Jusqu’à l’aube du XX° siècle, l’Europe était encore majoritairement un univers paysan de terroirs et de saveur traditionnelle aux multiples diversités non encore pleinement intégré à l’uniformisation de la dictature du marché… Les deux charniers impérialistes capitalistes de 14-18 et de 39-45 ont organisé le génocide méthodique de ce monde désormais périmé et en même temps qu’ils liquidaient industriellement la sur-production matérielle, ces derniers immolaient dans le sang et la douleur,  le trop-plein de millions d’humains excédentaires au regard de la saturation générale du marché mondial…

En transformant les paysans en exploitants agricoles dépendant des banques, de l’industrie chimique et de la destruction organisée des sols et des hommes, l’Europe Bruxelloise – création de la CIA, du Pentagone et de l’OTAN – a décidé depuis 1945 de mettre progressivement à mort le vieux temps de la terre européenne pour lui substituer définitivement les fabriques à merde de l’empire américain et de ses succursales brésiliennes, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises…

Travailleur de la Terre d’Europe, de France, des Pays-bas, d’Italie, d’Espagne et de partout ailleurs… Même si tu ne le sais pas encore, tu n’es plus qu’un simple prolétaire asservi de l’Usine Globale, c’est à dire un résidu d’homme en ridicule combinaison verte anonyme, sans aucun pouvoir sur ta vie suicidaire, vendu chaque jour par les syndicats agricoles gouvernementaux pour que la politique agricole européiste de ta disparition programmée parvienne au terme du diktat des larbins de Bruxelles et de Washington…

A l’usine, dans les bureaux, au chômage ou sur les lopins de terre de l’asservissement contemporain, nous ne sommes tous que des sans réserves dépossédés de leur existence…Mais ce monde de la crise totale de la quantité marchande totalitaire est en train de s’effondrer… Qu’il crève au plus vite !

Vive la Guerre de Classe mondiale du Prolétariat contre tous les Partis et Syndicats de la planète-marchandise et pour un monde sans exploitation ni aliénation !

VERS LA COMMUNE UNIVERSELLE POUR UN MONDE SANS ARGENT, SANS SALARIAT, NI ÉTAT !

EnglishItalianoEspañolDeutsch


Comments (11)
  1. En plus de la destruction de l’agriculture, le Capital ne chercherait-il pas à réduire drastiquement la place de l’industrie pour que la tertiarisation de l’Europe s’accentue encore ? Je vois dans cette sobriété dans la consommation d’énergie des machines et des corps, avec tout cela tumulte autour de la décarbonation et de la réduction de la consommation de viande, la volonté de passer à une société capitaliste de larbins de bureaux en trottinette n’ayant ni besoin de véhicules ni d’énergie pour un labeur conséquent. Je ne suis pas assez pointu pour relier ça au taux de profit.

    • La machine outil allemande ou la voiture allemande rentre parfaitement dans l’industrie du capital.
      Car l’Allemagne est complétement soumise au dictat yankee depuis 1945, le procès de Nuremberg (dirigé par un juge américain) déclarant que le nationalisme d’europe de l’Ouest … c’est “fasciste” (par contre, les n4z1s ukrainiens sont géniaux … ).

      La destruction de l’agriculture européenne a surtout une logique anti paysanne révolutionnaire radicale européenne.

      Le Capital n’a AUCUN problème avec le paysan maghrébin ou égyptien, qui n’a AUCUNE conscience révolutionnaire.
      Par contre, il pousse des milliers de paysans européens au suicide ou a la guerre comme en Ukraine.

      Tout comme il a massacré les prolos européens Gilets Jaunes pendant plus d’un an … mais n’a pas envoyé un seul LBD contre les algériens pro FLN, qui ont viré un FLN pour un autre FLN.

      La baisse du taux de profit est mondiale, soit.

      MAIS la cible principale du Capital reste invariante : le prolétariat révolutionnaire réfractaire européen.
      Qu’il soit français (commune de Paris) ou ukrainien (commune de Kronstadt).

      Vous remarquerez que la “sobriété” est imposée par Washington et ses lobbys AUX EUROPÉENS seulement.
      Voici la liste des pays les plus polluants au monde :
      Chine, USA, Inde, Russie … et Allemagne (pour cause de lobbying américain anti nucléaire civil et d’usage du charbon)

      C’est une excuse pour détruire l’économie européenne … ce qui est en train d’arriver très rapidement.
      L’européen “pollueur” est une vaste farce du Capitalisme mondialiste yankee.

  2. Voila qui est clair.
    Contrairement aux méandres des syndicats gauchistes du Capital qui prétendent “défendre les intérêts” des exploités.

    Précisons que depuis plusieurs jours, les policiers tirent a balles réelles sur les paysans hollandais.

    Les gauchistes sont aux abonnés absents pour dénoncer “les violences policières” lorsque ce sont des prolos européens.
    Les droitards sont aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de dénoncer la police comme étant les larbins du Capital.

    • En effet.
      Toutefois vous oubliez le rôle des ukrainiens.

      J’ai bien précisé “le prolétariat révolutionnaire réfractaire européen ukrainien”.
      Mais je n’ai jamais dit que cela se passait en Ukraine, géographiquement.

  3. Question hors sujet pour les émissions : Bien que les chars russes ne se retrouveront pas à Paris, peut-on imaginer que Wall Street déménage à Moscou ? Afin de revivifier la dictature capitaliste ?

    • Impossible … et c’est bien le problème du Capitalisme mondialiste cosmopolite, dont le siège principal est aux USA. Il aimerai échapper a son impasse yankee en se déplaçant vers l’Est.

      Sauf que JUSTEMENT il a tout fait pour bloquer ces territoires dans un sous développement relatif, empêchant ce rapprochement, et encore plus le “déménagement”.
      La Russie de Poutine, c’est la France de De Gaulle (soit 50 ans de décalage).

      En ce moment même, des capitalistes poussent au développement de la Russie, de la Chine … comme moteur secondaire du marché mondial.
      Mais ce n’est qu’une illusion : c’est impossible sans un rapprochement eurasiatique intégral.
      Justement rendu impossible par Washington, la CIA, Wall Street …

      Voila bien LA contradiction insoluble : OUI, le Capital aimerai migrer vers l’Est pour échapper a son destin funeste. Sauf que JUSTEMENT il a tout fait pour que ce soit strictement impossible.

      C’est la contradiction ultimement insoluble, dont nous voyons le dénouement en Ukraine.

      Regardez de près Nordstream 1, et surtout Nordstream 2, et vous verrez si le dollar va s’effondrer AVANT ou APRES la chute du bloc de l’Ouest (UeSA).

      L’épisode récent de la turbine réparée de NordStream 1 (Allemagne, Canada, Ukraine impliqués) donne le ton général de la contradiction insoluble.

      Votre question n’était donc pas “hors sujet”, mais bien centrale 😀

      • Arrêtez tous de vous perdre dans des détails…
        Repartez plutôt sur le fond de la lettre de Marx à Engels du 2 avril 1858 et ne perdez pas votre temps à pondre des commentaires qui n’aident personne à faire le saut qualitatif…
        Mieux vaut un bon silence que du tartinage inutile !

    • Le problème du Capital n’est pas d’être en temps et en heure capable de “transférer” ses pôles de valorisation d’un endroit à un autre, des États-Unis vers la Chine, la Russie ou je ne sais quel territoire quel qu’il soit.
      Les États-Unis et son Dollar ne sont que le siège historique et géographique d’apparence où le concept d’équivalent général abstrait s’est installé nécessairement suite aux deux boucheries de restructuration marchande mondiale.
      La crise terminale n’est pas la crise du billet vert en tant que monnaie ou en tant que géo-stratégie hégémonique d’un commerce, d’une finance et d’une industrie en particulier, mais en tant que crise absolue de l’équivalence centrale fétichiste dans sa profonde totalité historique.
      C’est en cela que la phase formelle de la crise terminale se soldera certes par un effondrement du dollar qui obligera alors le capital à trouver un nouveau représentant de son équivalence centrale à travers le monde, alors même que ça n’est en réalité pas son représentant qui s’effondre mais l’équivalence centrale en elle-même.
      S’ouvrira alors l’époque de l’impossible restructuration qui marquera notre entrée dans la phase réelle de décomposition terminale du Capital.

    • La guerre c’est la paix, la guerre n’est que la poursuite de la paix capitaliste par d’autres moyens.
      La guerre capitaliste ne peut avoir lieu que quand le prolétariat n’a pas la force de refuser cette guerre, non pas au nom du pacifisme, mais au nom d’une autre guerre d’une toute autre nature, la guerre de classe du prolétariat.
      Voyez dans les articles sur la guerre d’Espagne comment c’est l’écrasement du prolétariat en Espagne et dans le monde qui préfigure la tuerie de 39-45.

      Le mot d’ordre c’est à bas la paix et à bas a guerre de l’avoir, vive la guerre de l’être.

      http://guerredeclasse.fr/2019/10/12/contre-les-guerres-de-lavoir-la-guerre-de-letre/

Laisser un commentaire
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Certains commentaires doivent être approuvés avant d'apparaître.

MISE AU POINT !

GUERRE DE CLASSE, sur la base communiste du refus radical de toute censure, valide tout commentaire correctement rédigé dès lors qu’il se trouve adéquat au Logos , autrement dit quand il pose les bases courtoises et intelligentes d’une position et d’une discussion quelles qu’elles soient. Tout commentaire étant bien sûr de la responsabilité exclusive de son auteur...