        J’ai donc juste dit que beaucoup de teufeur avaient conscience de vivre dans un monde de merde, ce qui n’est pas le cas de tout le monde…

        • Nico,

          Effectivement, pour bien connaître ce milieu je sais comme toi qu’on ne peut pas mettre toutes les personnes qui fréquentent ces rassemblements dans le même panier du gauchisme moribond contrairement aux apparences. Mais cela étant dit la question qui tranche c’est de savoir si la rave-party renforce ou non le capital ? Et tu le sais probablement aussi bien que moi, la réponse est un gigantesque oui. C’est ce que dit cet article.

          Le capital enferme la jeunesse en mal de vie dans des camisoles chimiques et festives pour que jamais elle n’accède à la radicalité. Et ça va même encore plus loin puisqu’il existe une mythologie de la free-party qui veut faire croire aux participants que l’évènement en question a quelque chose de subversif. C’est donc par amour et par compassion envers toutes ces âmes errantes et chagrines qu’il faut être intransigeant dans la critique de ce type d’évènement servant à normaliser le mal être et l’angoisse généralisés.

          Ce ne sont pas les êtres humains en tant que tels qui sont qualifiés de “poubelles mentales”, la “poubelle mentale hallucinogène” c’est ce que produit la rave-party à partir de l’être humain paumé et torturé qui vient s’y vautrer par désespérance.

    • Les préjugés sont de votre côté.
      Je ne parle que des FAITS.

      La musique électronique, j’en ai créé pendant plusieurs décennies : de la m3rd3
      La drogue, j’en ai consommé pendant des décennies : de la m3rd3 aussi
      Les “fêtes” dans lesquels chacun est isolé dans sa camisole intérieure, j’ai connu cela : de la m3rd3 encore et encore.
      Ce sont seulement des enterrements de radicalité.

      J’ai quitté ce monde là, et je suis en train de renouer des liens humains avec de vrais êtres humains. Loin de ces “fêtes” creuses.
      Je n’ai pas attendu la chute du capitalisme. Pas plus que les membres de guerre de classe (dont je ne fais pas parti).

      En effet, la chute du capitalisme incitera une partie des prolos a se sentir prolos.
      Mais la plupart vont seulement s’entretuer pour la dernière pilule de came et autres compensations. Ces types étaient mes “amis” avant …

      Le capitalisme fonctionne grâce aux aliénés. Et la plupart VEULENT continuer a le faire fonctionner.
      Tout n’est qu’une question de seuil de soumission.
      Un aliéné qui veut mourir dans son aliénation continuera indéfiniment.
      Il tuera même les autres prolos pour cela.

      Nous avons un exemple proche : la Grèce soit disant “radicalement européenne”.
      Alors que c’est un pays de soumission méditerranéenne orthodoxe sauce “chrétiens d’Orient”.
      10 ans de souffrance, et AUCUNE réaction.
      Des mères qui mettent leurs filles sur le trottoir pour payer leurs cigarettes.

      Ne croyez pas naïvement que le prolétariat va se réveiller en masse : seule une PARTIE va se réveiller. Les autres finiront dans le camp d’en face, voire nous tireront dans le dos.
      Et nous n’y pouvons rien. Chacun sa radicalité … ou pas.

  4. “Ce discours est profondément dialectique car il sert…” à étendre votre vérité objectivée ?
    dialectique : Marche de la pensée reconnaissant le caractère inséparable des propositions contradictoires. (Hegel)
    Une contradiction quasi autoréférente ici si je puis dire… en oubliant la notion antérieure qu’est le dialogisme qu’on a bien perdu avec cette dialectique, où bien souvent l’altérité de l’Autre n’apparait plus comme une altérité qui serait AUSSI la notre;
    la différence de l’autre reste alors comme pour le systeme dans sa contradiction pour mieux séparer des “classes” , dans une peinture froide et sans concession, sans rapprochement, contre mais pas vraiment tout contre.
    C’est le risque de la pensée marxiste a force de trop analyser la dialectique de l’exterieur, comme un spectacle.
    Analyser . Decrire objectivement. Est ce qu’on objetise pas en se limitant a cette description ?

    Pour le dire a ma maniere, il ne faut pas trop en rajouter : dans le contexte ou l’on connait Francis Cousin, son vocabulaire descriptif parfois a l’emporte piece de la decheance peut passer parcqu’il est contenue, limitée, et surtout il s’inscrit dans un discours qui nous a permis d’integrer la logique d’une dialectique Historique , ou l’on comprend que les exemples sont là pour illustrer des conséquences et pas juger des personnes.
    Dans un texte beaucoup plus court comme le votre ici, a destination peut etre de personnes qui voudraient s’interesser a votre partage de connaissances tout a fait louable, c’est a mon avis rater ca cible : vous exprimez lvotre coeur, ou le coeur de votre pensée dans le fond, mais je ne pense pas dans la forme. Et là réside le danger de nourrir le systeme que vous combattez. C’est un simple point de vue.
    Il y a de bonnes clés de contradictions concernant les décisions de l’autorité du “capital” dans ce que vous dites, mais je pense que vous pouvez mieux finaliser, sans précipitation, en evitant de tomber dans le piege des contradictions identitaires qui est le pain du capital.
    A analyser froidement on peut aller loin : le jeune bobo déraciné est il plus crétinisé que le paysan proletarisé qui detruit la terre en s’épuisant jusqu’au suicide ? reponse purement subjective qui dependra d’un temperament d’un contemplatif passif soucieux de son bien etre ou d’ un temperament intellectuel ‘hyperactif qui souhaite sauver le monde.
    Faites vous un peu plaisir si vous voulez , mais mentionnez peut etre que ce sont des conséquences d’un systeme qui cherche le dessechement des consciences et de l’esprit au profit d’une gouvernance artificielle et automatique propre a la matiere, au monde caché, a l’interiorité de nos microcosmes biologiques., qui a été externalisé sur toute la longueur de l’histoire. Pourquoi ne pas resumer par des principes qui reunissent tout le monde (le vivant) ? L ‘exigence ce n’est pas de parler a la maniere de l’Arbre du bien et du mal, mais l’Arbre de vie , de ce qui met en mouvement, ce qui fait vibrer plus que ce qui mortifie par dépossession. La vie c’est comme la Bible , il semble souhaitable de s’ouvrir pour la comprendre en reunissant les contraditions (d’ailleurs les 2 arbres pour moi sont les meme, encore faut il bien comprendre ce qu’est le bien et le mal mais c’est un autre sujet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *