1) Mais, en réalité, l’État n’est rien d’autre qu’une machinerie destinée à permettre qu’une classe en asservisse une autre, et cela, tout autant dans la République démocratique que dans la monarchie…

Engels,  Introduction de 1891 à la Guerre civile en France

2) Les techniques évoluées du spectacle de la démocratie du marché sont par leur agilité et leur adresse mille fois plus efficaces que la lourde brutalité rigide des capitalismes étatiques du bolchévisme définitivement démodé. Le fétichisme de la marchandise étant devenu le Tout du monde, la seule chose qui puisse s’y présenter c’est d’entrée, l’imprimatur systématique, irréfléchi et stéréotypé de tout ce par quoi la cybernétique du Ministère de la Vérité a fait du monde le spectacle du Tout de la marchandise. On ne demande pas à un débat télévisé d’aider à mieux comprendre le vrai de la vie. On lui demande de justifier instantanément dans un monologue pluriel tout ce qui se fait pour que se perpétue la falsification mondiale de la vérité. De cette manière, la stupidité et la lâcheté sont bien les qualités premières pour faire carrière dans tous les métiers les plus réputés de la domination marchande spectaculaire, là où la dignité prostituée constitue la permanence méprisable de chaque attitude et la souplesse morale de toute réussite professionnelle.

La démocratie du spectacle capitaliste, par dégradation, simulation, surveillance, infiltration, servilisme, obséquiosité, correction, influence, diabolisation, silence, invention, finasserie, rideau de fumée et fourberie se déploie maintenant comme tyrannie achevée d’une société où il n’y a plus de place pour aucune autre réalité que celle du mouvement de l’argent, c’est à dire dans un univers où il n’y a plus aucun endroit pour pouvoir entreprendre quelque vérification publique à propos de que dit la manipulation étatique lorsqu’elle fait de chaque vérité un moment recomposé de sa falsification du monde. Le secret des écritures géo-politiques de la marchandise domine partout le monde du mensonge marchand et la marchandisation du monde domine toujours la géographie mensongère du secret politique.

 L’Être contre l’Avoir…

3) Mensonge étatique mondial du Coronavirus, mensonge mondial étatique du capitalisme vert,  Chaos géo-politique étatico-terroriste de l’indistinction marchande généralisée, Chaos généralisé étatique de l’immigrationnisme, du LGBTisme et du trans-humanisme de tous les commerces imaginables de la contre-révolution démentielle de la marchandise sans restriction…  Toute l’histoire planétaire dans lesquelles règnent les conditions modernes de production de la crise terminale du Capital s’annonce comme une immense accumulation de spectacles trompeurs où la marchandise, sous toutes ses formes, renvoie désormais toujours à la baisse historique du taux de profit qu’elle tente désespérément de fuir…

DU SPECTACLE FETICHISTE DE LA MARCHANDISE MONDIALE ET DE SA CRISE FINALE…

4) Par conséquent, pour s’échapper des élucubrations et insanités de l’emprise démocratique des tyrannies du Capital, il faut envisager et cueillir toutes les dynamiques verticales de l’ontologie humaine anti-mercantile car le mode de production capitaliste ne disparaîtra pas tout seul à la suite d’une fortuite désagrégation mécanique. Il sombrera parce que l’antagonisme Capital/Prolétariat aura généré le processus mondial déterministe de sortie de la marchandisation quand la caractérisation horizontale du capitalisme mondialiste se sera trans-muée en procès d’auto-détermination de sortie du déterminisme de la dictature de la valeur en tant que tel – comme sa décadence consommée et donc auto-anéantissement de toutes ses consommations.

Ainsi, la Critique de l’économie politique pourra, là, cesser de simplement s’inscrire dans l’existence des hommes comme une simple récusation théorique de portée pratique encore inexécutable ou seulement vaine, mais en tant qu’énigme de la nécessité concrètement résolue de toutes les questions qui renvoient à la véridique satisfaction humaine contre toutes les illusions, simulations et faussetés de l’argent et de l’État.

Commentaires sur l’extrême radicalité des temps derniers…

Comments (2)
  1. Bonjour à tous,
    à 1:17:00 Françis fait reference au Bacha bazi, littéralement « jouer avec les enfants » en persan iranien et « jouer avec les garçons » en persan afghan), également connu sous le nom de baccha (du persan bačeh بچه « enfant, jeune homme ») ou bača beriš (garçon imberbe), est une sorte d’esclavage sexuel, sous la forme de prostitution de garçons pré-pubères et d’adolescents vendus à des hommes riches ou puissants et le plus souvent mariés pour servir de danseurs au cours de spectacles offerts à leurs affidés, ou dansant à des cérémonies de mariage, les hommes étant toujours strictement séparés des femmes qui se trouvent dans d’autres salles.

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.