La mise en spectacle de la réification sous le règne contemporain de la crise terminale de la schizophrénie mégapolitaine de la valeur d’échange impose à chacun un rôle dans la passivité généralisée. Le You Tubeur n’échappe pas à cette loi. Il a là un rôle décisif dans le fonctionnement des folies du système marchand.

L’impuissance de l’Être qui a colonisé tous les espaces-temps des divers secteurs de la pratique sociale ne fait que trouver dans le monde You Tubique l’une de ses expressions aliénatoires les plus pitoyables.

Les compensations maniaco-dépressives des claviers excités de la misère du spectacle servent à masquer la servitude de tous et la propension malsaine à produire chez certains de la pensée illusoire intensivement toxique. Si heureusement il y a des hommes d’éveil qui s’adonnent à élaborer des commentaires de pertinence, la détresse affective moderne ne trouve de consolation pour d’autres que dans la réitération burlesque et crasseuse de bavardages toujours plus démentiels.

La masse des You Tubeurs scribouillards ne se rend même pas compte que la chosification est le centre de leur ridicule et dérisoire horizon fermé. Ainsi, il est normal que la vérité historique de la vie passe par-dessus la tête du You Tubeur de base et lui échappe totalement puisque l’ensemble de la vraie vie de l’histoire lui est étrangère. Incapable de passions réelles, il fait ses délices de polémiques débiles sans autre passion que celles de ses délires narcissiques de pauvre objet frustré et fielleux, radicalement inapte à démasquer les faux problèmes.

Dans ce cadre, nous nous devons d’abord de respecter ceux qui d’accord ou pas avec nos positions, viennent dans la courtoisie et la réflexion apporter une contribution sensée en protégeant leur manifestation des tentatives de pollution menées par les pouilleux et les malsains, véritable lumpen mental du Capital, racaille culturelle, lie d’individus dévoyés et troubles toujours prête à se vendre à la réaction et aux manipulations de ses divers services.

Dès lors, en un temps de décomposition accélérée qui voit ces rebuts, saltimbanques, escamoteurs, chiffonniers, soulographes, drogués sordides et mendiants cérébraux venir errer frénétiquement et maladivement sur nos émissions, nous avons décidé de désactiver les commentaires You Tube, ce qui permettra un tri sélectif d’avant-poubelles de l’Histoire. Les dégénérés et les désaxés continueront ailleurs dans le sommeil léthargique et fétide de la contre-révolution permanente pendant que les humains soucieux d’humanité pourront directement aller déposer leurs avis et interrogations sur le site internet du groupe et ainsi pleinement participer à cette nouvelle période de contestation joyeuse et fertile dont le temps présent est porteur.

Il ne suffit pas que la réalité recherche sa réflexion, il convient que la réflexion recherche la réalité…

GUERRE DE CLASSE, juillet 2022


Le Corbeau, 1943
Comments (28)
    • Justement, il faut voir les choses inversement. Si ces temps sont abominables, c’est parce que nous avons atteint l’acmé de la folie marchande. Mais c’est justement parce que nous avons atteint cette apogée que nous pouvons enfin lutter pleinement pour le renversement de tout ce monde de merde qui est en train de s’écrouler. Ainsi, cette époque est a priori abominable mais si nous la renversons, elle peut devenir une source de joie de rire et de passion radicale pour chacun d’entre nous.

  1. Bravo,
    Vous verrez que les trolls capitalistes seront bien incapables de produire l’effort de venir sur votre site déverser leur bouillie.

  2. Après plusieurs tentative pour essayer d”exprimer, même pas quelque chose de radical ou de révolutionnaire mais juste proposer quelques bases méthodologiques pour une pensée qui se voudrait un peu solide et constructive, je ne peux que confirmer vos observations. Il est impossible de proposer un travail sérieux à partir de relations sociales qui ne dépendent que de cette plate-forme. Elle ne peut être utilisé que comme voie de médiation et de retransmission, en aucun cas de “réseau social”. C’est le royaume de ceux qui se servent à tous les râteliers, bassesses et facilités de rigueur. Misérotube. Bien à vous.

  3. Bonjour à tous les camarades.
    Ce que vous proposez ici demande une remise en question personnelle, parce que nous sommes l’addition de toutes nos aliénations et il existe à mon sens un degré d’aliénation irrémédiable (dissonance cognitive). Et quand les frigos se videront et que la lutte de classe reviendra, elle sera pour l’extrême majorité, horizontale, ça va faire très mal, les villes seront des mouroirs.

    Petit questionnement personnel :
    Le capital étant en crise terminale supérieure, pourquoi perdre son temps à expliquer, comme vous le faîtes si bien, ce qu’il va se passer puisque cela va se passer et que les dégâts sur l’être générique réifié sont définitif avant le grand non pas remplacement mais le grand écrémage ?

    • Ce n’est pas le fait que les “frigos soient vides” qui va mettre le prolétariat en mouvement d’auto-abolition, mais l’impossible reconduction du rapport qui a pu jusqu’à présent organiser sa soumission à l’économie politique (impossible reconduction entamée en 2018). Cela ne débouchera pas sur un monde “Mad Max”, qui est en fait le Capital désormais réalisé – et en décadence – que nous connaissons, mais cela débouchera sur la révolution communiste mondiale.
      “Mondiale”, certes, mais ayant pour départ l’Europe et son prolétariat réfractaire. On ne peut le comprendre qu’en saisissant la question du salaire relatif – qui permet de comprendre ce qu’est l’exploitation, en antithèse du misérabilisme – et qui explique 1848, 1871, 1936, 1968… S’il s’agissait d’une question de “frigos vides”, le tiers monde nous aurait déjà montré la voie de l’abolition de l’argent et de l’État.
      Quant au “pourquoi perdre son temps?”: quand on a vraiment compris que le Capital allait nécessairement mourir – et pas mourir comme par enchantement un beau matin en tombant comme une météorite, mais par un acte d’auto-négation du prolétariat (et l’homme d’intelligence comprend qu’il n’en est pas séparé) -, la seule chose à faire est la transmission de la critique de l’économie politique pour l’abolition du salariat, de l’argent et de l’État, contre toutes les rénovations (qui incluent bases autonomes durables, phalanstères et toute solution proudhoniste de retour à la terre). Se retirer du monde et attendre que “le Capital s’écroule” revient en fait à dire qu’on veut bien rester esclave jusqu’à ce que quelqu’un d’autre nous émancipe. Et c’est ça, la perte de temps (et la soumission absolue).

  4. Bonsouar gdc, c’est moi le saltimbanque 🙂
    L’humain parmis tant d’autres qui s’attelle à rappeler qu’il n’est rien et tout à la fois, à l’image de ses semblables.
    Nous sommes la conscience qui transperce la nuit des temps.
    Pour la petite anecdote narcissique, la maison d’édition acte sud m’a contacté récemment pour me proposer d’éditer la poésie qui est écrite par ma main. Car oui, entre deux rap de merde, mon moi produit quelques poésies de merde.
    Évidemment j’ai refusé illico presto, je gagne ma croûte babylonienne comme marin pêcheur, la survie tout ça tout ça… hors de question en mémoire de la catalogne de tapiner comme une vulgaire pute de Satan.
    Ceci étant dit, merci pour votre production et le partage, nonobstant, je ne pourrais prendre votre groupe au sérieux tant que les ouvrages qu’ils produit ne seront disponible gratuitement pour tout un chacun.
    Révolutionnairement vôtre

    Personne

    • @Léo
      Le Communisme ne veut pas dire la gratuité, le communisme veut dire l’abolition du quantitatif qui vampirise le produire humain, quand bien même ce quantitatif est à zéro.

      La défense du “gratuit” se passe sur le même terrain fétiche que l’indistinction équivalente du payant mais à l’envers, comme la sacro-sainte défense de la “Liberté” qui s’érige contre “l’interdit” alors qu’ils viennent dire tous les deux la nécessité marchande d’un séparé du jouir humain.

      Vous nous prendrez au sérieux quand vous n’aurez plus le toupet de rechigner à contribuer à la diffusion du subversif payant contre toutes les fausses gratuités merdiques du Capital.
      En attendant votre obole nous vous laissons aux joies de creuser à l’infini nos nombreuses publications, textes et vidéos disponibles “à l’œil” (et à la conscience).

    • Avec ce qui a déjà été publié par GDC (émissions, les quatre textes essentiels, les tracts, les extraits des bouquins, les autres rubriques, etc.) et ce qui est à venir, avec les écrits de Marx/Engels déjà disponibles sur internet, et moyennant l’achat d’un ou deux bouquins de Hegel, il y a déjà de quoi faire. La commande occasionnelle d’un livre sur la boutique du site peut constituer un “petit luxe”, mais c’est surtout la preuve d’un effort (comme celui de venir sur le site pour écrire un commentaire d’intelligence, plutôt que de se purger sur YouTube entre deux vidéos débiles, ce à quoi la désactivation des commentaires remédie). Et cela implique qu’on est quelqu’un qu’on peut “prendre au sérieux”. À ceux qui se plaignent de la non-gratuité des bouquins de la boutique GDC: dans quoi avez-vous mis 20 euros dernièrement? Uniquement dans des biens de première nécessité?
      Celui qui a la passion trouvera toujours un moyen d’agripper la critique, sans jamais se plaindre. Il y a en revanche une foule de consommateurs de spectacle critique qui s’illusionnent sur leur propre situation, et c’est bien pire – si non dépassé – que les consommateurs d’iPhones, de chaussures, de football, de rap, de poésie…

  5. Merci pour votre réponse. Le terme gratuit n’était pas le bon en effet. Entre les œuvres “ouvertes” de Marx, Engels, Orwel, Debord et autres presocratique effectivement il y’a de quoi faire.
    Sans parler des évangiles, que le Christ n’a pas eu le toupet de monétiser.

    « Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables ; et il dit aux vendeurs de pigeons : Otez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »

    Nul ne peut servir deux maîtres
    Cordialement

    • Ce n’est pas simplement un problème de terme…
      Alors qu’ils étaient vivants et alors qu’il fallait vivre, intervenir, diffuser, creuser, aider les camarades et lutter, les œuvres de Marx et de Engels n’étaient ni “ouvertes”, ni “gratuites”…
      L’argument du “prix des livres” pourrait être celui de la “cotisation” nécessaire d’un groupe radical… , et il a toujours été l’argument de prédilection de la fausse critique spectaculaire – parasite de passage, rarement bien miséreuse, toujours très tatillonne en cette matière pour se construire une représentation sociale pseudo-révolutionnaire à moindre coût…
      Quand les hommes de grande passion, même et surtout sans le sous, en silence, y ont toujours mis ce qu’il fallait parce que, en cette matière, quand on AIME, on ne compte pas…

      • Merci de prendre le temps de me répondre. Je vois mieux maintenant ce que vos camarades ont voulu dire; et je ne dis pas non. Le terme “ouvert” signifié simplement sous ma plume, trouvable aisément sans contrepartie financière.
        … pour autant la suppression des commentaires youtube arrive concomitamment à l’apparition d’un “ex gdc” reprochant au groupe son sectarisme, son fonctionnement hiérarchique et l’accusant d’avoir une fonction primordial de publicitaire au service du compte de Francis. Alors même que les trolls misérables pullulent depuis l’avènement de la chaîne en commentaire sans jamais avoir entraîner la suppression de ceux-ci. Pour le moins troublant.
        À propos des cotisations nécessaires à la reproduction matériel de la capacité à la critique radical, du fétiche de la gratuité sous produit du capital en le règne du quantitatif je vous suis bien volontier. J’eusse simplement aimer une forme de cotisation différente, non relié à un échange quantitatif et au nom d’un homme. Pour finir je dirais que pour qui n’est pas ds le cercle proche, physique, du groupe gdc, le fonctionnement de celui-ci demeure pour le moins opaque et je trouve cela dommageable pour la cause.

        Que l’infini cosmique des yeux de chien, éternelle prépububère à la queue gesticulante puissent vous accompagner sur le chemin de la vérité radicale. Quand à moi, je retourne en mon aliénation féline enterrer mes crottes sous d’autres lattitudes.

        Merci tout de même pour vos réponses et vos productions de critiques, nous l’espérons, toujours plus radical.

        Cordialement

        • Il devient clair à présent que vous n’avez pas grand chose à dire d’essentiel et de riche sur la substance mondiale et son devenir mais qu’en revanche votre questionnement et votre posture vous incitent à adorer pianoter du superficiel et du “j’ai compris…” bien poli qui immédiatement a besoin d’auto-justifications.

          En cela il est logique que vous soyez troublé par les calomnies du pauvre renégat youtubique puisque vous ne semblez pas encore prêt à aller au fond des choses, c’est à dire au fond de vous-même.

          Bon creusements radicaux à vous.

          • Je ne suis absolument pas troublé par les commentaires d’un “youtubique” essayant pathétiquement de laver son linge sale en public. La drôlerie ici, c’est qu’en vous exprimant du haut de votre chaire de magistrat à la posture de sachant vous ne faites que circonvoluer autour du trou noir de notre aliénation. Votre lexique parle de lui-même. “Renégat”, qu’est-ce que la radicalité si ce n’est renier tout ce qui nous sépare de l’être, de l’Amour, renier tous les fétiches enfantés par l’accumulation, religion, patrie, parti et autres opinions ?

            Je suis renégat, le gars qui renaît, et je pointe du doigt que votre histoire de sous sous tenir n’est pas clair.

            Calembour mis à part, je n’ai pas de grief contre votre groupe, qui représente à mes yeux l’avant-garde contemporaine la plus pointue dans la critique radicale du capital, et je n’ai cure de vos petites anicroches d’appareil. Je soulève simplement une critique qui à mon sens est entendable. Vous pourriez mettre à disposition les ouvrages de Francis au format numérique, tout en laissant la possibilité à qui le souhaite d’acheter le format papier pour “soutenir”, ce que je fais moi-même d’ailleurs, et depuis bien avant l’existence de gdc. D’ailleurs pourquoi pas une possibilité de don pour gdc?

            Amicalement 😉

        • Renégat : “Celui qui a renié ses convictions, ses engagements, trahi son propre camp.”

          Un renégat n’est pas “le gars qui renaît”, mais celui qui a accepté de crever en se soumettant au Capital, en admettant que ce dernier était plus fort que lui.

          Et GDC n’est pas une avant-garde. C’est un groupe communiste : compréhension – avec humilité – du savoir théorico-pratique légué par les luttes de classe passées pour le transmettre au mieux au reste du prolétariat (dont le groupe n’est pas séparé). Celui qui cherche une secte et un gourou, ou un centre aéré avec ses animations, pour venir se divertir en se donnant l’impression qu’il est bien dans la critique du spectacle, se trompe d’adresse. Et comme le groupe n’est pas une caserne coupée du monde, les gens d’intelligence qui se trouvent à l’extérieur peuvent toujours laisser un commentaire ou envoyer un mail. Mais là encore, si on s’obstine à rester en dehors de l’Histoire pour pleurnicher autour de la soi-disant cherté des bouquins ou de la méchanceté du groupe par rapport à sa rigueur interne, on s’obstine alors à rester dans le camp de la contre-révolution et on fera mieux de se diriger vers la décharge YouTubique.

  6. Toujours difficile de monnayer nos réalisations issues de nos passions . Elles ne sont pas faites pour ça, pourtant on a besoin de manger quand on est pas passionné par l’art culinaire, de s’habiller… par la couture de s’abriter… par l’architecture etc…etc… et pourquoi pas, commencer à échanger des savoirs, savoirs faire sans étalonner leur valeur marchande , juste basé sur la confiance et le désir (plaisir)de partager ?

    • Bonjour,
      Il existe tout un tas de projets urbains et péri-urbains d’échange de savoirs et de savoir-faire gratuits: les bobos des villes ont essaimé dans les champs et ce genre de constructions mentalement “zadisées” à côté du système se multiplient. Elles ont toutes en commun d’être sans aucun danger pour le mode de production capitaliste. Et comme explicité dans les commentaires précédants, là n’est pas la vocation d’un groupe communiste qui ne prétend aucunement fondé un nouveau mode d’échange, fût-il gratuit.

    • Comme les pré-socratiques nous l’ont appris, il y a 2 passions, la passion vraie du jouir communeux en vérité de l’être et la passion aliénatoire que l’on retrouve autour des dérivatifs compensatoires de la re-composition amicale qui sert toujours le Capital ! L’ennemi de l’humanité est bien toujours la valeur d’échange, que le rapport social soit médié par l’argent ou qu’il soit médié par le troc d’objet matériels ou d’images narcissiques… et le troc est déjà étalonnage et étalement de la valeur marchande puisqu’il nous aura mené à la crise finale du Capital aujourd’hui… L’Histoire ne repasse pas les plats et c’est la période du dé-voilement perpétuel de toutes les impostures et idéologies qui est jouissance et amorce de l’émancipation singulière et universelle. Ainsi, si dans ces rencontres il n’y a pas de radicalité et de dévoilement de l’imposture amicale, c’est qu’on rentre de plein fouet dans le continuum de l’aliénation… Vive la vrai Commune sans échange et sans idéologie !

  7. Excusez-moi mais désactiver les commentaires youtube n’est-ce pas une forme de censure ? (même si la “critique” que l’on y trouve n’en est pas vraiment une mais plutôt un agglomération de pianotages angoissés et des trolls ignares facilement mis en déroute ?) Je demande parce que je vous suis depuis un certain temps déjà et vous avez martelé à de multiples reprises que là où il y a censure il y a mensonge d’Etat par essence. J’aimerais donc comprendre du coup.

    Quoi qu’il en soit, vos productions sont riches et intéressantes et aident à voir la vérité à travers les brumes du mensonge capitaliste, et m’ont aidé à me réapproprier mon histoire, ma vie et à avoir conscience du monde dans lequel nous vivons (notamment à m’amenant à aller lire les textes fondamentaux comme l’Idéologie Allemande.) Et elles continue de le faire aujourd’hui, et j’espère de tout cœur vous voir continuer.

    Cordialement

    Un auditeur curieux et passionné d’histoire

    • Relisez bien l’article : “Les dégénérés et les désaxés continueront ailleurs dans le sommeil léthargique et fétide de la contre-révolution permanente pendant que les humains soucieux d’humanité pourront directement aller déposer leurs avis et interrogations sur le site internet du groupe et ainsi pleinement participer à cette nouvelle période de contestation joyeuse et fertile dont le temps présent est porteur.”

      La désactivation des commentaires Youtube est une désinfection de tous les trolls qui viennent justement censurer la possibilité d’un vrai dialogue avec toutes les personnes qui, d’accord ou non avec les positions du groupe, viennent s’exprimer correctement pour donner un avis argumenté ou poser une interrogation honnête.. Guerre de Classe invite donc à venir poster des commentaires sur son site internet pour ce dialogue là auquel ne viendront certainement pas participer tous les trolls du Capital qui n’ont pour seule occupation que de déverser leur néant sur les plateformes de type Youtube ou autre Facebook…

      • >”Guerre de Classe invite donc à venir poster des commentaires sur son site internet pour ce dialogue là auquel ne viendront certainement pas participer tous les trolls du Capital qui n’ont pour seule occupation que de déverser leur néant sur les plateformes de type Youtube ou autre Facebook…”

        Si vous êtes la cible de bots ou de paid shills sur youtube, ils viendront ici aussi le jour ou ils l’auront décidé. Youtube ou ici, cela ne change rien. Si certains groupes occultes à la solde du Capital décident de vous cibler, ils vous ciblerons.
        Intéressez vous à la dead internet theory.

        • L’article ne parle pas de bot mais de troll… de frustrés, de paumés, de troll, qui, vidéo après vidéo, viennent poser leurs crottes en commentaire.
          Il faut se poser la question de la pertinence, pourquoi venir ici parler de bots, de dead internet theory ? Ça n’a aucun sens, ce n’est pas le sujet.
          Le sujet, c’est l’incapacité des prouteurs youtubiques à dépasser leur fainéantise et ensuite critiquent pour pouvoir rester à regarder des vidéos YouTube toute leur vie ! La vie n’est pas là !

          • “Il faut se poser la question de la pertinence, pourquoi venir ici parler de bots, de dead internet theory ? Ça n’a aucun sens, ce n’est pas le sujet.”
            Parce que la dead internet theory est vraie: la plupart des posts toute platforme confondue sur internet sont le fait de bots. Si vous croyer que j’exagère, que je suis un complotiste angoissé, renseigner vous sur GPT-3. AI totalement indissociable d’un humain, et parfois même supérieur à un humain. Et ça, GPT-3, c’est juste la partie émergée de l’iceberg. L’Etat profond dispose vraisemblablement de chose largement supérieures.

            “l’incapacité des prouteurs youtubiques à dépasser leur fainéantise et ensuite critiquent pour pouvoir rester à regarder des vidéos YouTube toute leur vie ! ”

            Vous croyez que ces gens ne m’insupportent pas? En débatant avec eux, vous avez une petite chance de les faire acceder à la conscience de classe. Sans débat, et en étant mauvais en maths, la chance est de zéro. D’ailleurs, certains de ces frustrés comme vous dites, parfois se mettent à lire Marx, en pensant y trouver un bolshévique LGBTiste, et se retrouvent surpris eux même de voir qu’ils sont en fait plutôt d’accord avec lui.
            Après il n’est pas impossible que ces frustrés, paumés, trolls comme vous dites, ne soient soit des paid shill, soit des bots type GPT-3. La technique est de pourir les fils de discussion, et apparemment ça marche, puisque vous avez supprimés les commentaires.
            Pour information, si vous penser que je délire:
            https://www.youtube.com/watch?v=efPrtcLdcdM&t=451s

        • La question n’est pas de savoir si nous avons affaire à des bots “GPT” ou à des trolls bien humains de la schizophrénie du fétichisme de la marchandise mais de désinfecter l’espace sous les vidéos de Guerre de Classe de ces contributions excrémentielles… L’espace commentaires du site internet permet de faire déjà un tri qualitatif à ce niveau puisque ceux qui y viennent auront fait l’effort d’aller au delà de la simple consommation de vidéos Youtube et pourront trouver la possibilité d’un dialogue qui était rendu quasiment impossible sur Youtube. De grâce, cessez donc d’alimenter vous même ce fil avec du hors sujet pathologique et recentrez vous sur l’essentiel avec notamment les textes présents sur le site…

          • Si les vidéos Youtube sont de la simple consommation, alors allez jusqu’au bout, ne faites plus de vidéos. Ne proposez que les textes sur le site Guerre de Classe. Là, vous avez fait les choses à moitié, vous avez supprimé les commentaires, mais continuez de proposer la consommation de vidéos.

        • @ Kortobu
          Vous ne savez pas lire et donc vous pianotez des sottises :
          “l’effort d’aller au-delà de la simple consommation de vidéos Youtube” signifie que les trolls sont précisément dans cette consommation passive et que ceux qui font un “effort d’aller au-delà” n’y sont justement plus.

          Le problème est donc l’acte consommatoire débile agrémenté de bavardages insipides sur un contenu de radicalité subversive, pas que ce contenu soit sur support visuel ou écrit.

    • Il ne s’agit pas d’une suppression d’un lieu d’expression, mais de sa réduction à un espace où la venue de trolls n’est certes pas impossible, mais tout de même davantage réduite. Le simple fait de devoir entrer dans un lieu qui n’est pas parfait, mais essaie de tendre à l’intelligence, et de devoir traverser le hall d’entrée pour poster un commentaire, cela va déjà en inciter pas mal à rebrousser chemin, et aller se réconforter dans le lupanar YouTube. En somme, GDC se protège de cette pollution qui n’est pas neutre, ni occasionnellement nuisible, mais bien contre-révolutionnaire. Pris dans le magma des commentaires débiles, les vrais messages ou remarques d’intelligence se voient relégués aux oubliettes, dans un rapport ou le quantitatif écrase le qualitatif. C’est donc la meilleure forme de censure que le Capital a à sa disposition : dilution, confusion, absorption… Il y a donc acte de distinction à faire, en se rappelant de ce que Bordiga a dit concernant la désinfection, et qui concernent tous les aspects du quotidien. Cela inclut donc tous les clochards mentaux que l’on s’autorise à côtoyer plus longtemps que nécessaire, dans une journée, et il ne s’agit pas que des collègues…

      “La désinfection à laquelle nous consacrons quatre-vingt-dix pour cent de notre pauvre travail ne s’achèvera que dans un avenir lointain et se poursuivra bien après nous : elle consiste à combattre L’ÉPIDÉMIE QUI SÉVIT EN TOUT LIEU ET EN TOUT TEMPS, PARTOUT ET TOUJOURS DANGEREUSE, celle des réviseurs, modernisateurs, futurologues et autres innovateurs.”

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.

MISE AU POINT !

GUERRE DE CLASSE, sur la base communiste du refus radical de toute censure, valide tout commentaire correctement rédigé dès lors qu’il se trouve adéquat au Logos , autrement dit quand il pose les bases courtoises et intelligentes d’une position et d’une discussion quelles qu’elles soient. Tout commentaire étant bien sûr de la responsabilité exclusive de son auteur...