Guerre de Classe présente… Critique de l’actualité et des temps présents

Intervenants : Véronique, Maurice et Francis Cousin


Pas plus que l’individu n’est une personne réelle sans relation à d’autres personnes, l’État n’est une individualité réelle sans sa relation à d’autres États…

Hegel, Principes de la philosophie du droit

La guerre n’est rien d’autre que la continuation des relations politiques par l’appoint d’autres moyens…

…Dans la guerre, tout est simple, mais le plus simple est difficile… En aucun cas, la guerre n’est un but par elle-même. On ne se bat jamais, paradoxalement, que pour engendrer la paix, une certaine forme de paix…

…La guerre n’étant pas un acte de passion aveugle, mais un acte dominé par un dessein politique, c’est la valeur de ce dessein qui déterminera l’ampleur des sacrifices nécessaires à sa réalisation. Cela vaut tout autant pour l’étendue des sacrifices que comme pour leur durée elle-même…

Clausewitz, De la Guerre

La débauche spectaculaire de crédit en tant qu’anticipation de valeur à venir ne vient là que momentanément résoudre la séparation spatio-temporelle entre l’achat et la vente. Et comme c’est la baisse généralisée du taux de profit qui détermine la nécessité de la surproduction précipitée, le développement de la valeur d’usage s’oppose de façon radicalement inconciliable au déploiement ultérieur de la valeur d’échange.

 Le spectacle de la crise de surproduction ne peut donc se produire qu’en tant que crise générale de la structure fantasmagorique du prêt puisque la fiction marchande de la vente à crédit universalisée finit par révéler que tout ce que l’indistinction marchande réalise n’est plus finalement que sa propre auto-déréalisation.

Le capitalisme ne peut exister sans l’expansion valorisante de son pouvoir d’indistinction. Les États-Unis pour s’ouvrir de nouveaux débouchés, doivent donc s’employer à « couler » la puissance dangereuse de leurs « alliés » japonais et surtout européens.

C’est pourquoi, ils se proposent d’impulser et de favoriser l’intégration des pays en question sous leur domination de plus en plus directe dans un système global de défense, de combinaisons, de coopérations et de machinations.

L’organisation de l’indistinction terroriste est l’organisation supranationale du chaos américain. C’est le spectacle d’uniformisation, de modelage et de direction par lequel Washington élabore et met à exécution son projet de construction d’une entité impérialiste mondiale unitairement indistincte, susceptible de digérer frontalement ou périphériquement tous les pays qui comptent, sur l’échiquier comptable de la marchandise.

Critique de la société de l’indistinction

Πόλεμος πάντων μὲν πατήρ ἐστι, πάντων δὲ βασιλεύς, καὶ τοὺς μὲν θεοὺς ἔδειξε τοὺς δὲ ἀνθρώπους, τοὺς μὲν δούλους ἐποίησε τοὺς δὲ ἐλευθέρους.

Le conflit est à la racine de tout ce qui est, il est le conduire de tout ce qui ad-vient ; et il révèle les uns comme étant en le divin et les autres dans l’humain ; ceux-ci, il en fait des asservis, ceux-là ; il fait leur émancipation.

Héraclite, Fragments

              Le militarisme domine et dévore l’Europe. Mais ce militarisme porte aussi en lui le germe de sa propre ruine…

Engels, Anti-Dühring

Les décisions se prennent de plus en plus aux États-Unis. Il y a un véritable transfert de souveraineté. […] Les vues du Pentagone sur la stratégie planétaire, les vues du business américain sur l’économie mondiale nous sont imposées…

Charles de Gaulle, propos recueillis par Alain Peyrefitte, 04 janvier 1963, C’était de Gaulle

La mise à l’arrêt de l’économie mondiale couverte par le mensonge étatique de la tyrannie sanitaire mondiale a été de cette façon rendue nécessaire par le niveau atteint par la baisse historique du taux de profit. Le chantage mensonger à l’apocalypse sanitaire annoncée et qui n’a évidemment pas eu lieu, c’est en revanche le présage bien tangible d’une apocalypse économique réelle qui se profile à l’horizon du temps qui vient derrière le spectacle des visions dupées et de la conscience trompée.

DU SPECTACLE FETICHISTE DE LA MARCHANDISE MONDIALE ET DE SA CRISE FINALE…


Saisir les déterminations historiques de la Radicalité du Devenir Révolutionnaire…

… C’est Saisir le Devenir Historique du déterminisme de la radicalité révolutionnaire…

Comments (35)
  1. Note

    L’emploi d’expressions comme « ordre américain » ou « Europe vassalisée » est désuet car il renvoi à une forme de compétition interétatique capitaliste propre au XIXe siècle et à la domination formelle. Il laisse à penser qu’il y aurait un état américain fort qui défendrait ses intérêts en asservissant des états plus faibles et en les empêchant de s’allier à des états rétifs à sa puissance comme la Russie. L’ordre américain c’est désormais l’ordre du gouvernement mondial. Il faut bien rappeler que là où le gouvernement de la classe capitaliste mondiale se développe, c’est toujours au détriment de l’état dont il s’empare et du peuple qu’il gouverne. Le fait que le gouvernement mondial ait pris son essor aux États-Unis signifie d’abord la mort pour l’état visible américain et un plus grand malheur pour le peuple américain. Puis quand le gouvernement mondial se répand dans le monde, il produit les mêmes effets. Si ce processus peut laisser apparaître à la surface des événements une impression de vassalisation, à terme, tout est fondu dans le gouvernement mondial. Il n’y a plus une classe capitaliste américaine en concurrence avec une classe capitaliste française, allemande, italienne, etc. mais bien une classe capitaliste mondiale qui est autant chez elle à Washington, Paris, Berlin ou Rome, en lutte contre un prolétariat mondial aussi maltraité en Europe qu’aux États-unis. On dit souvent que Macron n’a aucun pouvoir. C’est vrai, mais Biden non plus ! Macron n’est pas la marionnette de Biden ou de l’ordre américain qui n’existe plus en tant que tel. Ils sont tous deux des pantins insignifiants du gouvernement mondial de la classe capitaliste mondiale. Quant au prolétariat américain, il n’a aucun bénéfice à tirer du fait que son état ait été leader dans l’essor du gouvernement mondial, au contraire ! Prenons l’exemple du gaz, suite à la guerre en Ukraine. On dit que les américains utilisent cette guerre pour nous couper de l’approvisionnement en gaz russe et nous refourguer leur gaz de schiste plus cher. C’est vrai, mais si l’augmentation du prix du gaz sera catastrophique pour les prolétaires européens, il sera dramatique pour les prolétaires américains qui vont avoir leur nature dévastée et qui vont crever de boire des eaux polluées par la fracturation hydraulique sans retirer aucun bénéfice bien sûr de la vente de ce gaz.

    Au reste, le gouvernement mondial n’a pas poussé à la guerre en Ukraine pour que les capitalistes américains vendent leur gaz de schiste, ni plus généralement pour empêcher un nouveau Rapallo. Bien sûr il se trouve toujours des intérêts capitalistes pour profiter d’une situation nouvelle mais le bordel ukrainien trouve son origine dans la tendance du gouvernement mondial à s’étendre en Russie où il trouve une certaine résistance. Le gouvernement mondial voudrait un Navalny à Moscou, c’est-à-dire un pantin mondialiste comme Biden ou Macron, il voudrait une gay pride à Moscou, une journée du droit des femmes, de l’immigration, du métissage, bref toutes les merdes du gouvernement mondial de la marchandise. Mais la Russie résiste et c’est ce qui nous vaut cette guerre en Ukraine. Mais il n’y a aucun suspense. La prévision communiste nous assure que Poutine est condamné à perdre et qu’il tente là un baroud d’honneur car nous savons qu’à terme le gouvernement mondial finira par triompher aussi en Russie, et qu’alors la notion même de Rapallo aura simplement cessé d’exister.

    L’articulation domination américaine contre vassalité européenne est une phase dialectique dépassée du développement du capital qui a des implications résiduelles mais qui n’explique plus les développements actuels essentiels du capital. Certes quand les Etats-Unis enclenchent la guerre en Irak, ils contreviennent aux intérêts de l’industrie française, mais quand Obama en bon dirigeant mondialiste souscrit aux lubies du réchauffisme et du capitalisme vert, il contrevient aux intérêts de l’industrie américaine. Donc il ne faut pas voir dans les agissements du gouvernement mondialiste à Washington une défense des intérêts américains, mais bien une promotion des intérêts de la classe capitaliste mondiale. Si ces agissements amènent souvent à dézinguer des économies étrangères, ils amènent aussi à dézinguer l’économie américaine si c’est nécessaire. Il n’y a pas de préférence nationale pour les mondialistes car il n’y a plus de gouvernement américain ni de gouvernements européens, ou alors sous forme de vestiges folkloriques et impuissants. Il y a le gouvernement mondial de la classe capitaliste mondiale contre le prolétariat mondial, c’est bien là la seule fracture qui vaille, ce que vous rappeliez bien dans votre précédente émission.

    • Le gouvernement profond du spectacle mondial était en conflit avec le capitalisme industriel représenté par Trump. Il ne l’est plus avec les réseaux Biden qui représentent bien la sphère financière de la crise monétaire totale. L’emploi d’expressions comme « ordre américain » ou « Europe vassalisée » est évidemment toujours d’actualité car cela renvoie à une forme de compétition interétatique capitaliste propre non seulement au XIXe siècle et à la domination formelle mais plus encore à la domination réelle supérieure lorsque le fétichisme du billet vert en totale décomposition entend bien annihiler tout retour possible à une Europe-puissance… C’est pourquoi après les guerres du moyen-orient, le Pentagone frappe aujourd’hui au coeur du vieux continent. La peur de Rapallo n’a jamais été aussi forte qu’au moment où précisément l’ordre yankee tremble sur ses bases…

      • Le billet vert sait très bien qu’aucun Rapallo ne sera jamais plus possible. Avec qui la Russie pourrait-elle bien refaire un Rapallo ? La France est finie depuis 1815 (et depuis elle a fait les guerres de l’Angleterre puis des américains et des mondialistes, ça a été mainte fois expliqué sur votre radio), et l’Allemagne depuis 1945. Il n’y a plus d’état pour refaire une puissance européenne. La France et l’Allemagne n’ont pas besoin des « américains » pour s’empêcher de ressusciter un nouveau Rapallo, elles s’en chargent très bien toutes seules. Quant au tremblement des bases de l’ordre yankee, je souriais en lisant cette expression, on en est à peine au début du commencement, alors pas de quoi s’affoler pour un risque aussi improbable. Comprendre le phénomène Rapallo est important mais en faire la cause des agissements du gouvernement mondial en Europe me semble à tout le moins exagéré.

        • Quelle est la cause des agissements du gouvernement du spectacle mondial en Europe ?
          Crise du taux de profit, saturation des marchés et précisément hantise d’un possible Rapallo sur le terrain de la guerre commerciale mondiale…
          Il n’y aurait pas de guerre en Ukraine si Washington n’avait pas besoin de briser définitivement Paris et Berlin en tentant de les couper irrémédiablement de Moscou…
          Lisez mieux les bouquins ici mis en perspective…
          Cessez de palucher les mots et aller à l’essentiel !

    • Bonjour Cédric,

      Vous bricolez des concepts mal compris que vous avez entendus sur Guerre de Classe… Le gouvernement du spectacle mondial n’est pas un éther vaporeux mais l’immanence du Capital venant ordonnancer le nécessaire spectacle terroriste de l’indistinction marchande. Comme rappelé dans la vidéo, l’ordre américain issu du Nouveau monde des colons judéo-protestants en est le fer de lance le plus adéquat et est en même temps l’ennemi juré de l’Europe qui a dans son développement capitaliste également produit la radicalité du manifeste communiste. Il n’a rien de désuet puisque c’est justement au terme du deuxième charnier mondial et en domination réelle du Capital qu’il a effectivement pu vassaliser l’Europe et sa plus grande peur, c’est, dans le cadre de la géopolitique de la crise du Capital, une Europe qui se relèverait de sa domination et investirait dans les territoires encore arriérés d’Europe de l’Est et de Russie, donc un Rapallo recommencé de manière étalé et renforcé. Déstabiliser la Russie en elle-même ne présente pas d’intérêt puisqu’elle ne représente pas à elle seule une force déterminante susceptible de lui faire de l’ombre, ce qui est visé c’est toujours cette potentielle alliance Paris-Berlin-Moscou… Revenez à l’essentiel et bossez avec humilité la crise du Capital. ( http://guerredeclasse.fr/comprendre-la-crise-actuelle/ )

    • Bonjour,
      Washington a avancé ses pions en Ukraine à l’instant même ou trois “convois de la liberté” en provenance de La Haye, Paris et Vienne, se dirigeaient vers Bruxelles.

      C’est bien ce convoi – complètement oublié par le Groupe Guerre de classe – qui est à l’initiative de la nouvelle mythologie russo-ukrainienne.

      Là a été saisi par les services de la domestication un saut dialectique de l’offensive de classe du prolétariat européen, qui ayant buté depuis le mouvement des gilets jaunes sur les capitales de leurs pays respectifs, décidèrent enfin de se retrouver à Bruxelles, en tant que symbole de la vassalisation du territoire européen par un empire américain déjà détourné par une élite financiariste apatride constituant le gratin de la classe capitaliste.

      Statuer cette nouvelle mythologie, au vue de l’histoire telle que déterminée par la lutte des classes, et ultimement par la tension Christ-Antéchrist, est un coup double.

      Premièrement cela permet d’endiguer le saut qualitatif de l’offensive prolétarienne du territoire européen en sanctuarisant Bruxelles comme étant le siège d’une organisation militaire moderne “non-violente” en proie au “dangereux meurtrier Poutine”, ce “barbare”, afin d’européaniser plus encore les citoyens de l’Europe occupée dans une fraternité vague inhistorique de la totalité des peuples asservis par l’Union. Les anti-U.E passent là donc pour des cuistres ne saisissant pas “la nécessité de faire bloc, ensemble, contre l’ennemi poutinien, qui veut nous massacrer la gueule avec ses joujoux nucléaires” de la même manière que les anti-vaccins, à différent niveau de savoir que ce soit, passent depuis deux ans maintenant pour de parfaits lépreux dont la voix est plus crade encore que les miasmes.

      Deuxièmement, cette “guerre” s’inscrit dans la continuité du processus d’éloignement entre “Russie libre” et Europe de l’ouest, nécessaire du point de vue géo-stratégique alienatoire de la gigantesque machine de Guerre américaine. Mais cela est secondaire, point essentiel.

      Car, si les luttes “inter-capitalistes” se montrent de plus en plus intensément à la lumière du jour, il ne faut pas oublier que quel que soit le camp de ce “royaume divisé contre lui-même”, tous ont un ennemi commun, le potentiel révolutionnaire du prolétariat ainsi que sa tendance communiste, contre lesquels ce “royaume” divisé contre lui-même sait s’unir. L’histoire m’en est témoin.

      De sorte que les conflits inter-capitalistes sont avant tout déterminés par ce qui rend possible ces conflits, soit la lutte des deux classes.

      Ainsi, l’institution de la nouvelle grande mythologie russo-ukrainienne répond avant tout aux “convois de la liberté” complètement effacés de l’actualité critique comme – apparemment – de la critique de l’actualité, et seulement ensuite aux résidus d’intérêts géo-stratégiques positionnés par le conflit séculaire Europe-Etats-Unis.

  2. Peu importent les années
    Et peu importent les villes
    C’est Paris/Moscou/Berlin
    Berlin l’enchanteresse
    Et le déjà vieux règne de l’électricité
    Partout même sous nos peaux
    La cicatrice aux néons
    et les égouts qui débordent
    En pensant à Lili Brik
    et Vladimir Maïakovski

  3. Charles Gave aboutit aussi à la conclusion que “les Etats-Unis sont en train de détruire toute l’industrie européenne” https://www.youtube.com/watch?v=L4fvsFnzg4A

    Comment appelle-t-on le concept correspondant à plusieurs propositions distinctes cheminant chacune par leur propre méthode pour aboutir à une même conclusion ?

    … Vivement l’émission d’analyse sur Rapalo !

  4. Orwell :
    N’utilisez jamais une métaphore, une comparaison ou toute autre figure de rhétorique que vous avez déjà lue à maintes reprises ;
    N’utilisez jamais un mot long si un autre, plus court, peut faire l’affaire ;
    S’il est possible de supprimer un mot, n’hésitez jamais à le faire ;
    N’utilisez jamais une expression étrangère, un terme scientifique ou spécialisé si vous pouvez leur trouver un équivalent dans la langue de tous les jours.

    Voilà les raisons pour lesquelles, ( liste non-exhaustive ) le discours que vous utilisez est beaucoup trop novlanguesque et inaudible. Qu’est-ce que le prolétaire moyennement cultivé va faire de toutes ces diarrhées verbales et ces concepts beaucoup trop théoriques.

    • Vous avez oublié :
      Orwell :
      […]
      Enfreignez les règles ci-dessus plutôt que de commettre d’évidents barbarismes.

      Et qu’est ce que Satprem propose comme “discours” audible au prolétaire inculte adéquatement à sa destination de marchandise qui ne serait pas un barbarisme à la critique radicale, seule dangereuse pour l’ordre de la soumission à la valeur d’échange?

      Saisissez la pleine cohérence d’un Orwell non-tronçonné avec les luttes surgissantes d’aujourd’hui ou passez votre chemin mais cessez donc de vous rallier à la foule geignarde…

      • Vous êtes tous prostitués à la valeur d’échange, au consumérisme, salariés avec des comptes en banque, mais vous en faites la critique toute l’année. Toujours les mêmes réponses avec les mêmes mots appris par coeur et récités inlassablement. Critique radicale masturbatoire comme vous dites. Et l’action radicale, c’est quand ? Ah je sais déjà qu’on va me répondre que je suis un impatient narcissique. Bref.

        • Plus quelqu’un se plaint moins il fait… Vous aviez une possibilité d’exprimer votre lutte et au lieu de cela vous chouinez dans le RIEN. Déguerpissez pour votre propre sécurité, vous risquez l’anévrisme!

          • Je critique, nuance ! Mais ça remue beaucoup de susceptibilités…Au passage, je fais certainement plus que la majeur partie des branleurs ici qui s’écoutent parler, par de l’action concrète…ça s’appelle le renoncement…que très peu ici peuvent se permettre, ni même envisager…

        • Satprem, qui a découvert la critique radicale et Marx il y a deux ans, se met d’un coup soudain à s’agiter et à exposer la vacuité de sa pensée alors qu’il est bien visible qu’il n’a même pas ne serait-ce que commencé à creuser le déterminisme historique… Arrêtez de polluer les commentaires de cette page et allez trouver un endroit qui vous correspondra mieux !

          • Pourquoi ce n’est pas suffisant 2 ans ? Je teste un peu l’ouverture d’esprit de certains ici…Hormis quelques uns qui restent calmes, il y a toujours quelques dégénérés agressifs de la secte qui s’agitent. Ne t’en fais pas, je ne vais pinailler longtemps avec des personnes de ton genre. Bon courage à vous.

          • Deux ans, c’est justement normalement largement suffisant pour ne plus s’étendre dans d’infinies crispations subjectives et se mettre à bosser avec humilité le déterminisme historique. Bonne continuation à vous…

        • Bonjour.
          Effectivement nous sommes tous prostitués à la valeur d’échange, nous avons tous des comptes en banque, nous sommes tous des épaves circulatoires comme tout homme aliéné, mais à un moment, il faudra décider de se mettre debout. Il faudra cesser de geindre et de cracher son impuissance dans les forums. Ce qui ronge et met en colère, ce ne sont pas les concepts complexes formulés par GDC, c’est l’incapacité de se mettre en mouvement de désaliénation.
          Ce n’est qu’en se secouant, et en creusant l’héritage que nous ont legué ceux qui n’ont jamais cessé de lutter, que nous pourrions mettre fin à notre impatience narcissique.

        • Satprem, le renoncement poussé dans cette société endormie et inconsciente, revient à renoncer à vivre, à moins de partir élever ses chèvres à la campagne, même partir en politique, c’est user beaucoup de salive pour pas grand chose, il vaut mieux s’unir et créer des structures pour éveiller les moutons, car sans eux, plus de lumière à l’horizon.

    • Satprem
      en somme vous reprochez au groupe Guerre de Classe de ne pas assez simplifier et vulgariser la critique radicale de l’économie politique.
      Il n’y a rien de communiste chez vous puisque vous pensez que des êtres humains devraient faire ceci plutôt que cela, que le prolétariat serait capable de comprendre ceci plutôt que cela et que vous séparez et hiérarchisez la pratique et la théorie, alors qu’elles sont une complémentarité dialectique indissociable.
      Ainsi vous piétinez toute la puissance, l’expérience et la compréhension historique des luttes les plus radicales qui vous ont précédé mais vous méprisez aussi l’extraordinaire capacité de dépassement qualitatif des luttes révolutionnaires à venir.
      Vous passez donc, par exemple, complètement à côté de cette phrase de “L’idéologie Allemande” :
      “C’est dans la pratique que l’homme prouve la vérité, c’est-à-dire la réalité et la puissance de sa pensée dans ce monde et pour notre temps.”
      Au boulot !

      • Je n’ai rien de communiste, je ne suis pas communiste et il n’y a pas de communiste dans une société profondément capitaliste. Avoir lu toute la panoplie des récits communistes et situationnistes et tous les livres du monde ne fera jamais de vous des ” communistes “. J’essaie du mieux que je le peux de ne pas appartenir à une quelconque secte ou idéologie et d’éviter au maximum la dissonance cognitive et autres biais malhonnêtes.

        • Tiens vous changez votre fusil d’épaule.
          Ça n’est donc plus notre vocabulaire mais notre “idéologie”, notre “dissonance cognitive” et nos “biais malhonnêtes” qui excite maintenant votre “critique”…
          On vous attend donc pour des précisions, un pensée argumentée, un commentaire fécond en somme.

          • Non, je ne n’ai pas changé mon fusil d’épaule . Bien essayé. Oui c’est de l’idéologie, un concept, et un vocabulaire particulier. Vous allez même nier l’évidence ?

            Et quand j’ai dit : “Je n’ai rien de communiste, je ne suis pas communiste et il n’y a pas de communiste dans une société profondément capitaliste. ” Vous y voyez une objection j’imagine ? J’attends.

          • Qu’est-ce que le communisme ? Bon dieu ! Allez lire un peu !

            Ce qui nous distingue :
            – La défense intransigeante et continue du communisme intégral en tant que mouvement réel de l’auto-émancipation humaine du prolétariat universel qui s’abolit en éradiquant l’argent, le salariat et l’État…
            – La connaissance dialectique de la rationalité historique comme auto-mouvement de vraie vie pour toute l’espèce humaine reconnaissant la matérialité biologique et cosmique de l’ensemble de son devenir universel conscient…
            […]
            Le communisme n’est rien d’autre que la vérité historique universelle du mouvement réel qui produit la totalité du devenir de l’espèce humaine. Il n’est ni un programme ni une série de recettes sortis de cerveaux doctrinaires et prétentieux, il est la passion charnelle du vivre radical, correspondant à l’expérience authentique des hommes concrets qui veulent tout simplement être eux-mêmes et sortir de l’accumulation des déchirements qui fondent le temps de la domination absolue de la marchandise.
            http://guerredeclasse.fr/a-propos/

            Il y a des jalons essentiels qui ont été positionné dans l’idéologie Allemande et le manifeste communiste si ça vous intéresse vraiment !

            Pour répondre à l’idéologie :
            https://www.youtube.com/watch?v=uvbYLXg7NIg

        • D’après vous nous sommes donc idéologues, biaisés, malhonnêtes et dissonants puisque nous sommes……”particuliers” et que c’est une “évidence”.
          Quelle puissance de pensée, c’est épatant.

          Est communiste celui qui comprend et défend le devenir du communisme universel quelle que soit la phase d’évolution du mode de production dans lequel il évolue.

          • @Thomas

            Tu dis : ” D’après vous nous sommes donc idéologues, biaisés, malhonnêtes et dissonants puisque nous sommes……”particuliers” et que c’est une “évidence”.

            Je n’ai jamais dit que vous étiez particuliers, mais que vous utilisiez un verbiage et une rhétorique bien particulière.

            Ta malhonnêteté m’épate.

        • Vous ergotez lamentablement : argumentez et développez une pensée qui nous explique précisément en quoi nous sommes idéologues, verbeux, malhonnêtes, dissonants et biaisés.

          Sinon vous n’êtes qu’un guignol et vous n’avez rien à faire ici.

          • Pas de temps supplémentaire à perdre avec les adeptes merdeux d’une secte qui supportent aucune contradiction et le poids de leur dissonance cognitive. Continuez à jacter entre fidèles, restez hautains, méprisants, et ne confrontez pas vos petites certitudes. Entretenez votre petite croyance en pensant avoir découvert une vérité universelle immuable.

      • Je suis d’accord avec SATPREM, votre langage est trop intellectuel, il ne peut servir qu’entre vous, pour les autres, il ne sert à rien, déjà qu’ils ne comprennent qu’un quart de ce que disent les politiques, si vous continuez comme ça, c’est comme vous branler en rond, à la fin, vous vous crachez dessus, et ça n’aura qu’à vous, en somme, à rien..

        • Vous vous trompez, les gens ne se détournent pas de la politique parce que ça serait trop compliqué mais parce que c’est toujours la même merde insignifiante et parce qu’elle n’a plus de sens…
          Le moment ou un homme qui veut se tenir debout entend le sens profond du message communiste, il voit que dans cette parole, il y a quelque chose d’essentiel et que même si c’est compliqué, il faut faire effort.
          Nous comprenons aussi le lien entre le mouvement social et la conscience de classe… A un moment donné, la conscience de classe se fera nécessité de vraie vie et le message sera totalement audible !
          D’ailleurs, tous les contenus ne s’adresse pas à tout le monde, entre celui qui découvre et celui qui connaît déjà quelques bases, il y a des tracts, des articles, des textes et des développements plus conceptuels.
          A l’envers de toutes les avant-gardes, GDC n’a pas un savoir très compliqué qu’il garderait pour lui et qu’il faudrait simplifier pour les masses abruties…
          L’émancipation des prolétaires sera l’œuvre des prolétaires eux-mêmes…

          • Qu’on se le dise, je suis en accord presque total avec le constat de Marx, et de Cousin.
            J’ai une passion depuis très longtemps, comme beaucoup ici je pense, c’est d’apprendre et de comprendre le monde, sans être spécialiste de quoique ce soit ou rémunéré pour une spécialisation ( et donc être dans une certaine dissonance cognitive ( Appât du gain, croyance ) .

            Et quand j’apprends certaines choses, j’aime confronter cet acquis, tester sa résistance. Car le vivant, l’histoire de l’humanité est tellement complexe et multifactoriel, qu’il ne suffit pas d’une seule idéologie ( et même plusieurs ) pour saisir l’ultra complexité des choses. Je partage largement les enseignements de Cousin qui sont une synthèse critique ( critique dans les deux sens du terme ) de tous ces prédécesseurs. Cela permet de comprendre, et donc de prendre un surplomb et une hauteur de vue sur tout un système régissant les hommes ” modernes ” depuis le changement de paradigme chasseurs-cueilleurs, et ensuite l’accumulation ( par l’agriculture notamment ) et la possession ( territoire ), les fameux DEM du Demos.

            Les quelques objections que je peux faire, c’est de ne pas mettre assez en avant les processus d’adaptations complexes qui découlent de la survie de l’espèce et de la nécessité pour l’homme de devoir s’adapter à de nouveaux sauts ( qualitatifs – augmentation de l’air cérébrale ) et d’autres théories très intéressantes qui consisteraient pour l’homme ( moderne dés l’apparition du Sapiens ) d’avoir la capacité de substitution causale et de s’inventer des dieux et des bobards.

            Lire Michel Jouvet ( sur le rôle des mécanismes des rêves et certaines de ses théories sur l’évolution psychique ), les combiner à René Girard sur les mythes fondateurs, le désir mimétique et tout un tas d’autres théories qui permettent de tenter de comprendre le monde ( Ce qui est une particularité de ce que nous sommes, cette capacité à comprendre ce que nous sommes et d’où nous venons ). Je ne dis pas que vous résumez tout au capitalisme ( qui n’est qu’une suite plus ou moins logique des actions et des adaptations successives des êtres humains en communauté avec une logique exponentielle de surpopulation. Bref je m’arrête sinon je vais monologuer de me perdre dans l’immensité de la complexité.

            Et pour revenir au sujet initial, je pense que dans l’intérêt des simples curieux ou amateurs, le langage utilisé et la rhétorique de Cousin et celle que vous vous êtes emparés n’est audible que pour ( nous-vous ) et qu’il faudrait je pense, pour toucher un plus large public, l’amener sur des choses plus basiques sur l’histoire en général ( sans utiliser trop de notions complexes afin de pouvoir les amener sur des choses beaucoup plus complexes à comprendre pour les non-initiés ).

            Amicalement, et fraternellement. 😉

  5. Comment faire pour rejoindre Guerre de Classe ?????
    Je vis à Lyon, comment vous trouver et apprendre de vous tout ce que je sens mais que je ne sais pas ?
    (En plus, ça urge.)
    Gros bisou,

  6. Nous avons vite oublié en effet l’Histoire assez récente des mensonges multiples des médias toujours au service des (plus) puissants. Pensez donc à Katyn: pendant 50 ans ! les Occidentaux et les Soviets ont accusé les Allemands de l’époque d’avoir assassiné des milliers d’officiers polonais (alors que les Allemands en 1940 dès la découverte des charniers avaient appelé les médias occidentaux pour révéler ce massacre). Il aura fallu 50 ans pour que cette fausse accusation soit démontrée par l’ouverture des archives de l’ex-URSS. Faudra-t-il autant d’années pour que les vrais responsables de ce massacre soient découverts ?

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.